PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Grâce! pardonne-moi! rappelle-moi! prends-moi!

Aller en bas 
AuteurMessage
Inaya
Plume d'Eau
Inaya

Féminin
Rat
Nombre de messages : 50031
Age : 60
Date d'inscription : 05/11/2010

Victor HUGO (1802-1885) Grâce! pardonne-moi! rappelle-moi! prends-moi! Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Grâce! pardonne-moi! rappelle-moi! prends-moi!   Victor HUGO (1802-1885) Grâce! pardonne-moi! rappelle-moi! prends-moi! Icon_minitimeJeu 29 Sep - 22:44

Grâce! pardonne-moi! rappelle-moi! prends-moi!
Grâce! Ne sens-tu pas qu'il faut que toute chaîne
Se rompe, et que le mal finisse, et que la haine
S'éteigne, évanouie en ta sérénité;
Quoi; le bien infini, le mal illimité!
Toi le bien, moi le mal! est-ce que c'est possible;
Le monde gouverné par un double invisible!
Y songez-vous, Seigneur; un partage entre nous!
Non, vous êtes la face, et je suis les genoux.
Laissez-moi me plier et tomber, juge immense,
Sur ce pavé des cieux qu'on nomme la clémence!
Grâce, ô Dieu! L'univers, les terres et les eaux,
L'éther sans bornes, plein d'invisibles oiseaux,
Les glauques océans qui font rugir leurs ondes,
L'énormité vivante où rayonnent les mondes,
Quoi! c'est une balance où nous pesons tous deux;
Qu'en dites-vous, soleils; Lui charmant, moi hideux!
Quoi! lui dans un plateau, soleils, et moi dans l'autre!
La chair est ma servante et l'âme est son apôtre.
Je lutte. Nous tenons chacun notre côté.
Avoir l'infini, c'est avoir l'égalité.
Ton paradis ne fait qu'équilibre à mon bagne.
Dieu! - la création ainsi qu'une montagne,
Pèse sur moi; je lève à travers les chaos
Mon front d'où mes douleurs retombent en fléaux;
Je me tords sans repas, sans fin, sans espérance.
C'est une majesté qu'une telle souffrance.
Oui, c'est l'énigme, ô nuit, de tes millions d'yeux :
Le grand souffrant fait face au grand mystérieux.
Grâce, ô Dieu! pour toi-même il faut que je l'obtienne.
Ma perpétuité fait ombre sur la tienne.
Devant ton oeil flambeau rien ne doit demeurer,
Tout doit changer, vieillir et se transfigurer.
Toi seul vis. Devant toi tout doit avoir un âge.
Et c'est pour ta splendeur un importun nuage
Qu'on voie un spectre assis au fond de ton ciel bleu,
Et l'éternel Satan devant l'éternel Dieu!
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Grâce! pardonne-moi! rappelle-moi! prends-moi!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: