PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) L'homme croit avoir fait un pas dans l'inconnu

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) L'homme croit avoir fait un pas dans l'inconnu Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) L'homme croit avoir fait un pas dans l'inconnu   Victor HUGO (1802-1885) L'homme croit avoir fait un pas dans l'inconnu Icon_minitimeLun 31 Oct - 23:56

L'homme croit avoir fait un pas dans l'inconnu
Quand il met sur l'autel quelque faune cornu,
Quelque dragon rampant sur des membres hybrides,
Ou quelque affreux Brahma dont il dore les rides;
Il croit s'être avancé bien loin dans l'idéal
Lorsqu'il a complété Zeus par Bélial,
Ou lorsqu'il a choisi pour s'en faire une idole
Quelque apparition du sommeil, sombre et folle,
Et qu'il s'est prosterné devant ses cauchemars
En les nommant Mithra, Neptune, Irmensul, Mars!
Est-il du moins l'auteur de ces larves? Non. L'être,
En se décomposant dans l'ombre, les fait naître;
Et tous ces dieux, Moloch, Jupiter, Astarté,
Thor, masques de démence ou de difformité,
Chacun portant son thyrse, ou sa foudre, ou sa bible,
Sont des types de nuit flottant dans l'invisible.

Quoiqu'ils soient vils, méchants, obscènes, odieux,
Homme, tu n'as pas même enfanté tes faux dieux.
O passant misérable, ô chercheur éphémère,
Tu ne peux rien créer, pas même une chimère!
L'Ombre qui t'enveloppe, ô pauvre être banni,
La Profondeur, qui semble un mur de l'infini,
L'effrayant fond brumeux d'où les visions pleuvent,
Sur qui confusément les atomes se meuvent,
Où l'on distingue à peine et la vie et la mort,
Et les linéaments mystérieux du sort,
L'immense obscurité, pleine de vagues porches
Où de tous les autels, tremblent toutes les torches,
Où des souffles, suivis d'effacements soudains,
Dessinent des enfers, des pindes, des édens,
Deucalion, Pluton, Satan, Eve et sa pomme,
Triste, n'accepte pas des dieux sortis de l'homme.
Crois-tu donc imposer tes. rêves à la nuit?
Cette grande songeuse envoie en ton réduit
Ses blêmes légions d'ombres battant de l'aile;
C'est elle qui les fait, et tu les reçois d'elle.
Et quand un prêtre dit tout bas dans son orgueil:
-J'invente des démons' qui mettent l'homme en deuil;
Je suis le créateur suprême et solitaire
D'un tas de spectres, honte ou frayeur de la terre;
Et le monde, stupide et morne, est sous le faix
De tous les dieux impurs ou sanglants que je fais,
Fô, Dagon, Teutatès, Vénus aux yeux funèbres! -
La nuit, qui les créa d'un pan de ses ténèbres,
Rit, et de leur noirceur a peu d'étonnement.
Le formidable ciel sait que le prêtre ment.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) L'homme croit avoir fait un pas dans l'inconnu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Course à la mort (Death Race 1 et 2 ) [FR DVDRiP]
» [FREE] The Karaté Kid-2010 [DVDRiP]
» [FREE] The Interceptor [DVDRiP]
» Accès au forum Hentaï et caché!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: