PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Joseph Autran (1813-1877) Le Chemin De Saint-Jacques.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Joseph Autran (1813-1877) Le Chemin De Saint-Jacques. Empty
MessageSujet: Joseph Autran (1813-1877) Le Chemin De Saint-Jacques.   Joseph Autran (1813-1877) Le Chemin De Saint-Jacques. Icon_minitimeDim 8 Jan - 17:07

Le Chemin De Saint-Jacques.

Avec ses paladins, dignes d’une épopée,
Quand le roi Charlemagne eut soumis par l’épée
La Gaule, la Lorraine et le pays Germain,
L’Écosse et le vieux sol de l’Empire romain,
Et qu’il eut, dans le monde, en cette course agile,
lait triompher partout la foi de l’Évangile,
Un raconte qu’un soir, ayant fermé les yeux,
Il eut, comme Jacob, un songe radieux.

Dans un ciel où la nuit avait tendu ses voiles,
Il vit se dessiner un long chemin d’étoiles,
Qui, de la mer de Frise, en sillage d’argent,
Du côté de l’Espagne allait se dirigeant.

Il passait à travers la Gaule et l’Aquitaine,
Et touchait à la fin la Galice lointaine.
Tandis que l’empereur était là, contemplant,
Un héraut se montra, vêtu d’un manteau blanc.
Son visage était doux, son air auguste et calme,
Et, dans sa main brillante, il portait une palme.
« Que fais-tu?» dit au roi cet hôte sans pareil.
L’empereur répondit: « Je dors, j’avais sommeil.
Quand on a plus marché que les Césars de Rome,
On a, le soir venu, besoin de faire un somme.
J’avais droit au repos, car j’ai bien combattu.
Mais, toi qui m’apparais, parle-moi, quel es-tu?
- Je suis Jacques, dit-il, le fils de Zébédée,
Un de ceux que Jésus choisit dans la Judée
Pour annoncer son Verbe aux nations. C’est moi,
Moi, frère de saint Jean, qui vins porter la loi
Aux peuples de Galice, et qui, dans la contrée,
N’ai plus, depuis longtemps, qu’une tombe ignorée.
Les païens, ennemis du Christ, notre Seigneur,
Ayant proscrit sa loi, me laissent sans honneur;
Et j’admire comment, toi, vainqueur de la terre,
Tu ne viens pas encor leur déclarer la guerre,
Conquérir la Galice, un royaume si beau,
Et dresser à ma cendre un plus digne tombeau.

Le chemin n’est pas long de ta ville à Tolède.
Si tu pars, je m’engage à te venir en aide,
A marcher devant toi, cette palme à la main.»

L’apôtre ainsi parlait, et, dès le lendemain,
De son camp sur le Rhin ayant plié les toiles,
L’empereur prit sa route en suivant les étoiles.





Revenir en haut Aller en bas
 
Joseph Autran (1813-1877) Le Chemin De Saint-Jacques.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des parcours spirituels
» Coquilles Saint-Jacques à la bretonne
» P.L. V - "LES PELERINS DE SAINT-JACQUES"- "ZONE LIBRE" - "CHECKPOINT CHARLIE"
» Mousseline de Coquilles Saint-Jacques à l'oseille
» Crevette et noix de Saint-Jacques avec riz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: