PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) O sinistre vieillard, te voilà responsable

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) O sinistre vieillard, te voilà responsable Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) O sinistre vieillard, te voilà responsable   Victor HUGO (1802-1885) O sinistre vieillard, te voilà responsable Icon_minitimeSam 31 Déc - 11:47

O sinistre vieillard, te voilà responsable
Du vautour déterrant un crâne dans le. sablé,
Et du croassement lugubre des corbeaux!
Emplissez désormais ses visions, tombeaux,
Paysages hideux ou rôdent les belettes,
Silhouettes d'oiseaux perchés sur des squelettes!
S'il dort, apparais-lui, champ de bataille noir!

Les canons sont tout chauds; ils ont fait leur devoir;
La mitraille invoquée a tenu sa promesse;
C'est fait. Les morts sont morts. Maintenant dis ta messe.
Prends dans tes doigts l'hostie en t'essuyant un peu,
Car il ne faudrait pas mettre du sang à Dieu!

Du reste tout, est bien. La France n'est pas fière;
Le roi de Prusse a ri; le denier de. Saint-Pierre
Prospère, et l'Irlandais donne son dernier sou;
Le peuple cède et met en terre lé genou;
De peur qu'on ne le fauche; il plie, étant de l'herbe;
On reprend Frosinone et l'on rentre à Viterbe;
Le czar a commandé son service divin
Partout où quelque. mort blémit dans un ravin,
Le 'rat joyeux' le ronge éh tremblant qu'il ne bouge;
Iii la terre est noire; ici la plaine est rouge;
Garibaldi n'est 'plus qu'un' vain nom immortel;
Comme Léonidas, comme Guillaume Tell;
Le pape, à la Sixtine, au Gésu, chez lés Carmes,
Met tous ses diamants; tendre; il répand des larmes
De joie; il est très doux; il parle du succès
De ses armes; du sang versé, des,bons Français,
Des quantités dé plomb que la bombarde jette,
Modestement, les yeux baissés, comme un poète
Se fait un peu prier pour réciter ses vers.
De convois de blessés les chemins sont couverts.



Partout-rit la- victoire.



Utilité des traîtres.

Dans les perles, la soie et l'or, ,parmi tes reîtres
Qu'hier, du doigts, aux champs de meurtre, tu guidais,
Pape, assis, sur ton trône et siégeant, sous ton dais,
Coiffé de ta tiare aux trois 'couronnes, prêtre,
Tu verras quelque jour au Vatican peut-être
Entrer un homme triste et,de,haillons vêtu,
Un pauvre, un 'inconnu. Tu lui diras : -Qu'es-tu,
Passant? que me veux-tu? sors-tu de quelque geôle?
Pourquoi voit-on ces brins de laine à ton epaule?
- Une brebis était tout à l'heure dessus,
Répondra-t-il. Je viens' de loin. Je suis Jésus.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) O sinistre vieillard, te voilà responsable
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: