PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerDernières imagesConnexion
 

 Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste,

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James


Masculin
Dragon
Nombre de messages : 148239
Age : 59
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste, Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste,   Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste, Icon_minitimeDim 18 Sep - 14:55

L' océan me disait : ô poëte, homme juste,
j' ai parfois comme toi cette surprise auguste
qu' il me descend des cieux une immense rougeur ;
et je suis traversé tout à coup, ô songeur,
par la foudre sublime, irritée et haïe,
comme toi par l' esprit sinistre d' Isaïe ;
les éclairs sont mes cris, les foudres sont ma voix ;
je gronde sur l' écueil comme toi sur les rois ;
je suis l' avertisseur brusque, horrible et céleste.
L' énorme bras de feu m' associe à son geste
quand il menace l' ombre et le bagne infernal.
On est beau par Virgile et grand par Juvénal,
et mon gouffre le sait aussi bien que ton âme ;
j' ai, comme toi, l' azur, une douceur de femme,
une gaîté d' enfant, des vagues pleines d' yeux,
des aurores où rit le ciel prodigieux,
des écumes parfois blanches comme les cygnes ;
les astres par-dessus mes flots se font des signes,
et se disent : viens donc te mirer dans la mer.
Je suis le niveau pur, le précipice clair ;
j' offre mes gouttes d' eau nuit et jour aux brins d' herbe.
Mais je fais peu de cas de tout ce bleu superbe,
de ce vaste sourire épanoui sur tout,
de cette grâce où l' ombre en clarté se dissout,
de ces flots de cristal, de ces ondes de moire ;
et le passage affreux du tonnerre est ma gloire.

13 juin.



1853, 11, 23

_________________
J'adore les longs silences, je m'entends rêver...  
James

Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste, Une_pa12Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste, Plumes19Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste, James_12Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste, Confes12


Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste, Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Victor HUGO (1802-1885) L' océan me disait : ô poëte, homme juste,
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victor HUGO (1802-1885) Ce que le poète se disait en 1848
» Victor HUGO (1802-1885) À de certains moments, l'homme juste est risible.
» Victor HUGO (1802-1885) La pauvre fleur disait au papillon céleste
» Victor HUGO (1802-1885) L'être mystérieux qui me parle à ses heures Disait :
» Victor HUGO (1802-1885) Il lui disait: -Vois-tu, si tous deux nous pouvions,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: