PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Babel est tout au fond du paysage horrible.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Babel est tout au fond du paysage horrible. Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Babel est tout au fond du paysage horrible.   Victor HUGO (1802-1885) Babel est tout au fond du paysage horrible. Icon_minitimeJeu 29 Déc - 17:11

Babel est tout au fond du paysage horrible.

Si l'épouvante était une chose visible,
Elle ressemblerait à ce faîte inouï.
Sommet démesuré dans le ciel enfoui !
Ce n'est pas une tour, c'est le monstre édifice.
Sans pouvoir l'éclairer, le jour sur elle glisse.
Des ouvertures d'ombre engouffrent dans ses flancs
Tous les vents de l'espace orageux et sifflants ;
Il en sort on ne sait quelles sombres huées.
Sa spirale difforme et mêlée aux nuées
Peut-être y recommence et peut-être y finit.
L'ouragan a rongé ses porches de granit;
Son mur est crevassé du haut en bas ; la brèche
Est comme un trou que fait dans la terre une bêche ;
LA CRÉATION VA...
Ses rampes ont des blocs de roches pour pavés;
Sur ses escarpements lugubres sont gravés
Des maques, des trépieds, des gnomons, des clepsydres ;
Ses antres, assez grands pour contenir des hydres,
Semblent de loin la fente où se cache l'aspic ;
Sur les reliefs brumeux de ses parois à pic
Des forêts ont poussé comme des touffes d'herbes ;
Ses faisceaux d'arcs rompus sont pareils à des gerbes ;
La pierre a la pâleur sinistre du linceul.

Babel voulait monter jusqu'au zénith ; Dieu seul
A son ascension pouvait mettre une .borne.
On frémit d'entrevoir son intérieur morne ;
Il est si noir qu'un astre y serait à tâtons ;
Des chutes de muraille ont entre les frontons
Creusé des profondeurs qui font inaccessibles
D'affreux colosses; pris par la foudre pour cibles.
Le seuil porte deux tours qui sont deux chandeliers.
Ce spectre est loin., Un dôme; un. chaos d'escaliers,
Des terrasses, des ponts, prennent vaguement forme
Dans ce blêmissement d'architecture énorme
Montant confusément derrière l'horizon.
Et comme on voit, au bord du toit d'une maison
S'abattre, à la saison des fleurs, à tire-d'aile,
Les pigeons au pied rose ou la vive hirondelle,
Sur son entablement funèbre aux trous profonds,
Viennent du fond du ciel se poser les griffons,
Les hippogriffes noirs, les sphinx volants des rêves
Dont les plumes sans plis ressemblent à des glaives,
Le dragon, sous son, ventre étouffant des éclairs,
L'aigle d'apocalypse, et les . larves des airs,
Et les blancs séraphins, qu'une aile immense voile,
Farouches, arrivant fatigués d'une étoile.
La création va,' sombre, et démesurée ;
L'étendue à jamais se meut dans la durée ;
Le temps tourne au cadran du ciel
Et l'homme, pendant l'heure où disparaît son âge,
Pâle, entend remuer l'effrayant engrenage
De l'infini dans l'éternel.

Le peu de jour qu'on voit passe entre des vertèbres ;
Les blancheurs sont le deuil autant que les ténèbres ;
844 DERNIÈRE GERBE
Rien ne rayonne, rien n'est sûr ;
Le penseur, attentif aux mystères sans nombre,
A travers l'amas noir de ces rouages d'ombre,
N'aperçoit qu'un lugubre azur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Babel est tout au fond du paysage horrible.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MU] Tout va bien, The Kids Are All Right [DVDRiP]
» Tout sur Slayers Hentaï (ou presque)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: