PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Après l'écroulement de l'homme

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Après l'écroulement de l'homme  Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Après l'écroulement de l'homme    Victor HUGO (1802-1885) Après l'écroulement de l'homme  Icon_minitimeDim 27 Nov - 22:18

APRÈS L'ÉCROULEMENT DE L'HOMME.1fi2


Pour venger le passé, pour sauver l'avenir,
O peuple, j'ai senti que je devais punir
Un homme, et qu'il fallait châtier une tête;

Et moi, qui dans ma serre ai porté la tempête,
Quand la Justice au front redoutable et sacré
M'a dit: Foudroie, ami! j'ai dit Je le ferai.
Soit. Car ce ne sont pas les aigles, d'ordinaire,
Qui refusent de prendre en leur griffe un tonnerre.
Et j'ai lutté. Ce maître était là sous son dais;
Et je le combattais, et je le regardais;
Il avait tout pour lui, du Volga jusqu'au Tibre,
Tout, l'Allemagne esclave et l'Angleterre libre;
Je lui faisais la guerre à travers cette paix;
Et la foule, à ses pieds, tandis que je frappais,
S'étonnait que quelqu'un osât rester honnête;
L'ignominie était devenue une fête;
Moi, seul au bord des mers, banni, haï de tous,
D'autant plus indigné qu'il était plus absous,
O Guernesey, debout sur tes fières collines,
Je lui jetais d'en haut des feuilles sibyllines;
Les vents les lui portaient, ombre, nuage, affront;
Et lorsqu'elles passaient au-dessus de son front,
Il en sortait un vers ressemblant à la foudre.
Mais maintenant que l'homme infâme est dans la poudre,
Qu'il est à terre, affreux, gisant, et que je vois
' Son nom faire partout frémir toutes les voix,
Et les passants marcher sur César misérable,
Fais place, âpre justice, au pardon vénérable,
Ou du moins, si c'est trop de pardonner, permets
Que ma colère en feu reste sur les sommets,
Et ne descende. pas à frapper ce cadavre.
Laisse-moi me tourner vers tout ce qui me navre,
Vers ceux qui maintenant sont puissants, et qui font
Pencher la France au bord de la chute sans fond.
Je lutte, ô Vérité, mais jamais je n'accable.
Le coeur persévérant n'est point l'âme implacable.
L'écrasement de qui n'est plus est puéril.
Le tort ne suffit pas, il me faut le péril.
Pour ceux-là seulement mon courroux est tenace
Qui dans la main ont l'arme et dans l'oeil la menace,
Et dans mon dédain calme et pensif j'engloutis
Les monstres, s'ils sont morts, ou bien s'ils sont petits.
La foudre veut un but, et se trouve inutile
Sur l'hydre inanimée ou l'acarus reptile,
Et le noir justicier, sur les cimes frappant,
Laisse vivre le ver et pourrir le serpent.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Après l'écroulement de l'homme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: