PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications

Partagez
 

 Victor HUGO (1802-1885) « ... Si l'on eût réhabilité Lesurques,

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) « ... Si l'on eût réhabilité Lesurques, Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) « ... Si l'on eût réhabilité Lesurques,   Victor HUGO (1802-1885) « ... Si l'on eût réhabilité Lesurques, Icon_minitimeSam 31 Déc - 15:29

« ... Si l'on eût réhabilité Lesurques,
il eût fallu restituer à sa famille ses biens
confisqués, capital et intérêts, depuis
plus de soixante ans, ce qui, dit-on,
.dépasserait deux millions. Cette impor-
tante considération a dû gravement
influer sur l'arrêt de la cour. »
(Tous les journaux. Décembre 1868.)

Deux millions, voilà l'obstacle.
Si c'était
Pour qu'en son salon rose où chante Colletet,
L'impératrice puisse inviter à Compiègne
Grandguillot 65, Grandperret, tous les grands de ce règne;
Si c'était 'pour gaver de truffes les Bourbeaux,
Pour offrir à Pinard des fêtes aux flambeaux,
Pour faire aux Nélatons 66 quitter leurs clientèles;
Ou pour couvrir de fleurs, de bijoux, de dentelles
Les femmes de la cour aux charmes ingénus,
Essaim de nymphes, tas de belles aux bras nus,
Riant, montrant l'aisselle et laissant voir la pointe
Du sein par l'hiatus d'une gaze peu jointe;
Si c'était pour offrir des chiens au grand veneur;
Si c'était pour dorer, l'or rehaussant l'honneur,
Palikao, Failly, Leboeuf, Martinprey, Korte,
Tous les épouvantails moustachus de l'escorte;
Si c'était pour aider Rome à faire la nuit;
Si c'était pour aller au Mexique, à grand bruit,
Tambour battant, avec une nuée altière
D'étendards déployés, fonder un cimetière;
Si c'était pour forger des. chassepots meilleurs,
Si c'était pour créer des engins mitrailleurs
Appropriés -au temps. de progrès où nous sommes,
Afin d'abattre vite et bien des milliers d'hommes
Comme une faulx passant dans un champ de maïs,
Afin. de faire, au meurtre immense du pays,
Travailler nos soldats changés en janissaires,
Afin d'assassiner les hurlantes misères, .
Afin que le drapeau de France dans ses plis
Montre Ricamarie 67 à côté d'Austerlitz,
Afin d'exterminer des , pauvres, des famines,
Des détresses, vieillards, enfants, forçats des mines,
Pâles, mourant de faim, réclamant des liards;
Deux millions, c'est peu; prenez deux milliards;
Mais il s'agit de rendre à l'innocent justice,
Il s'agit de frapper un coup qui retentisse,
Et de purifier un nom infortuné;
Il s'agit de tirer de l'enfer un damné;
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) « ... Si l'on eût réhabilité Lesurques,
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victor HUGO (1802-1885) La comète.
» Victor HUGO (1802-1885) Sésostris vivifie en tuant, Gengiskan
» Victor HUGO (1802-1885) La coutume de Lusace
» Victor HUGO (1802-1885) À ANDRÉ CHÉNIER
» Victor HUGO (1802-1885) APPARITION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: