PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) . . MISÈRE

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) . . MISÈRE Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) . . MISÈRE   Victor HUGO (1802-1885) . . MISÈRE Icon_minitimeJeu 22 Déc - 21:31

. . MISÈRE
Partout la force au lieu du droit. L'écrasement
Du. problème, c'est là l'unique dénoûment.
Partout la faim. Roubaix, Aubin, Ricamarie.
La France est d'indigence et de honte maigrie.
Si quelque humble ouvrier réclame un sort meilleur,
Le canon sort de l'ombre et parle au travailleur.
On met sous son talon l'émeute des misères.
L'Afrique agonisante expire dans nos serres.
Là tout un peuple râle et demande à manger.
Famine dans Oran, famine dans Alger.,
- Voilà ce que nous fait:cette France. superbe .!
Disent-ils. - Ni maïs,, ni pain. Ils broutent l'herbe.
Et l'arabe devient épouvantable et fou.
On rencontre, une femme au fond de quelque trou,
Accroupie, et mangeant avec un air étrange. .
- Qu'est-ce que tu, fais là? . Hé bien, j'ai faim, je mange.
-. Ton chaudron sur le feu fume, qu'as-tu dedans?
Ces os, que l'on entend. crier entre tes dents,.
Cette chair qu'en .grondant ronge ta bouche amère,
Qu'est-ce? C'est un .enfant que j'avais, dit la. mère.
Les déclamations -ne prouvent rien; soyons
Impartiaux; cette ombre est-elle sans rayons?
Vous passez votre' à. dire que 'l'on souffre
Partout, èt que partout'on' pleure, et qu'en un gouffre
On gémit, comme un tas d'affamés sur l'écueil,
Et vous criez: Tout' est misère et tout est deuil!
' Tout est misère et' deuil? Quelle erreur- est la vôtre!
Ah çà, vous ne voyez qu'un côté! Voyez l'autre.

Jouissance et splendeur. 'Doit-on, en 'vérité,
Montrer l'adversité sans' la prospérité? '
Ce contrepoids ôté fausse votre balance.
Oui la détresse là, mais ici l'opulencé.
Soyons justes. Voyez. Plaisirs, bals, volupté,
Luxe, et l'hiver le Louvre, et Compiègne l'été:
Oui, faites approcher vos vers les plus féroces:
Oseront-ils nier ces palais, ces carrosses,
Ces festins? Est-ce là de la misère enfin?
Est-ce qu'en cette fête éternelle on a faim?
En 'ne montrant jamais que l'indigence, on triche.
Vous étalez le pauvre, eh 'bien, voyons cé riche.
LIII C'EST BIEN, BUVEZ, MANGEZ...
Qu'en dites-vous? Parlez. Est-il assez complet?
Il a ce qu'il convoite, il fait ce qui lui plaît.
Ses désirs sont noyés dans le faste lyrique.
Ah! je voudrais bien voir que- votre rhétorique
Contestât cette aisance auguste, et s'escrimât
A prouver que ce luxe est d'un mince format,
Que cette argenterie est reprochable, et manque
Du poids qui la ferait recevoir à la banque,
Que ces, cochers ne sont point gras, que ces jockeys
Montent, mal galonnés, des chevaux peu coquets,
Et que ces millions, ruisselant sur ces tables
En ivresses sans fin, ne sont pas véritables?
Reconnaissez qu'ici l'on ne manque de rien.
On s'est fait tout-puissant pour être épicurien.
On est un homme heureux. C'est doux. Pas de rebelles.
On est le Jupiter d'un Olympe de belles.
On a Biarritz; veut-on varier le tableau?
Après la mer, les bois; on a Fontainebleau.
Chasses, danses, galas, petits jeux sous les.treilles,
Rougissantes beautés sous les grappes vermeilles;
Puis course au bois; on fut en décembre vainqueur,
Et l'on rêve, et l'on sent pénétrer dans son coeur
Le pur soleil des champs, des fleurs, des prés, des vignes,
.L'azur des clairs étangs et la blancheur des cygnes.

H. H. Décembre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) . . MISÈRE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: