PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerDernières imagesConnexion
 

 Victor HUGO (1802-1885) la terre par moments doute ; on ne comprend plus.

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James


Masculin
Dragon
Nombre de messages : 148239
Age : 59
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Victor HUGO (1802-1885)  la terre par moments doute ; on ne comprend plus. Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) la terre par moments doute ; on ne comprend plus.   Victor HUGO (1802-1885)  la terre par moments doute ; on ne comprend plus. Icon_minitimeDim 18 Sep - 14:08

la terre par moments doute ; on ne comprend plus.
L' homme a devant les yeux de la brume, un reflux,
on ne sait quoi de pâle et de crépusculaire ;
on n' a plus d' allégresse, on n' a plus de colère ;
la disparition produit l' effarement.
L' oeil fauve du hibou regarde affreusement.
Toutes sortes d' éclairs inexplicables brillent.
L' autel penche, et les vers du sépulcre y fourmillent.
Tout se mêle ; Irmensul ressemble à Jéhovah ;
le sage stupéfait balbutie et s' en va ;
le mal semble identique au bien dans la pénombre ;
on ne voit que le pied de l' échelle du Nombre
et l' on n' ose monter vers l' obscur infini.
Dodone vaguement parle à Gethsémani,
l' Oeta fume non loin du Sinaï qui tonne ;
on fouille, on rêve, on nie, on querelle, on s' étonne ;
des aveugles entr' eux se montrent le chemin ;
le divin ciel a tort devant l' esprit humain ;
le penseur est croyant, le savant est athée ;
la conscience écoute, essaye, et, déroutée,
prend le faux pour le vrai dans ces tâtonnements.
Où l' un voit des védas, l' autre voit des romans.
Les choses qu' on nommait vertus perdent leurs formes.
Les monstruosités font des ombres énormes
jusque sur l' âme humaine et sur le firmament.
Plus d' honneur, plus de foi, plus rien, plus de serment.
On voit encor la cime, on ne voit plus le phare.
Une lueur de torche empourpre la tiare.
On cherche à voir, on rôde, on va, le cou tendu.
L' amour au fond des coeurs bat de l' aile éperdu
comme s' il n' était plus en sûreté dans l' homme.
La route est noire ; on crie, on s' appelle, on se nomme.



Qui donc est là ? Parlez. On tâte son voisin.
La foule éparse flotte avec un bruit d' essaim ;
on se touche, on se voit, mais on n' est plus ensemble.
Le mal est empereur, la nuit est reine. On tremble.
Un trône d' ombre est là. Les misérables font
des groupes effrayants dans l' abîme profond ;
on croit voir des glaçons que les gouffres charrient ;
tout est confus et blême ; et les ténèbres rient.
Le fond du ciel est trouble, horrible et pluvieux ;
et le petit enfant qui passe paraît vieux.
Il semble que la vie éternelle décroisse.
L' âme alors est sinistre, et voit avec angoisse
ces occultations redoutables de Dieu.
Naît-on ? Meurt-on ? Quel est le temps ? Quel est le lieu ?
Les peuples sont hagards ; ces brins d' herbe frissonnent ;
on entend des tocsins et des clairons qui sonnent ;
le vent est lourd, l' espace est froid, le globe est nu ;
le démon souriant dit : je suis méconnu.
6 mai 1870.



1870, 04, 26

_________________
J'adore les longs silences, je m'entends rêver...  
James

Victor HUGO (1802-1885)  la terre par moments doute ; on ne comprend plus. Une_pa12Victor HUGO (1802-1885)  la terre par moments doute ; on ne comprend plus. Plumes19Victor HUGO (1802-1885)  la terre par moments doute ; on ne comprend plus. James_12Victor HUGO (1802-1885)  la terre par moments doute ; on ne comprend plus. Confes12


Victor HUGO (1802-1885)  la terre par moments doute ; on ne comprend plus. Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Victor HUGO (1802-1885) la terre par moments doute ; on ne comprend plus.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victor HUGO (1802-1885) Mais va, pour qui comprend ton âme haute et grave
» Victor HUGO (1802-1885) Ô gouffre ! l'âme plonge et rapporte le doute
» Victor HUGO (1802-1885) O gouffre! l'âme plonge et rapporte le doute.
» Victor HUGO (1802-1885) À de certains moments, l'homme juste est risible.
» Victor HUGO (1802-1885) La Terre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: