PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
anipassion.com
Partagez
 

 Victor HUGO (1802-1885) DÉPART.ET RETOUR DES RÉGIMENTS

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) DÉPART.ET RETOUR DES RÉGIMENTS  Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) DÉPART.ET RETOUR DES RÉGIMENTS    Victor HUGO (1802-1885) DÉPART.ET RETOUR DES RÉGIMENTS  Icon_minitimeSam 31 Déc - 15:45

Pour le soleil les yeux, pour la liberté l'aile.
L'aigle chasse la brume affreuse du vallon;
Il n'est qu'un souffle alors, mais s'appelle aquilon.
Les peuples .ont besoin, Dieu seul étant leur règle,
D'avoir au-dessus d'eux l'immense vol de l'aigle;
Car il tombe de l'aigle un éblouissement.
L'aigle va chercher .l'aube au fond du firmament,
Vole, et crie en planant dans son vaste équilibre:
Hommes, voilà comment on est quand on est, libre!
Le groupe obscur des Nuits craint cet,audacieux.
Aigles, votre coup d'aile est nécessaire aux cieux.
Tout ce qui n'est pas vie, amour, clarté, principe,
Devant votre passage. effrayant, se dissipe
Votre fier bruit d'orage épouvante le mal;
Le monde esprit succède au vil monde animal;
Partout où vous planez surgit la délivrancé,
Vous n'êtes plus la Guerre et vous vous nommez France. -
Le bruit d'ailes s'éloigne. Ils s'en vont. - .

On dirait
Que le ciel tout à coup devient une forêt.
Dieu! quelle chute brusque et sombre de ténèbres!
'Sous l'épaississement des silences funèbres,
Tout s'efface, et l'espace obscur se refroidit;
L'horizon misérable et morne a l'air maudit;
Des‘ lueurs qui .brillaient meurent l'une après l'autre;
De' ces langues de feu qui tombaient sur l'apôtre,
A peine'en flotte-t-il quelques-unes, au fond
D'une-ombre où nul ne voit ce que 'les peuples font;
Toute la terré a pris l'aspect visionnaire; '
Et dans cette noirceur roule un vague tonnerre.
Le paysage horrible est pestilentiel;
Chacun des quatré vents; aux quatre coins du ciel,
Prononce un mot sinistre, et, comme dans un rêve,
On entend sur les monts, sur la mer, sur la 'grève,
Cette' clameur: Hélas! Puebla! puis -ce glas:
Hélas! Mentana! puis ces cris: Aubin! Hélas!
Hélas! Ricarnarie! Hélas! Un sombre dôme
Reluit; c'est Rome, à moins que ce ne soit Sodome.
Des silhouettes sont à terre, et 'c'est épars,
'Nu, terrible, et le sang fume de toutes. parts;
On' entend un tumulte ailé qui se rapproche;
Et dans l'ombre, ici, là, sous l'arbre, sous la roche,
Dans 'les villes, au fond 'des bois, au 'pied des tours,
Partout, on voit des morts...

- D'où venez-vous, vautours?
H. H., décembre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) DÉPART.ET RETOUR DES RÉGIMENTS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victor HUGO (1802-1885) La comète.
» Victor HUGO (1802-1885) Sésostris vivifie en tuant, Gengiskan
» Victor HUGO (1802-1885) La coutume de Lusace
» Victor HUGO (1802-1885) À ANDRÉ CHÉNIER
» Victor HUGO (1802-1885) APPARITION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: