PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Effets de réveil

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Effets de réveil Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Effets de réveil   Victor HUGO (1802-1885) Effets de réveil Icon_minitimeDim 30 Oct - 22:44

EFFETS DE RÉVEIL
On ouvre les yeux; rien ne remue; on entend
Au chevet de son lit la montre palpitant;
La fenêtre livide. aux spectres est pareille;
On est gisant ainsi qu'un mort. On se réveille,
Pourquoi? parce qu'on s'est la veille réveillé
Au même instant. Ainsi qu'un rouage rouillé
Et vieilli, mais exact, l'âme a ses habitudes.
Oh! la nuit, c'est la plus sombre des solitudes.
L'heure apparaît, entrant, sortant, comme un 'passéur
D'ombres, et notre esprit voit tout dans la noirceur;
Des pas saris but, des deuils sans fin, des maux 'sans nombre.
Le rêve qu'on avait et qui tremblait dans-l'ombre;.
S'ajuste à la pensée indistincte qu'on a.
Tous les gouffres au bord desquels nous amèna
Ce fantôme appelé ' le Hasard, reparaissent;
Les mêmes visions redoutables s'y dressent;
Ici le précipice, ici l'écroulement,
Ici la chute, ici ce qui fuit, ce qui ment,
Ce qui tue, et là-bas, dans l'âpre transparence,
Les vagues bras levés de la pâle espérance.
Comme on est triste! on sent l'inexprimable effroi;
On croit avoir le mur du tombeau devant soi;.
On médite, effaré par les. choses possibles;
Toute rive s'efface. On voit les invisibles,.
Les absents, les manquants, cette morte, ce mort,
On leur tend les mains.. Ombre et songe! On se rendort...

Homme, debout! voici le jour, l'aube ravie,
L'azur; et qu'est-ce donc qui rentre? C'est la vie,

C'est le cri du travail, c'est le chant des oieaux,
C'est le rayonnement des champs, des airs, des eaux;
La nuit traîne un linceul, l'aurore agite un lange;
Tout ce qu'on vient de voir spectre, on le revoit ange;
Du père qu'on vit mort on voit l'enfant vivant;
Le monde reparaît, clair comme auparavant;
On ne reconnaît plus son âme; elle était noire,
Elle est blanche; elle espère et se remet à croire,
A sourire, à vouloir; on a devant les yeux
Un éblouissement doré, chantant, joyeux,
On ne sait quel fouillis charmant de lueurs roses;
Et tout l'homme est changé parce qu'on voit les choses,
Les hommes, Dieu, les coeurs, les amours, le destin,
A travers le vitrail splendide du matin.

H. H. 14 septembre 1872.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Effets de réveil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: