PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) L'EMPEREUR À COMPIÈGNE

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) L'EMPEREUR À COMPIÈGNE Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) L'EMPEREUR À COMPIÈGNE   Victor HUGO (1802-1885) L'EMPEREUR À COMPIÈGNE Icon_minitimeSam 31 Déc - 14:46

Autour de lui les dieux rayonnent dans des marbres;
Les prés, les blés,
Les champs brillent au- loin, et-les paons sous les arbres
' Sont étoilés;

En voyant ce front vil qu'aucuns remords n'émeuvent,
Cet oeil vitreux; "
Que pensent les lauriers? Qu'est-ce que les lys peuvent
Sé dire entre eux?

On ne s'explique pas pourquoi le myrte encense
L'homme dé sang,
Et comment à subir une telle présence
Avril consent..

Les bois respectueux ont l'air de dire: sire!
' ' A ce larron;
Ils ne refusent rien au maître, et s'il désire
Un liseron; '

Un iris, un bleuet candide, une pervenche,
Ils les lui 'font;
Est-ce que la nature ignore là revanche,
O ciel profond!

Est-ce qu'il , est permis de se donner pour tâche
Le mal, l'horreur,
D'être un fourbe, un escroc, un gueux, un drôle, un lâche,
Un empéreuï,,

De jeter sur Paris la mort fauve et hagarde,
Le faux serment,
L'effroi, sans que personne.ait l'air d'y prendre garde
Au firmament,
Sans qu'un puissant témoin fasse aux étoiles signe
De moins briller,
Au mois de mai d'avoir moins de parfum, au cygne
De s'envoler, '

Sans qu'on entende au loin gronder le flot sonore,
Le vent huer,
Et sans qu'on voie autour du coupable l'aurore
Diminuer;

Sans qu'au nom de l'honneur, de. l'auguste justice,
Des saintes lois,. ,
Et du grand ciel, la ronce indignée avertisse
L'ombre des bois,
746
Et sans que le printemps distingue entre un faussaire,
D'où sont venus
Tous nos pleurs, tous nos maux, tous nos deuils, et Glycère,
Nymphe aux pieds nus!
Il a parfaitement oublié tous ses crimes,
Le sang versé,
Son serment, son honneur, son âme, et les abîmes
Du noir passé;

Il a saisi le peuple et la loi dans sa serre,
Joué son jeu,
Et fait la quantité de forfaits nécessaire
Pour être un dieu;

Les bonzes, les cadis, sous leur robe de femme,
Le trouvent grand;
C'est tout au plus s'il sait combien il est infâme,
Et s'il comprend;

Il est l'idole informe et vague qu'on encense;
Ses yeux font peur;
On devine qu'il est plein de toute-puissance
A sa stupeur;

Car c'est bien surprenant d'être un tel misérable,
Et que les rois
Soient petits devant vous plus qu'au pied de l'érable
L'herbe des bois.

Ah! quand un homme a fait tout ce qu'a fait cet homme,
Quand il est 'là,
Lui qui livra ta Rome, ô Caton, à la Rome
De Loyola,

Lui qui fit faire un pas monstrueux en arrière
A la raison,
Lui que guette la Prusse, espionne et guerrière,
A l'horizon,

Lui qui, mettant un vote imbécile à la place
Des droits trahis,
Règne contre le peuple et par la populace
Sur mon pays,

Lui par qui,. dans un jour de deuil, d'abîme et d'ombre,
Tout se perdit,
Il semble qu'il faudrait un rugissement sombre
Sur ce bandit.!
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) L'EMPEREUR À COMPIÈGNE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: