PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Homme, les avatars et les métempsychoses

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Homme, les avatars et les métempsychoses  Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Homme, les avatars et les métempsychoses    Victor HUGO (1802-1885) Homme, les avatars et les métempsychoses  Icon_minitimeMar 1 Nov - 0:12

Homme, les avatars et les métempsychoses
Dans l'immobilité formidable des choses;
La rougeur qui s'allume au sommet des Thabors;
Le destin; gouffre où 'Job cherche à saisir les bords,
Où Platon s'épouvante, où Christ même redoute
Les flux et les reflux de la vague du doute;
L'aube en fleur; les tombeaux, intérieurs-vermeils;
La petitesse obscure et morne des soleils,-
L'énormité, sondée. en vain, du grain 'de sable;
Les rayons inouïs -de l'incommensurable;
Le monde immédiat, hideux pour les voyants,
Les buissons, lès forêts, lés rochers effrayants,
La surdité plus sombre encor 'que le silence,
La mer triste, oscillant ainsi qu'une balance,
L'écueil sanglant, le flot démesuré, bavant
Dans -les' gémissements' lamentables du vent,
L'orage, des éclairs secouant la crinière,
Ne' s'interrogent point de la même manière,
Dans l'horreur des chaos vaguement apparus,
Que l'évêque panade ou le moine Pyrrhus a'.
LX
Qu'est-ce que'.tâ sagesse et que ton jugement.?
Homme, en. ta conscience as=tu ,quelque mesure
Pour peser, pour compter, pour régler, qui soit sûre?
Toi-même, n'es-tu pas ton propre étonnement?
Ce que le genre humain fait misérablement
T'effraie, et tu ne sais ce que tu dois en croire.
L'homme pour l'homme est nuit. Devant ta propre histoire
Entends-tu clairement l'évidence crier.?
'
Vdyons. Explique-toi. Quel est le meurtrier:
Brutus tuant César, ou César tuant Rome?
Quand. même l'âpre Dante et cet autre qu'on nomme
Tacite, et celui-là qu'on nomme Juvénal
Siégeraient dans ton âme ainsi qu'un tribunal,
L'un Minos, l'autre Éaque, et l'autre Rhadamante,
Tu ne sentirais pas que la lumière augmente,
Et que plus de justice avec plus de raison
Se lève dans ton coeur et sur ton horizon.

Voici la bête fauve et la bête de somme,
D'un côté l'empereur, de l'autre côté l'homme,
Claude et le genre humain, Tibère et l'univers;
L'un est-il plus abject que l'autre n'est pervers?

Tiens, vois: -comme le soir les nuages s'amassent,
Les sombres légions rentrent; les soldats passent,
Aigle et bannière au vent, sous les arcs triomphaux;
Le peuple bat des mains du haut des échafauds;
Ils mêlent aux clairons quelque strophe sauvage:
« -Nous sommes compagnons de gloire et de ravage,
« O Commode, empereur égal à Jupiter!
« Qui donc pourrait compter les vagues de la mer,
« Les rois que tu domptas, les murs que nous rompîmes? »
Ils. passent, rapportant les dépouilles opimes;
A leur têté est le maître immense, le vainqueur;
Toute Rome à ses pieds n'est plus qu'un vaste choeur;
Il marche précédé de la fanfare altière;
Et le cirque frémit; dans le noir bestiaire
De grands tigres ouvrant leurs pattes sont debout,
Et, pour voir passer l'homme à qui Dieu livre tout,
Le César adoré du globe qu'il saccage,
Collent leur' ventre fauve aux barreaux de leur cage.
Et maintenant, César, content du bon accueil,
César, dont la lumière est faite avec le deuil
Des nations sur qui pèse l'ombre profonde,
L'empereur effrayant de cette nuit du monde,
En rendant grâce aux dieux, donne au peuple romain
Un banquet où l'on va boire du sang humain,
Où la brute des bois et Rome souveraine,
Joyeuses, rugiront ensemble dans l'arène,
Où l'encens fumera parmi les cris plaintifs,
Un festin de chrétiens, de martyrs, de captifs,
D'esclaves ramenés de l'Etixin ou du Tage,
Et le peuple s'attable, et le tigre partage.
Qui, du tigre ou de l'homme, est le monstre? réponds.

Et plus tard, quand des voix diront là-haut: frappons!
Quand l'histoire verra, dans la nuit prête ànaître,
Les vieux démons de l'homme, horribles, reparaître,
Et s'écriera, les bras levés au ciel: Voilà
Caïn dans Constantin, Nemrod dans' Attila!
Quand Rome penchera, c'est-à-dire le monde;
Quand, pour tout engloutir, viendront dans la même onde
La Barbarie affreuse et le Christ radieux;
Quand tout se défera, les lois, les moeurs, les dieux,
Quand la ville éternelle, esclave reine, en proie
Aux eunuques, joyeux d'on ne sait quelle joie,
Fera remplir sa coupe avec un rire impur
En entendant le pas d'Alaric sous son mur,
Quand Rome n'aura plus que l'immonde énergie
D'attendre le viol, les coudes dans l'orgie,
Lorsque le sort fera cet éclat d'enivrer
Cette prostituée avant de la livrer;
Quand la fatalité donnera le scandale
Du visigoth, du hun stupide, du vandale,
Qu'est-ce que tu feras,qu'est-ce que tu diras?
Quand les fléaux seront comme des magistrats,
Quand l'aube et le tombeau seront mêlés ensemble,
Quand tout sera si juste et si cruel qu'il semble
Que Dieu soit le faucheur, que Satan soit la faulx,
Quel sage d'entre vous distinguera le faux
Du vrai, le oui du non, le rayon de la foudre,
Ce qu'il faut condamner de ce qu'il faut absoudre,
Le héros du bandit, l'ange. de l'animal,
L'affreux débordement du déluge normal,
Et du mal et du bien pourra faire la somme
Dans cet épouvantable écroulement de l'homme 82?
LXI 83
L'homme étreint dans ses bras, l'obstacle, comme Hercule.
La peste disparaît et la brute recule; '' -
Le serpent fuit; 'le loup s'en va; l'arbre 'épineux,
Rentre sa griffe ét tord moins méchamment ses noeuds.
La vie a cessé d'être une sombre aventure.
L'homme, autrefois mordu par la, fauve nature,
Met une muselière à la création.
La mer cède, la terre obéit; l'alcyon
Chante tin hymne d'espoir à sa sueur la colombe.
L'étang n'exhale plus le soufflé de 'la tombe.
La forêt, qui frissonne à la bouche de. Pan,
S'emplit de fleurs; ,le lac rit dans'-les monts.; le paon
Traîne la gerbe d'yeux qui frémit sur sa queue.
Eden vague et lointain montre sa porte bleue.
Adam n'est plus sinistre et glacé de sueur.
Dans l'ombre par degrés se lève une lueur;
La pensée, aube pure, à travers la matière
Luit et s'épanouit dans la nature entière;
Et dans l'âpre univers, jadis horrible et noir,
Qui se mouvait,. pareil aux visions, du soir,
Et que semblait. emplir une hydre aux' yeux de flamme,
L'homme sent chaque jour moins de monstre et plus d'âme.

IO février 1854.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Homme, les avatars et les métempsychoses
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: