PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 136599
Age : 57
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169 Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169   Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169 Icon_minitimeVen 23 Déc - 11:28

FO, 168-169 129/127. 1844. Océan, p. 525.
- La fontaine Molière 40.
L'une est la. fantaisie et l'autre est la pensée.
Deux déesses. Deux soeurs: L'une rit, l'autre songe.
Leurs bouches
Charmantes toutes deux et toutes deux farouches.
Elles aiment '
Les lacs virgiliens, les antres frais, l'asile
Où rit le vieux Silène, où dort le beau Mnasyle,
L'air qui toujours se plaint, l'eau qui gémit toujours,
Et les vastes rameaux des bois profonds et sourds.

... mêlent leur doux visage
Aux projets de l'enfant, aux chimères du sage;
Et la nuit, quand il dort, viennent, chaste faveur,
Baiser le large front du poète rêveur.

Toutes deux vont glanant sur terre et dans les cieux.
Toutes deux 'd'ornements divins et gracieux
Aiment à rehausser la gaze de leurs voiles;
Mais l'une y met des fleurs et l'autre des étoiles.
Elles mènent et emportent à travers l'espace
comme des oiseaux étranges

Les hippogriffes bleus, les Pégases dorés,
Tous ces chevaux divins, frissonnants, effarés,
Qui, fils des anciens luths et des lyres nouvelles,
Sur les parnasses verts ouvrent leurs grandes ailes.

Puis elles redescendent à terre
Et le matin le pâtre errant dans les clairières
Voit dans l'ombre du taillis...

Où le ciel disparaît dans les branches jalouses,
Voit leurs pieds nus empreints au velours des pelouses.
Oh'! les chastes beautés! oh! les pudiques soeurs!
Comme elles vont des prés foulant les épaisseurs!
Comme elles ont l'amour de la nature! et comme,
Déesses qu'elles sont, elles méprisent l'homme!


Ce sont elles pourtant, ces vierges aux fronts purs,
Que deux magiciens font vivre dans nos murs
Et que montrent aux yeux de la foule accourue
Molière sur'la scène et Pradier dans la rue!

_________________
Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169 Une_pa12Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169 Plumes19Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169 Miniat14Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169 James_12


Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169 Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-168 f169
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: