PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Que la brume a déjà repris d'autres sommets;

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Que la brume a déjà repris d'autres sommets; Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Que la brume a déjà repris d'autres sommets;   Victor HUGO (1802-1885) Que la brume a déjà repris d'autres sommets; Icon_minitimeLun 5 Déc - 23:44

Que la brume a déjà repris d'autres sommets; .
De grands monts, qui semblaient lumineux à jamais,
Qu'on croyait délivrés de l'abîme, s'y dressent,
Mais noirs, et, lentement effacés, disparaissent.
Toutes les vérités se montrent un moment,
Puis se voilent, le verbe avorte en bégaiement;
Le jour, si c'est du jour que cette clarté sombre,
N'a l'air de se lever que pour regarder l'ombre;
On ne voit plus le phare; on ne sait que penser;
Vient-on de reculer, ou vient-on d'avâncer?
Oh! dans l'ascension humaine, que la marche
Est lente, et comme on sent la pesanteur de l'arche!
Comme ceux qui de tous portent les intérêts
Ont l'épaule meurtrie aux angles du progrès!
Comme tout se défait et retombe à mesure!
Pas de principe acquis; pas de conquête sûre;
A l'instant où l'on croit l'édifice achevé,
Il s'écroule, écrasant celui qui l'a rêvé;
Le plus grand siècle peut avoir son heure immonde;
Parfois sur tous les points du globe un fléau gronde,
Et l'homme semble pris d'ûn accès de fureur.
L'Européen, ce frère aîné, joute d'horreur
Avec le caraibe, , avec le malabare;
L'Anglais civilisé passe l'Indou barbare;
O pugilat hideux de Londre et de Delhy!
Le but humain s'éclipse en un infâme oubli,
Il est nuit du Danube au Nil, du Gange à l'Ebre.
L'antique continent est sanglant et funèbre,
L'ancien monde est hagard; mais dans l'autre, ô clarté,
Du moins je vois venir à moi la Liberté.
Qu'est-ce que tu me veux, ô marchande d'esclaves ?
Quoi! de ses fers brisés, l'homme fait des entraves!
La tache qui flétrit Stamboul à son déclin
Souille l'aube du monde auguste de Franklin!
Sur la terre de Penn les chiens chassent aux hommes,
Néron et Borgia, ces spectres des deux Romes,
Entendent sur leur tombe un bruit toujours grossi
De fers et de carcans; et Washington aussi.
Ah! l'esclavage au front abject, aux yeux obliques,
Deuil pour les royautés, est honte aux républiques.
Derrière un nègre aux fers il ne reste plus rien.
Quand un est. paria, qui donc est citoyen?
Le droit, le plus sacré de tous les noms qu'on nomme,
Est entier; il suffit qu'il soit absent d'un homme
Et qu'un seul n'en ait pas pour que nul n'en ait plus.
O genre humain, malgré tant d'âges révolus,
Ta vieille loi de haine est toujours la plus forte,
L'Évangile est toujours la grande clarté morte.
La fraternité râle et l'amour est proscrit,
Et tu n'as pas encor décloué Jésus-Christ.
N'importe. Allons au but, continuons. Les choses,
Quand l'homme tient la clef, ne sont pas longtemps closes.
Peut-être qu'elle-même, ouvrant ses pâles yeux,
La nuit, lasse du mal, ne demande pas mieux.
Que de. trouver celui qui saura. la convaincre.
Le devoir de l'obstacle est de se laisser vaincre.
L'obscurité nous craint et recule en grondant..
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Que la brume a déjà repris d'autres sommets;
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: