PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Triomphe. Pas de-brume en 'ce splendide azur.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Triomphe. Pas de-brume en 'ce splendide azur. Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Triomphe. Pas de-brume en 'ce splendide azur.   Victor HUGO (1802-1885) Triomphe. Pas de-brume en 'ce splendide azur. Icon_minitimeSam 31 Déc - 14:10

Triomphe. Pas de-brume en 'ce splendide azur.
Marche dans tous les sens sur ton crime; il est sûr.
Danse dessus, bâtis dessus; il est solide.
Le droit divin te garde en habit d'invalide;
Le pape te bénit, le sultan te bénit.
Ta constellation resplendit au zénith;
Qu'elle èst belle! Nemrod géant, Rhamsès farouche,
Charlemagne, César, ,Napoléon, Cartouche! .
L'aurore, a pour toi, prince, un sourire charmant.
Le bleù du bonheur monstre ,emplit ton firmament.
Pas un plaisir, permis ou non, que. tu n'effleures
Dans l'entrelacement voluptueux des heures;
Ta journée est un long festin renouvelé.
Par chaque instant qui passe, heureux,: chantant, ailé.
Que veux-tu? le, pouvoir? Sonne La France vote.
Elle est voltairienne, elle sera dévote, -
Pour te plaire. Veux-tu des palais? Prends. Choisis.
Sois chez toi. Sur quel trône est-on le mieux assis?
Prends celui de Versaille ou prends celui du Louvre.
La planche de sapin qu'un peu de velours couvre

A du bon, certe, et vaut les meilleurs piédestaux
Quand Brumaire et Décembre en sont les deux tréteaux.
Brumaire, c'est le droit, Décembre, c'est la force.
Un profil hollandais doublé d'un profil corse e,
De face, cela fait un visage français.
Veux-tu la gloire? prends son. masque, le Succès.
Tu n'es plus tout à fait un jeune homme. Qu'importe!
Cupidon 'vient gratter doucement à ta porte;
Vénus par Bacciochi t'envoie un tendre aveu.
Pas un moment du jour, ô César, ô neveu,
Qui pour toi, comme un flot qui sur des fleurs s'épanche,
Ne soit gloire, bonheur, splendeur.

. Le soir, revanche.

L'ombre n'est pas à toi. Dormir, c'est être pris.
Une main, qui saisit par l'aile les esprits,,
S'ouvre, .et lâche le songe où luit la catastrophe;
Le vrai surgit; tu fais d'affreux rêves. Ma strophe
La nuit devient ta femme, .et, spectre, dans tes draps
Se couche, et tu l'entends dire: - Tu ne seras
Pas même lampion; toi qui prends des airs d'astre! -
Ton destin t'apparaît. Tu te vois, ô désastre!
Ô deuil! redevenu l'aventurier gueusard,
Le prince bric-à-brac, l'altesse de hasard,
Portant pour diadème un feutre qui s'effondre,
N'ayant, ô dur retour des maigres jours de Londre,
Plus de sceptre à la main ni de bottes aux pieds;
Et tout, empire, encens, Te Deum expiés,
S'évanouit devant tes prunelles hagardes,
Tout, depuis les cent sous, hélas! jusqu'aux cent gardes!
Et tu ne comprends plus, effaré sous le vent,
Ton propre 'sort; tu 'dis: Est-ce après.? est-ce avant?
Tu voudrais t'éveiller. Non. Le remords t'accable
Et te tient, et té cloue au sommeil implacable,
Et de partout sur toi, maudit, `tombe l'affront,
Et tous tes forfaits vont et viennent sur ton front,
Montmartre 10, les fourgons cahotant les cadavres,
Les chaînes dans les forts, les pontons dans les havres,
La mitraille, Charlet, Cirasse, Cuisinier ",
Les votes; l'urne traître auprès du noir -panier,
Bidauré fusillé deux fois, Mazas, Cayenne 12,
Les proscrits, Lambessa que vient flairer l'hyène;
Le ruisseau de la rue au sang habitué, '
Baudin 'tué, Dussoubs tué, l'enfant tué "; '
Tu ne vois plùS 'qu'horreur, billots, linceuls, tempêtes,
Têtes cherchant leurs corps et corps cherchant leurs têtes,
Et. ton oreille entend, à travers l'aquilon,
Rouler dans l'avenir le boulet' de Toulon.
9 juillet.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Triomphe. Pas de-brume en 'ce splendide azur.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: