PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Le vieux de Brisach

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Le vieux de Brisach Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Le vieux de Brisach   Victor HUGO (1802-1885) Le vieux de Brisach Icon_minitimeDim 30 Oct - 17:54

LE VIEUX DE BRISACH
(Paraissant sur le haut de sa tour)

Je me dis en moi-même et depuis uh moment
Voilà bien du vacarme et bien de l'aboiement.
J'ai puni les barons voleurs, les noirs burgraves
Qui remplissaient le Rhin de leurs forfaits hardis.
Rois, j'ai frappé les coups; j'ai fait sur ces bandits
Luire ce vieil estoc qui maintenant se rouille;
Vous vous êtes rués, vous rois, sur la dépouille,
Partageant tout ainsi que des associés;
De tout ce qui restait de ces suppliciés,
Princes, je vous ai vus vous faire un héritage;
Je n'ai pas trouvé bon d'entrer dans le partage,
N'ayant pas pour métier d'ôter les clous aux croix,
Et d'aller décrocher, la nuit, au fond des bois,
Pour les revendre aux juifs les chaînes des potences;
Sans cela, si j'avais usé des circonstances,
Si j'eusse, comme vous, mis la main dans le sac,
Je serais aujourd'hui, moi, le vieux de Brisach,
Riche à voir les abbés m'offrir leurs politesses,
Et, si bon m'eût semblé, roi comme vos altesses;
Je n'eusse eu pour cela, vous le savez bien tous,
Qu'à brocanter son peuple à quelqu'un d'entre vous;
Car tous, petits et grands, vous êtes à l'enchère,
Et, pour quitter ces monts, pour faire bonne chère
Ailleurs qu'en vos donjons aux sauvages créneaux,
Pour aller vivre à Rome auprès des cardinaux
Et du Saint-Père avec quelque drôlesse vile,
Il n'est pas un de vous qui n'eût vendu sa ville.
Princes, jusqu'à mes pieds quand jadis vous rampâtes,
Était-ce sur le ventre? était-ce à quatre pattes?
Je ne m'en souviens plus. Aujourd'hui, c'est fort bien,
Vous me montrez les dents quand je ne suis plus rien
Qu'un bonhomme qui songe et qu'une barbe grise;
Et vous me déchirez, et j'ai peu de surprise
De vous trouver renards et loups, vous sachant rois.
Votre courage est fait de vos anciens exploits.
Et je n'en dirai rien, sinon que je vous brave,
Et vous défie, ô rois, toi marquis, toi landgrave,
Toi duc, troupeau hurlant à ma piste attaché,
De mordre aucune place où vous n'ayez léché ".
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Le vieux de Brisach
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: