PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) En Belgique -(et peut-être, hélas! ailleurs encor!)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) En Belgique -(et peut-être, hélas! ailleurs encor!) Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) En Belgique -(et peut-être, hélas! ailleurs encor!)   Victor HUGO (1802-1885) En Belgique -(et peut-être, hélas! ailleurs encor!) Icon_minitimeDim 27 Nov - 22:20

En Belgique -(et peut-être, hélas! ailleurs encor!)
La justice, le droit, la loi, c'est un décor;
Pour le peuple il en sort un bras armé d'un glaive;
Mais que quelqu'un d'en haut passe, cela s'enlève;
Le juge est un châssis, Thémis est en carton,
La magistrature âpre et sombre est. un mouton
Sur roulette, et le code est une bergerie;
Pour faire évanouir la fantasmagorie
Il suffit de ce coup de sifflet réussi
Qu'on entend au théâtre, et dans les bois aussi.
Exemple: des gandins avec leurs gourgandines,
Ô Brillat-Savarin, de la cave où tu dînes,
Sortent, et, gais soupeurs, veulent avec raison
Servir l'ordre en mettant à sac une maison 163;
S'ils ont bu de bon vin, si cette populace
Se compose de gens titrés, d'hommes en place,
De barons, de marquis, de princes, de laquais,
Gueux bien mis, assassins du genre freluquets,
Si ce sont des bandits à la dernière mode,
Incapables de prendre un sou dans ma commode,
Faisant la bouche en coeur, fredonnant un couplet,
Désirant seulement tuer qui leur déplaît,
Nul magistrat ne doit troubler ce badinage.
Si le principal drôle est presque un personnage,
S'ils ont pris le soin d'être en nombre suffisant,
Armés, 'et contre un seul cinquante, au besoin cent,
S'ils sont prudents, s'ils n'ont à craindre en ce repaire
Que deux petits enfants gardés par un grand-père,
S'il s'agit d'un français quelconque, d'un quidam,
Monsieur Anspach devient bourgmestre de Saardam,
Pas un sergent ne vient, pas un exempt ne bouge;
Çà, croit-on que Kerwin va se fâcher tout rouge
Contre son fils qui fait dans l'ombre un tour charmant?
La policé se change en Belle au bois dormant.
Comme au fond la justice est une simagrée,
Étant admis l'État à qui la chose agrée
Et qui transforme en cippe, en terme, en borne, en pion,
Ce dogue, le gendarme, et ce lynx, l'espion,
Tout se passe le mieux du monde; on laisse faire.
Anspach boit ce vacarme ainsi qu'un somnifère.
Dérange-t-on les géns pour ces misères-là?
Un assaut! tout au plus un meurtre! qu'est cela?
Après tout, c'est bien fait. Amuse-toi, jeunesse.
Dormez, monsieur Berden, ronflez, monsieur Cornesse.
Nous sommes par des lois complaisantes régis.
Crocheter une porte, assiéger un logis!
Bravo'! ces Franquillons ne sont que des bélîtres.
Va-t-on pas ennuyer de gais-casseurs-de vitres
Pour une pierre ayant pu tuer un enfant.?
Garder l'homme attaqué! Non, celui qu'on défend,
C'est l'agresseur.

Alors luit dans l'ombre livide
Une métamorphose où se plairait Ovide,
Et la mythologie aimable reparaît.
Toute une capitale est changée en forêt;
La patrouille enchantée imite l'écrevisse;
Chez Argus souriant Morphée est de service.

Bruxelles, 30 mai 1871.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) En Belgique -(et peut-être, hélas! ailleurs encor!)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 21122012 peut-être

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: