PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Aucune délicatesse

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885)  Aucune délicatesse Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Aucune délicatesse   Victor HUGO (1802-1885)  Aucune délicatesse Icon_minitimeDim 27 Nov - 22:51

Aucune délicatesse
N'est plus riante ici-bas
Que celle d'une comtesse
Mouillant dans l'herbe ses bas.

Au gré du vent qui la mène,
Dans les fleurs, dans le gazon,
La beauté de Célimène
Prend les grâces de Suzon.

Elle montrait aux pervenches,
Aux verveines, sous ses pas,
Ses deux belles jambes blanches,
Qu'elle ne me cachait pas.

On se tromperait de croire '
Que les bois n'ont pas des yeux
Et, dans leur prunelle noire,
Plus d'un rayon très joyeux.

Souvent tout un bois s'occupe
A voir deux pieds nus au bain,
Ou ce frisson d'une jupe
Qui fait trembler Chérubin.

Les bleuets la trouvaient belle;
L'air vibrait; il est certain
Qu'on était fort épris d'elle
Dans le trèfle et dans le thym.

Quand ses légères bottines
Enjambaient le pré charmant,
Ce tas de fleurs libertines
Levait la tête gaîment.

Et je disais: Prenez garde,
Le muguet est indécent.
Et le liseron regarde
Sous votre robe en passant.
Ses pieds fuyaient... Quel délire
D'errer dans les bois chantants!
Oh! le frais et divin rire
Plein d'aurore et de printemps!

Une volupté suprême
Tombait des cieux entr'ouverts.
Je suivais ces pieds que j'aime;
Et, dans les quinconces verts,

Dans les vives cressonnières,
Moqueurs, ils fuyaient toujours;
Et ce sont là les manières
De la saison des amours.

J'admire, ô jour qui m'enivres,
Ô neuf soeurs, ô double mdnt!
Les savants qui font des livres
D'être les taupes qu'ils sont,

De fermer leur regard triste
A ce que nous contemplons,
Et, quand ils dressent la liste
Des oiseaux, des papillons,

Des mille choses ailées,
Moins près de nous que des cieux,
Qui volent dans les allées
Du grand parc mystérieux,

Dans les prés, sous les érables,
Au bord des eaux, clairs miroirs,
D'oublier, les misérables,
Ces petits brodequins noirs!
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Aucune délicatesse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: