PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications

Partagez
 

 Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale. I

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 130840
Age : 55
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale.  I Empty
MessageSujet: Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale. I   Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale.  I Icon_minitimeMer 1 Fév - 23:28

Tantale.

I

Supplice affreux! la soif et la faim! -Son haleine
Brûle comme un volcan. -Il regarde, éperdu,
L’étang qui l’environne ainsi qu’une urne pleine,
Et l’arbre aux fruits vermeils sur son front suspendu.

Il rêve. Il songe au vin dont s’enivre Silène.
Il veut boire; l’eau fuit, et l’arbre défendu,
Avec ses fruits dorés, les plus beaux de la plaine,
Toujours l’agace et rit de son effort perdu.

Alors, d’une voix sombre et nue la fièvre enroue :
-« Que ne suis-je Ixion étalé sur sa roue,
« Ou Sisyphe, roulant son Éternel fardeau!

« O dieux! que je vous hais! dieux dont la main m’opprime!
Votre noir châtiment a dépassé mon crime.
Je donnerais mon sang pour une goutte d’eau.

***

« Vous, qui vous ébattez dans les vagues marines,
« O tritons chevelus, rois des flots transparents,
« Qui, soûlés d’eau profonde, au vent de vos narines,
« Lancez à gros bouillons les rapides courants;

« Sur vos champs de corail aux lueurs purpurines,
« Défiant du soleil les rayons déchirants,
« Vous humez à longs traits dans vos larges poitrines
« L’humide et vaste azur des gouffres murmurants!

« Que ne suis-je un de vous! -Oh! dans l’onde écumante
« Me plongeant sans retour comme aux bras d’une amante
« Et dans son lit neigeux me tordant de plaisir,

« Que ne puis-je, absorbé par sa molle caresse,
« Dans sa fraîcheur immense, au gré de mon ivresse,
« Eteindre pour jamais les feux de mon désir!


***


« La voilà devant moi! -Dans l’air que je respire,
« Je pressens sa fraîcheur qui pourrait m’apaiser;
« Comme une amante en pleurs, je l’entends qui soupire,
« Inondant tout mon corps de son divin baiser!

« Captif dans mes liens, quand vers elle j’aspire,
« Je vois, pour la saisir, mes vains efforts s’user.
« Raffinement, des dieux! tout contre moi conspire :
« L’eau perfide à fraîchir, mon corps à s’embraser.

« Noir Phlégéton, à toi je me voue en pâture!
« Ouvre comme un refuge, accorde à ma torture
« L’asile hospitalier de tes brûlants réseaux!

« Sois maudite à jamais, toi dont je suis l’esclave,
« Eau fatale, où mon sang bout plus fort qu’une lave
« O robe de Nessus qui calcines mes os! »


***

Il dit : -l’onde, plus fraîche, autour de lui murmure,
Délicieux breuvage à sa bouche interdit;
Un vent plus embaumé fait chanter la ramure
De l’arbre, qui soudain plus fraîchement verdit.

La pomme à ses regards se balance plus mûre;
Un désir plus ardent dans ses yeux resplendit;
L’eau qui baigne ses flancs, tiède et perfide armure,
Attise le brasier dans le sein du maudit.

Il est là, comme un roc de chaux vive qu’ébrèche
Le trait brûlant du jour, et l’eau toujours plus fraîche,
Baptise tout son corps d’un vaste embrasement.

L’onde est son idéal, sa plus chère pensée,
Son rêve, son tourment, sa blanche fiancée...
Mais toujours elle échappe à son embrassement.

_________________
Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale.  I Une_pa12Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale.  I Plumes19Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale.  I Miniat14Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale.  I James_12

Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale.  I Sceau1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Charles Beltjens. (1832-1890) Tantale. I
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charles Morgan
» Florette de Charles VI à identifier !
» Sol Parisis Charles IX 1567
» [Aïvar, Charles] Axis Mundi
» [Juliet, Charles] Lambeaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: