PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 132240
Age : 56
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN   Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN Icon_minitimeDim 25 Déc - 5:09

MON JARDIN
Dans le gazon qu'au sud abrite un vert rideau,
On voit, des deux côtés d'une humble flaque d'eau
Où nagent des poissons d'or et de chrysoprase,
Deux aloès qui font très bien dans une phrase ;
Le bassin luit dans l'herbe, et semble, à ciel ouvert,
Un miroir de cristal bordé de velours vert ; _
Un lierre maigre y rate un effet de broussaille ;
Et, bric-à-brac venu d'Anet ou de Versaille,
Pris à l'antre galant de quelque nymphe Echo,
Un vase en terre cuite, en style rococo,
Dans l'eau qui tremble avec de confuses cadences,
Mire les deux serpents qui lui tiennent lieu d'anses,
Et qui jadis voyaient danser dans leur réduit
Les marquises le. jour, les dryades la nuit.

Un rayon de soleil ! une bête à bon Dieu !

Oh oui, je te comprends, printemps, tu m'insinues
Que c'est le mois des fleurs, des bois, des gorges nues,
Des billets doux ornés d'un' coeur d'où sort du feu,
Et que je pourrais voir en me penchant un peu,
Si jusqu'au bord du toit mon regard se hasarde,
Marguerite en chemise au fond de sa mansarde.
Mois de- Maïa ! Lilàs, parfums, ruisseaux, bosquets,
Marquises regardant en dessous leurs laquais !
Les êtres sont poussés au péché par les choses ;
Oh ! la douce saison que la saison des roses !

L'homme s'écrie : Amour ! et l'âne dit : hi han !
Au temps jadis, au temps du bel Esplandian
Pour être en ce moment visité dans mon bouge
Par Garlinde, j'aurais mordu dans du fer rouge,
CHARLE, .IL FAUT QUITTER L'ODE...
J'eusse été frénétique autour des voluptés,
J'aurais eu faim et soif de toutes les beautés,
Pour. la belle Euriante. ou la belle Fosseuse,
J'aurais au coin des murs cogné ma boîte osseuse,
Je me serais tué, je me serais damné ;
Aujourd'hui, peuh ! la femme ! aujourd'hui j'ai dîné.
Je resterais plus froid qu'Abeilard, le vrai sage,
Lors même que Brahma viendrait dans son nuage
M'apporter sur un lit en acajou tout neuf
Berthe aux grands pieds avec -Junon .aux yeux 'de boeuf' !
Je suis Platon au lieu d'être un drôle robuste.
Je tourne au marbre blanc "et- je deviens un buste.
C'est beau, mais assommant ; c'est fort original,
Mais très fastidieux. Nodier à l'Arsenal
M'eût juché sur un cippe entre deux bôuquins jaunes.
Que Suzon dans les prés dorme à l'ombre des aulnes,
Qu'Anna, qui ravirait un faune au pied fourchu,
Fasse en penchant la tête entr'ouvrir son fichu,
Je n'en profite pas. Je reste comme un terme.
Avril ne me fait pas frissonner l'épiderme.
A la barbe du mois de mai, je suis un sot.
Lise offre le duel, mais j'évite l'assaut. .
Le soir, sur mon grabat, en bâillant comme une huître,
Je m'étends sans daigner regarder par ma vitre
Si Vénus monte au ciel et Gretchen dans son lit.

_________________
Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN Une_pa12Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN Plumes19Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN Miniat14Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN James_12


Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Victor HUGO (1802-1885)MON JARDIN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: