PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Il était une fois un caporal cipaye,

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Il était une fois un caporal cipaye, Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Il était une fois un caporal cipaye,   Victor HUGO (1802-1885) Il était une fois un caporal cipaye, Icon_minitimeMar 15 Nov - 23:35

Il était une fois un caporal cipaye,
Pauvre diable; et n'ayant ni pitance, ni paye.
C'était à Jagrenat. Un soir il pénétra
Dans la grande pagode où la déesse Intra
Reluit, monstre incrusté d'escarboucles sans nombre.
Il grimpa sur l'idole, et lui vola dans l'ombre
Un beau caillou brillant qui faisait l'oeil du front.
La nuit l'avait fait brave et la peur le fit prompt;
Il s'enfuit, emportant l'objet. Le triste hère
Attacha le caillou, ne sachant trop qu'en faire,
Au pommeau de son sabre avec un fil d'archal;
Puis il se pavanait, fier comme un maréchal.
Un jour enfin, étant ivre entre les plus ivres,
A je ne sais quel juif il le vendit six livres..

Voilà ce que c'était que ton premier amant.

Le caillou du soldat était un diamant;
L'hébreu qui l'achetait était un lapidaire.
0 Vénus de Milo, Phébus du Belvédère,

Vous n'étiez rien qu'un marbre informe, jusqu'au temps
Où le sculpteur vous prit sous ses doigts palpitants,
Et vous tira du bloc, nus, rayonnants, sans voiles,
Et vous mit dans l'Olympe au milieu des étoiles!
Ainsi, des noires mains du lapidaire obscur,
Avec mille éclairs d'or et de pourpre et d'azur,
Sortit le diamant, taillé, poli, splendide,
Magnifique, et si beau que son maître sordide
Le vendit à son tour quatre ou cinq millions.
C'était un de ces juifs, hideux tabellions,
Qui vendraient le printemps, la rosée et les astres,
Pour un mulet ployant sous sa charge de piastres.

Voilà ce que c'était que ton deuxième amant.

Aujourd'hui, contemplé par tous avidement,
Pur, superbé, admiré par la foule qui passe,
Et posé sur un front devant qui tout s'efface,
Le merveilleux caillou, rare et divin trésor,
Brille au plus haut fleuron d'une couronne d'or.
Son doux rayonnement dissipe l'ombre noire;
Et, le voyant reluire à ce sommet de gloire,
L'oeil croit voir resplendir l'éternel diamant,
L'éclatant Sirius dans le bleu firmament!
Léa! brille à jamais à ce sublime faîte!

Le troisième est un roi, c'est-à-dire un poète.

Le premier te vola, le second te vendit.
L'un fut un goujat vil, et l'autre un juif maudit.
Madame, le troisième, esprit noble, âme éprise,
Seul vous a méritée et seul vous a comprise.

1« février 1845.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Il était une fois un caporal cipaye,
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout sur Slayers Hentaï (ou presque)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: