PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102 147/350. 1854-55.

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 132240
Age : 56
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102	147/350. 1854-55. Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102 147/350. 1854-55.   Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102	147/350. 1854-55. Icon_minitimeVen 23 Déc - 12:43

F. 102 147/350. 1854-55.
Laisse les flots battre la plage!
-O songeur! songeur, que veux-tu?

tout se relèvera

Ô Dieu, si j'étais une flamme.
Sur cette terre des vivants!
Si je pouvais semer mon âme
Comme on sème une graine aux vents!
F.103 147/491.
L'homme est comme un bourreau debout dans la nature.
L'aube chaque matin voit l'homme qui torture
Le grand, le beau, le vrai,
Qui raille la justice et l'insulte et s'en joue,
Et le ciel souffleté rougit comme la joue
De Charlotte Corday.

au levant
Un long nuage étroit rougi par l'aube sombre
Semblait un poisson d'or dans un océan d'ombre
(matin du 11 )(bre 1855).
F° 104 . 146/224. 1856-58.
Les types
Et quel. est celui-ci, diable?
Le diable
. - C'est un guerrier.
Pourvu qu'un sexe l'aime et que l'autre le craigne,
Tout - est bien. Ce gaillard est le dieu Mars. Il règne.
Il est le papillon joyeux du régiment,
Par les quinze ans d'Agnès regardé doucement,
Ardemment contemplé par les trente ans d'Orphise,
Il est sergent. Bourgeois, que ceci vous suffise.
Un groupe de beautés l'adore, un tourbillon
De déesses l'entoure au front du bataillon,
Les amours et les ris l'escortent, il rattache
L'essaim des Cupidons au croc de sa moustache.
Et toutes les Vénus et toutes les Hébés
Qui flottent mollement des soldats aux abbés.
L'Olympe tout entier'le suit au corps de garde.
Les étoiles font cercle autour de sa cocarde.
Le tambour bat, les coeurs battent, France, en avant!
C'est lui.
1852-1870 995
L'amour et le drapeau se gonflent dans le vent;
C'est lui.
Il ne craint qu'un séul homme au monde, la duègne.
Ce menton barbu-là lui fait peur.
F° 105. 69/65. 1854.
Louis XI - Borgia - Torquemada -
. temps monstrueux!
On eût dit que la fange, essayant d'être mère,
Voulait substituer à l'homme une chimère.

Toute corruption germait sur ce fumier.
Le dernier n'était pas- plus vil que le premier.

08 147/417. 1855.
Qu'êtes-vous, fantômes?; Je nie,
Je crois, je doute. Votre oeil luit.
Etes-vous l'immense ironie
De l'apparence et de la nuit?
Ôtez vos masques, spectres blêmes!
Faut-il que dans tous nos problèmes,
Tremblants,. nous vous rencontrions?.
Etes-vous démons ôu colombes?
Etes-vous du drame des tombes
Les formidables, histrions? -

Qu'apportez-vous à la pensée?
L'effrayant vertige ou l'essor?
F, 109 - 147/428. 1855.
Nuit, *qui viens aider sur terre '
Les éléments destructeurs,
Spectre qui te laisses faire
Par tous ces noirs malfaiteurs,
Où sont le phare et l'étoile?
Où sont le mât et la voile?
Fo 110 147/287. 1855.
Amoureux je regardais l'ômbre
Car l'abîmé 'met l'âme en rut.

Viens, me cria-t-il, viens,' te dis je!
Viens, suis-moi! c'est l'illimité,
C'est le gouffre, c'est le prodige,


C'est la sinistre immensité.
Viens! c'est l'horreur! c'est l'épouvante!
Où jamais la forme vivante
N'a hasardé son oeil de chair!
Viens!

_________________
Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102	147/350. 1854-55. Une_pa12Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102	147/350. 1854-55. Plumes19Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102	147/350. 1854-55. Miniat14Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102	147/350. 1854-55. James_12


Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102	147/350. 1854-55. Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F. 102 147/350. 1854-55.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: