PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Jean Amrouche

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:00

Jean Amrouche, de son nom complet Jean El-Mouhouv Amrouche, est né le 6 février 19061 à Ighil Ali Kabylie en (Algérie) et décédé le 16 avril 1962 à Paris. Il est un poète et journaliste littéraire algérien de langue française.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Re: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:00

Biographie

Convertie au christianisme, la famille de Jean Amrouche s'installe à Tunis. Après de brillantes études secondaires, Jean Amrouche entre à l'École normale de Saint-Cloud. Il est ensuite professeur de Lettres dans les lycées de Sousse, Bône et Tunis, où il se lie avec le poète Armand Guibert, et publie ses premiers poèmes en 1934 et 1937. Pendant la Seconde Guerre, il rencontre André Gide à Tunis, et rejoint les milieux gaullistes à Alger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Re: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:01

Jean Amrouche est, de février 1944 à février 1945, à Alger, puis de 1945 à juin 1947 à Paris, le directeur de la revue L'Arche, éditée par Edmond Charlot, qui publie les grands noms de la littérature française (Antonin Artaud, Maurice Blanchot, Henri Bosco, Joë Bousquet, Roger Caillois, Albert Camus, René Char, Jean Cocteau, André Gide, Julien Green, Pierre Jean Jouve, Jean Lescure, Henri Michaux, Jean Paulhan, Francis Ponge …).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Re: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:01

Jean Amrouche réalise simultanément de très nombreuses émissions littéraires, sur Tunis-R.T.T. (1938-1939), Radio France Alger (1943-1944), et surtout Radio France Paris (1944-1958), dans lesquelles il invite des théoriciens (Gaston Bachelard, Roland Barthes, Maurice Merleau-Ponty, Edgar Morin, Jean Starobinski, Jean Wahl), des poètes et des romanciers (Claude Aveline, Georges-Emmanuel Clancier, Pierre Emmanuel, Max-Pol Fouchet, Jean Lescure, Kateb Yacine) et des peintres (Charles Lapicque).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Re: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:01

Il est l'inventeur d'un genre radiophonique nouveau dans la série de ses entretiens, notamment ses 34 Entretiens avec André Gide (1949), 42 Entretiens avec Paul Claudel (1951), 40 Entretiens avec François Mauriac (1952-1953), 12 Entretiens avec Giuseppe Ungaretti (1955-1956).
Après avoir été mis à la porte de Radio France par le Premier ministre de l'époque, alors qu'il sert d'intermédiaire entre les instances du Front de libération nationale algérien et le général de Gaulle dont il est un interlocuteur privilégié, Jean Amrouche ne cesse à la radio suisse, Lausanne et Genève, de plaider de 1958 à 1961 la cause algérienne. Il meurt d'un cancer quelques semaines après l'accord du cessez-le-feu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Re: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:01

Jean Amrouche a tenu de 1928 à 1961 un journal qui demeure inédit.
Une part de son œuvre encore non publiée se découvre progressivement, révélant un poète de portée universelle. En exprimant en français les Chants berbères de Kabylie, il en fait un trésor de la poésie universelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Re: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:01

Jugements

"L'œuvre poétique de Jean Amrouche ne vaut pas par son abondance : elle s'arrête pratiquement en 1937 alors que le poète vivra jusqu'en 1962. La majeure partie de sa vie est consacrée au déchiffrement du monde et à la recherche du territoire natal (Chants berbères de Kabylie, 1939), au questionnement du travail intellectuel (ses entretiens avec J. Giono, F. Mauriac, P. Claudel, A. Gide, G. Ungaretti) et au combat politique (ses interventions dans la presse écrite et à la radio). (…) La figure de l'Absent, au départ imprécise et mystérieuse, s'impose peu à peu et resplendit dans sa pureté et sa grandeur. Elle devient présence obsessionnelle. Mais elle n'est pas l'unique. (…) Présence douloureuse de l'enfance et de l'espace natal doublement perdu (par la distance et par la foi) - qu'on se rappelle dans Cendres ce poème sur la mort dédié aux tombes ancestrales qui ne m'abriteront pas, présence du corps jubilant et des fruits terrestres apaisants. (…) L'inspiration de Jean Amrouche est avant tout mystique, d'un mysticisme qui transcende la religion pour créer ses religions propres : celle de l'amour éperdu, celle de la contemplation cosmique, celle de l'harmonie des éléments. S'éloignant de l'ascétisme religieux, le verbe de Jean Amrouche éclate en des poèmes opulents, gorgés de ciels, de sèves, d'orages, de fruits et de femmes."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Re: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:02

Tahar Djaout, Amrouche, Etoile secrète ,L'enfance de l'homme et du monde, dans Algérie Actualité n° 921, Alger, 9-15 juin 1983, p. 21
« Les enregistrements des entretiens de ce véritable créateur du genre qu'est Amrouche avec Gide, puis avec Claudel, Mauriac, Ungaretti sont des œuvres dont l'histoire de la littérature ne se passera qu'avec dommage, et dont la perte serait aussi grave que celle du manuscrit des Caves du Vatican, de Protée, de Génitrix, ou de l'Allegria. (…) Ce qui est bouleversant ici et à jamais digne de l'attention des hommes, ce sont précisément les voix humaines, en leur origine même, à ce point où elles ne sont pas encore distinctes des mots qu'elles prononcent. Ce sont les soupirs traqués de Gide devant l'impitoyable question que lui inflige Amrouche, ce sont les roulements massifs de Claudel, les essoufflements torturés d'Ungaretti, les murmures difficiles de Mauriac. Et neuf fois sur dix Amrouche trouve la question qui contraint son interlocuteur à faire aveu de lui-même, et à renoncer à se protéger du masque que l'existence mondaine a autorisé sa voix à se former. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Re: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:02

Jean Lescure, Radio et Littérature, dans Histoire des littératures, tome 3, sous la direction de Raymond Queneau, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1963, p. 1711
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Jean Amrouche Empty
MessageSujet: Re: Jean Amrouche   Jean Amrouche Icon_minitimeMar 9 Aoû - 17:02

Citations

« La France est l'âme de mon esprit, et l'Algérie l'esprit de mon âme. »
« L'homme ne peut vivre s'il ne s'accepte tel qu'il est, s'il ne se sent pas accepté par la société où il vit, s'il ne peut avouer son nom. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Amrouche
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈTES FRANCAIS-
Sauter vers: