PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Crois-tu que de ceci mon rêve se repaisse,

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Crois-tu que de ceci mon rêve se repaisse, Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Crois-tu que de ceci mon rêve se repaisse,   Victor HUGO (1802-1885) Crois-tu que de ceci mon rêve se repaisse, Icon_minitimeJeu 29 Déc - 18:24

Crois-tu que de ceci mon rêve se repaisse,
Que je sois satisfait, que je sois une espèce
De bienheureux, louant à toute heure, en tout lieu ;
Que j'aie entre les dents un dithyrambe à Dieu ;
Que je trouve tout grand, complet, parfait, sublime ;
Que je dise : il ne manque à rien un coup de lime !
Tout est beau ! que je sois un faiseur d'embarras,
Que je crie à la nuit : fais ce que tu voudras !
Que j'aille acceptant tout, et que je contresigne
Aveuglément le lys, le paon, l'aigle, le cygne,
Homme ? et que je constate, en me pâmant, le pré,
La source, la forêt, le buisson diapré,
L'aube sur un vieux mur dorant les giroflées,
L'ouragan noir chassant les vagues essoufflées ?
Non, non, ce n'est pas moi qui, tout joyeux devant
Le problème muet, sourd, obscur, décevant,
M'obstine à voir dans tout des marques d'alliance.
Homme, ce n'est pas moi qui vis de confiance,
Ce n'est pas moi qui vais béant aux paradis
Quand l'âpre énigme est là. Ce n'est pas moi qui dis :
L'univers n'est pas clair ; non, mais il est splendide.
Ce n'est pas moi qui suis l'adorateur candide,'
Qui félicite l'être effrayant d'être noir, '
Qui fais le sphynx camus avec mon encensoir !
Qu'a-t-elle donc de beau cette création,
Et de pur, de charmant, d'heureux, pour qu'on l'admire ?
Quoi donc ! devant Adam faut-il brûler la myrrhe,
MÉME'AVANT LE CERCUEIL...
Louer ses passions, ses vices, sa laideur,
Ses vils instincts qui, font décroître la pudeur
Dans -la. femme, et qui -font croître en' l'homme la honte ?
Et si je plonge au bas du gouffre, .ou si je monte
Dans ce faux éiel béat bâillant plus qu'il ne rit,
Que veux-tu que je pense, homme, quand mon esprit,
Comparant le démon rampant que l'enfer noie,
Et l'ange coassant dans son marais de joie,
Va de ce saurien -à ce batracien ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Crois-tu que de ceci mon rêve se repaisse,
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: