PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 130942
Age : 55
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU Empty
MessageSujet: Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU   Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU Icon_minitimeMar 3 Jan - 20:02

IL PIANTO, L'ADIEU

Ah! Quel que soit le deuil jeté sur cette terre
Qui par deux fois du monde a changé le destin,
Quels que soient ses malheurs et sa longue misère,
On ne peut la quitter sans peine et sans chagrin.
Ainsi, près de sortir du céleste jardin,
Je me retourne encor sur les cimes hautaines,
Pour contempler de là son horizon divin
Et longtemps m' enivrer de ses grâces lointaines:
Et puis le froid me prend et me glace les veines
Et tout mon coeur soupire, oh! Comme si j' avais,
Aux champs de l' Italie et dans ses larges plaines,
De mes jours effeuillé le rameau le plus frais,
Et sur le sein vermeil de la brune déesse
Épuisé pour toujours ma vie et ma jeunesse.


Divine Juliette au cercueil étendue,
Toi qui n' es qu' endormie et que l' on croit perdue,
Italie, ô beauté! Si malgré ta pâleur,
Tes membres ont encor gardé de la chaleur;
Si du sang généreux coule encor dans ta veine;
Si le monstre qui semble avoir bu ton haleine,
La mort, planant sur toi comme un heureux amant,
Pour toujours ne t' a pas clouée au monument;
Si tu n' es pas enfin son entière conquête;
Alors quelque beau jour tu lèveras la tête,
Et, privés bien longtemps du soleil, tes grands yeux
S' ouvriront pour revoir le pur éclat des cieux:
Puis ton corps ranimé par la chaude lumière,
Se dressera tout droit sur la funèbre pierre.


Alors, être plaintif, ne pouvant marcher seul,
Et tout embarrassé des longs plis du linceul,
Tu chercheras dans l' ombre une épaule adorée;
Et, les deux pieds sortis de la tombe sacrée,
Tu voudras un soutien pour faire quelques pas.
Alors à l' étranger, oh! Ne tends point les bras:
Car ce qui n' est pas toi, ni la Grèce ta mère,
Ce qui ne parle point ton langage sur terre,
Et ce qui ne vit pas sous ton ciel enchanteur,
Bien souvent est barbare et frappé de laideur.
L' étranger ne viendrait sur ta couche de lave,
Que pour te garrotter comme une blanche esclave;
L' étranger corrompu, s' il te donnait la main,
Avilirait ton front et flétrirait ton sein.
Belle ressuscitée, ô princesse chérie,
N' arrête tes yeux noirs qu' au sol de la patrie;
Dans tes fils réunis cherche ton Roméo,
Noble et douce Italie, ô mère du vrai beau!



_________________
Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU Une_pa12Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU Plumes19Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU Miniat14Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU James_12


Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Auguste Barbier (1805 - 1882) IL PIANTO, L'ADIEU
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Auguste Barbier (1805 - 1882) LAZARE, LES MINEURS DE NEWCASTLE
» AVANT DE TE DIRE ADIEU de Mary Higgins Clark
» Adieu Iphone bonjour DHD
» Eglise St Joseph by Auguste Perret
» Adieu maman de Paul Hornschemeier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: