PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Ah! la philosophie est vorace! il lui faut

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Ah! la philosophie est vorace! il lui faut  Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Ah! la philosophie est vorace! il lui faut    Victor HUGO (1802-1885) Ah! la philosophie est vorace! il lui faut  Icon_minitimeDim 30 Oct - 22:49

Ah! la philosophie est vorace! il lui faut
L'idée avec le fait, la chose avec le mot,
Le connu, l'inconnu, le réel, l'impossible.
Elle ne peut marcher sans tout ce combustible.
C'est en épuisant tout que ce lourd cachalot
Nage, vogue, navigue, et se maintient à flot:

Regarde. On est en route. On fuit le long des grèves.
Toute la Grèce rit comme un palais des rêves.
L'ardent vaisseau qui traîne à travers le flot bleu
Ses nôirs poumons de houille et son souffle de feu,
Voit défiler les caps, les îlots, les calangues.
Il va. Les passagers, parlant toutes les langues,
Contemplent, attroupés sur le pont du steamer,
Le matin, quelque port serein, le soir, la mer
Par le soleil couchant chauffée au rouge sombre,
L'Archipel où l'eau gronde et que l'écueil encombre,
Le cône refroidi du volcan de Lemnos,
Et la Crète, et ses monts qui semblent des créneaux,
Et Corinthe, et Mycène, et Nauplie, et les restes
Du temple d'Erechthée, et la tour des Cyrrhestes,
Et, tout au fond, le mont Othrys, le mont Cnémis,
Noirs géants dans la nuit homérique endormis.
Le paquebot va, court, roule pale sur pale;
Et la vague est de nacre et' la côte est d'opale,
Et les grands horizons passent,. ayant sur eux
Ou le nuage rose ou l'éclair sulfureux;
Après une île enfuie on voit une île éclore.
Et pendant ce temps-là la machine dévore
Des monceaux de. Newcastle et des tas de Cardiff.
Ainsi l'esprit humain, glouton quoique tardif,
Dans son voyage autour des systèmes, consomme
L'éternité, le temps, la mort, la vie et l'homme.

Et tout cela pourquoi? pour ne pas arriver.
Pas de pilote; pas de boussole; rêver
Dans tout lointain nuage une rive abordable,
Percer l'impénétrable et sonder l'insondable,
Tel 'est l'effort humain quand il fouille le ciel.
Là philosophie erre au noir gouffre éternel;
Atteindre à Diêu! comment? Elle ignore.les. passes;
Et souvent elle -va, dans les sombres espaces
Jetant sa cargaison, faux et vrai, mal et bien,
Se heurter à -l'écueil infranchissable Rien,.
Roche obscure où, battu du 'doute aux flots, sans nombre,
L'énorme Spinoza râle, échoué dàns l'ombre
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Ah! la philosophie est vorace! il lui faut
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: