PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Jules Barbey d'Aurevilly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:08

Rappel du premier message :

Jules Barbey d’Aurevilly (Saint-Sauveur-le-Vicomte, en Normandie, 2 novembre 1808 - Paris, 23 avril 1889) est un écrivain français. Surnommé le « Connétable des lettres », il a contribué à animer la vie littéraire française de la seconde moitié du xixe siècle. Il a été à la fois romancier, nouvelliste, poète, critique littéraire, journaliste et polémiste.


Jules Barbey d’Aurevilly


Dernière édition par Andy le Mar 23 Aoû - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:21

Réception de ses contemporains

Barbey d'Aurevilly a fait l'objet de critiques contrastées. Presque tous s'accordent à trouver dans son art originalité et noblesse. Sainte-Beuve le juge « homme d'un talent brillant et fier, d'une intelligence haute et qui va au grand », « une plume de laquelle on peut dire sans flatterie qu'elle ressemble souvent à une épée » . Lamartine, lorsqu'il le rencontre, après l'avoir lu, déclare qu'il est le « Duc de Guise des belles-lettres françaises »82. Pour Baudelaire, c'est un « vrai catholique, évoquant la passion pour la vaincre, chantant, pleurant et criant au milieu de l'orage, planté comme Ajax sur un rocher de désolation » . Paul de Saint-Victor : « le polémiste intraitable est en même temps un écrivain de l'originalité la plus fière » . Jules Vallès lui trouve « un talent bizarre, tourmenté et fier » . Maupassant trouve dans ses œuvres quelques merveilles86. Edmond de Goncourt émet des réserves, mais l'inscrit dans ses premières listes de l'Académie en projet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:21

Ceux qu'il a éreintés par ses articles lui rendent en général la politesse. Victor Hugo le pastiche en le surnommant « Barbey d'or vieilli ». La légende veut qu'il ait composé un vers inédit en « l'honneur » du critique : « Barbey d'Aurevilly, formidable imbécile ! » . Flaubert dans sa correspondance en parle franchement comme de son ennemi. Il juge Les Diaboliques « à se tordre de rire » et trouve qu'« on ne va pas plus loin dans le grotesque involontaire » . Zola le rejoint et trouve qu'il a « deux ou trois siècles de retard ». Il condamne son attitude au moment des poursuites contre Les Diaboliques, lorsque Barbey accepte de retirer son œuvre de la vente .
Sa personnalité inspire au moins par deux fois les romanciers : le personnage de Franchemont, apparaissant dans Charles Demailly des frères Goncourt, un roman sur les hommes de lettres90, en est inspiré. Le Connétable des lettres sert également de modèle à Monsieur de Bougrelon, roman de Jean Lorrain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:22

La génération symboliste et décadente

Paul Verlaine déplore les systèmes mais ne peut s'empêcher de lui reconnaître « un style de race » et une « manière originale ». Il admire la « profusion des images souvent réussies et toujours poétiques, des hardiesses parfois heureuses, et jamais vulgaires » Jean Lorrain le trouve « admirablement taillé » pour la génération littéraire fin de siècle. Pour Huysmans, il fut « le seul artiste, au sens pur du mot, que produisit le catholicisme de ce temps », ainsi qu'un « grand prosateur » et un « romancier admirable » . Dans A rebours, il fait figurer ses œuvres parmi les préférées de la bibliothèque élitiste de Des Esseintes. Pour Rémy de Gourmont, Barbey d'Aurevilly est « l'une des figures les plus originales de la littérature du dix-neuvième siècle », qui « excitera longtemps la curiosité » et « restera longtemps un de ces classiques singuliers et comme souterrains qui sont la véritable vie de la littérature française »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:22

Jugements posthumes

Julien Green lit Les Diaboliques avec « une admiration étonnée ». Paul Morand préface en 1967 Une vieille maîtresse. Marcel Proust dans La Prisonnière rend hommage à l'œuvre romanesque de l'écrivain normand : la preuve du génie n'est pas dans le contenu de l'œuvre mais dans la qualité inconnue d'un monde unique révélé par l'artiste. Chez Barbey, cette qualité se manifeste par « une réalité cachée révélée par une trace matérielle » : la rougeur d'Aimée de Spens (Le Chevalier Des Touches), les us et coutumes de sa région, l'histoire orale, les nobles cités normandes, les malédictions etc. Autant de détails qui marquent l'identité et l'unité d'un artiste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:22

Editions et adaptations

Ses œuvres romanesques ont fait l'objet d'une édition complète en deux volumes dans la prestigieuse collection de la Pléiade. Son œuvre critique est rééditée aux Belles Lettres, tandis que les Archives Karéline s'est chargée récemment de l'œuvre poétique.
Ses nouvelles et romans ont fait l'objet d'une douzaine d'adaptations à l'écran. La plus récente, Une vieille maîtresse, présentée à Cannes en 2007, est l'œuvre de Catherine Breillat.
Jacques Debout a adapté au théâtre, sous le titre de Sombreval, le roman Un prêtre marié, créé à Paris le 5 février 1932. Le bonheur dans le crime, l'une des six Diaboliques, a inspiré en 2003 une bande dessinée, Hauteclaire, du nom de son héroïne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:23

Musée et œuvres commémoratives

Le 28 juin 1925 est inauguré, dans le vieux château de Saint-Sauveur-le-Vicomte, un musée en l'honneur de l'écrivain. Fondé par Louis Yver, qui en sera le premier conservateur, le musée est réinstallé après la guerre au logis Robessard, suite à l'occupation du château par les Allemands. Il déménage une troisième fois en 1989, et « réintègre » la maison familiale de Saint-Sauveur. On y trouve réunis la plupart des objets mobiliers et souvenirs ayant appartenu à Barbey d'Aurevilly. Sa dernière demeure, le 25 de la rue Rousselet à Paris, est décorée d'une plaque. Le collège de Saint-Sauveur-le-Vicomte et un collège de Rouen, situé au 39, boulevard de la Marne, portent son nom
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:23

Le syndrome de Ferjol

Dans son roman Une histoire sans nom, Barbey met en scène une jeune fille, Lasthénie de Ferjol, qui éprouve le besoin de se rendre volontairement malade en se faisant saigner pour évacuer de grandes quantités de sang. Cette pathologie, connue sous le nom de syndrome de Lasthénie de Ferjol, a fait l'objet d'études médicales.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:23

Œuvres romanesques

Le Cachet d'onyx, composé en 1831
Léa, 1832
L'Amour impossible, 1841
La Bague d’Annibal, 1842
Le Dessous de cartes d'une partie de whist, 1850 (reprise dans les Diaboliques)
Une vieille maîtresse, 1851
L'Ensorcelée, 1852 (sous le titre de La Messe de l’abbé de La Croix-Jugan), 1855
Le Chevalier Des Touches, 1863
Un prêtre marié, 1864
Le Plus Bel Amour de Don Juan, 1867 (reprise dans les Diaboliques)
Les Diaboliques, 1874
Une histoire sans nom, 1882
Une page d'histoire, 1882 (sous le titre Retour de Valognes. Un poème inédit de Lord Byron), 1886
Ce qui ne meurt pas, 1883
Le bonheur dans le crime
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:23

Œuvres poétiques

Ode aux héros des Thermopyles, 1825
Poussières, 1854
Amaïdée, 1889
Rythmes oubliés, 1897
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:24

Essais et textes critiques

Du Dandysme et de Georges Brummel, 1845
Les Prophètes du passé, 1851
Les Œuvres et les hommes 1860-1909
Les Quarante Médaillons de l'Académie, 1864 ; texte sur wikisource
Les Ridicules du temps, 1883
Pensées détachées, Fragments sur les femmes, 1889
Polémiques d'hier, 1889
Dernières Polémiques, 1891
Goethe et Diderot, 1913
L'Europe des écrivains (recueil d'articles rassemblés en 2000)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules Barbey d'Aurevilly   Mar 23 Aoû - 19:24

Mémoires, notes et correspondance

Correspondance générale (1824-1888), 9 volumes de 1980 à 1989
Memoranda, Journal intime 1836-1864
Disjecta membra (cahier de notes)
Omnia (cahier de notes)
Revenir en haut Aller en bas
 
Jules Barbey d'Aurevilly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jules Barbey d'Aurevilly
» LES DIABOLIQUES de Jules Barbey d'Aurevilly
» Jules Barbey d'Aurevilly
» [Barbey d'Aurevilly, Jules] Le bonheur dans le crime
» Barbey d'Aurevilly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈTES FRANCAIS-
Sauter vers: