PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Jean Auvray(1590-1633) L'ANTRE DE CUPIDON

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Jean Auvray(1590-1633) L'ANTRE DE CUPIDON Empty
MessageSujet: Jean Auvray(1590-1633) L'ANTRE DE CUPIDON   Jean Auvray(1590-1633) L'ANTRE DE CUPIDON Icon_minitimeVen 13 Jan - 18:23

L'ANTRE DE CUPIDON

Epris d' un beau desir d' apprendre,
Curieux j' ay voulu comprendre,
Tout ce que comprend l' univers,
Des cieux je sçay les influences,
Les aspects, les intelligences,


Et tous les branlemens divers.
J' ay de la grand' masse foeconde,
Le centre et le nombril du monde
Arpenté toute la rondeur,
J' ay veu tous ses ports et ses villes,
Peuples, coustumes, loix civiles,
Son estenduë et sa grandeur.
Quand un petit antre en nature
Basty d' admirable structure,
Me comprist en le comprenant,
Jamais Leandre ne devalle
Dans ce marescageux dedale
Qu' il ne se noye en revenant.
Dans ces regions obscurcies
Où soufflent les vents ethesies
Passe un ruisselet gracieux:
Là ce petit antre on découvre
Mais une mousse qui le couvre
L' entrée en dérobe à nos yeux.
Amour, sur deux pilliers d' albâtre
Ceste grotte que j' ydolâtre,
Luy mesme construire à voulu
Deux tertres-bessons l' environnent
La conservent, et la couronnent


D' un diadéme chevelu.
Une emboucheure tousjours moitte,
Sous ces tertres paroist estroitte,
Puis sort un feu si vehement
Du souspirail de ceste roche
Que le plus dur qui s' en approche
Y devient mol en un moment.
Là de maintes fleurs vermeillettes
D' oeillets, et de rozes pourprettes
Le lustre va s' épanissant,
La mainte branche coraline
Orne ceste grotte divine
Son frontispice rougissant.
Estonné de tant de merveilles,
Deux petites nymphes vermeilles,
Mon courtaut mirent lors au pas,
Brusque je franchis la barriere,
Mais au milieu de la carriere
Ma lance fut mise en esclats.
Car viron la seconde porte,
Hymen d' une toille assez forte
Avoit le passage bouché,
Si qu' a la premiere furie,
L' arc se froisse, le coup varie


Et le traict en fut rebouché.
Lors d' une plus verte saccade
J' enfonce dans la baricade,
Mais Cupidon cét assassin
Reprima bien tost mon audace,
Car avant que vider la place,
Il me fit cracher au bassin.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Auvray(1590-1633) L'ANTRE DE CUPIDON
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Giono, Jean] Colline
» Jean d'Aillon
» Jean Monfisse, associé de Guerber
» Gestion des couleurs pas à pas, par Jean Delmas
» Serait-ce Cupidon ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: