PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885)ENTENDU DANS LE CIE

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885)ENTENDU DANS LE CIE Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885)ENTENDU DANS LE CIE   Victor HUGO (1802-1885)ENTENDU DANS LE CIE Icon_minitimeSam 31 Déc - 14:14

ENTENDU DANS LE CIEL
LE 2 MARS 1855 15
« Dis-moi donc ce qui se passe,
« Mer? que fait-on dans l'espace?
A quoi, grands flots azurés,
« Veut-on donc que je consente,
« Moi, la sinistre passante
« Des nuages effarés?
« Je suis la Flamme vivante;
« Je suis la haute épouvante,
« Le cri sourd du ciel serein,
« La roue aux éclairs sans nombre
« Du grand tourbillon de l'ombre;
« -Le sombre marcheur d'airain!
« Je suis la bête Tonnerre;
« J'ai broyé Cham dans son aire,
« Et Capanée 16 en son nid;
« Mes, griffes se sont posées
« Sur les faces écrasées
« Des pharaons de granit.
« Je luis, je frappe, j'émonde.
« Quand Dieu veut détruire un monde,
« C'est moi qui crie: Essayons!
« C'est moi qui brûle les âmes,
« Et, pour en faire des flammes,
. « Moi qui rends fous les rayons.
« Ô mer, je fends, .quand j'y tombe,
« Comme une vitre, la tombe;
« Quand je touche un dieu de nuit,
« Le dieu meurt aux mains du bonze;
« Quand. je crache sur du bronze,
« Le bronze s'évanouit.
« Quand dans ma gueule je mâche
« Un méchant, un traître, un lâche,
« Le mal semble s'éclipser;
« Quand sous mes pieds je trépigne
« Quelque noir colosse indigne
« On dit: Dieu vient de passer!
XIII ENTENDU DANS LE -CIEL 727
« J'ai tordu dans ma fournaise
« Les géants de la Genèse,
« Les titans aux bras nerveux;
« Brûlant leur cri dans leurs "bouches,
« Je les emportais farouches,
« Mes éclairs dans' leurs cheveux!

« J'ai 'dévoré 'sons leurs dômes
Les cinq rois des cinq sodomes,
« Gur, Zaïm, Henôch,' Eloph,
« Bél, monstre aux mains jamais lasses... -
« Maintenant tu me remplaces,'
« Talon de botte d'Orloff "!

'« Orloff est, mon frère sombre;
,« Tous' deux, sous nos pieds, dans l'ombre,
« Débout sur le même char,
« Nous écrasons, moi l'étoile
« De Satan que la nuit voile,
« Lui les yeux crevés du czar.

« Mais qu'est-ce donc?''à cette heure,
« Orloff lui-même est un ' leurre!
« Les rois monstres. triomphants
« S'endorment .parmi les cierges,
« Souriants comme des vierges,
« Sereins comme des enfants!

« Ces meurtriers dans leur ville
« Ont pour oreiller tranquille
« Leurs crimes inexpiés
« Leur front doucement s',y penche;
« Et Tobolsk 1e, leur chienne blanche,
« Mange un peuple sous leurs pieds!

« Tandis que, pour leurs chimères,
« Pleurent les soeurs et les mères,
« Que leur nom, fait de remord;
« D'épouvante et de huées;
« Sort du milieu des nuées
« Comme un clairon de la mort;

« Tandis que leur feu dévore,
« Et que, dû soir à l'aurore
« Et de l'aube jusqu'au soir,
« Toute la terre enflammée '
« Roule autour d'eux sa fumée
« Comme un lugubre encensoir;
728
« Ils font venir leurs familles;
« Ils prodiguent à leurs filles
« Leurs caresses d'Attila;
«.Puis ils bénissent le monde... -
« Et dis-moi donc, mer profonde,
« Qu'est-ce que nous faisons là?

« Puisque tu ne sais pas même,
« Mer, gonfler ton flot suprême,
« Et l'emplir de Jéhovah,
« Et prouver que Dieu t'habite,
« Et faire une hydre subite
« De la couleuvre Néva;

« Puisque l'eau que tu gouvernes
« N'ose entrer dans les cavernes,
« Que tu lui dis: Viens-nous-en!
« Puisqu'un trône est un refuge,
« Que toi, qui fus le déluge,
« Tu n'es plus que l'océan;

« Puisque la justice boîte;
« Puisque, moi, qu'en sa main droite
« Tient l'ouragan plein de bruit;
« Moi dont l'abîme est l'ornière,
« La grande raison dernière
« Du mystère et de la nuit;

« Puisque moi, la flamme ardente
« Qui sers de prunelle à Dante,
« La semeuse du trépas,
« Moi que fuit l'âme éperdue,
« Moi, la bombe inattendue
« Du mortier qu'on ne voit pas,

« Puisque je ne suis plus bonne
« Qu'à faire un bruit monotone
« Ainsi que les moucherons,
« Et que, stupide, je roule,
« Aux mains d'un joueur de boule,
« Sur le plafond des Nérons;

« Puisque Dieu ne sait qu'absoudre,
« Je m'en vais! » - Ainsi la foudre,
Dans le ciel que l'ombre emplit,
Parle à la sombre marée,
Et rugit, désespérée
Qu'un czar meure dans son lit.
18 avril 1855.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885)ENTENDU DANS LE CIE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Course à la mort (Death Race 1 et 2 ) [FR DVDRiP]
» [FREE] The Karaté Kid-2010 [DVDRiP]
» [FREE] The Interceptor [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: