PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Henri Barbusse. (1873-1935) Adieu. Vous consolez presque les heures. . .

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Henri Barbusse. (1873-1935) Adieu. Vous consolez presque les heures. . .  Empty
MessageSujet: Henri Barbusse. (1873-1935) Adieu. Vous consolez presque les heures. . .    Henri Barbusse. (1873-1935) Adieu. Vous consolez presque les heures. . .  Icon_minitimeVen 13 Jan - 19:12

Adieu.

Vous consolez presque les heures. . .

L'aube est encore pâle, et c'est bien loin demain. . .
Inclinez vos fronts purs en passant sous les branches,
Et puis, toutes les deux, très calmes et très blanches,
Allez dans les champs gris en vous donnant la main.

Je ne reviendrai plus dans la ville si belle
Qui sur l'horizon las s'endort d'éloignement;
Le petit bois ému m'attend plaintivement,
Et là-bas ma maison regarde devant elle.

Je suis parti bien loin des âmes que j'aimais.
Je marche le coeur vide et les mains conquérantes,
Je marche devant moi sur les routes pleurantes
Et j'irai doucement sans m'arrêter jamais.

Nous ne toucherons plus les choses anciennes,
Vous ne me suivrez pas où je m'en suis allé;
Vos âmes auraient froid sous ce ciel désolé,
Et vos petites mains trembleraient dans les miennes.

Mon souvenir, la nuit, qu'il soit paisible et vieux,
Pour que l'aube en entrant dans la chambre encor vague
Et touchant faiblement votre front qui divague
Ne vous retrouve pas des larmes dans les yeux.

Vous pourrez, en quittant l'odeur des chèvrefeuilles,
Lentes, vous promener sur les grands prés unis,
Aller dans les bosquets, pleins du concert des nids,
Et voir un peu d'azur dans les dessins des feuilles.

Le bois silencieux, sombre et profond tableau,
Le mystère vaguant sous la douceur des aulnes,
Le soleil se jouant dans les nénuphars jaunes,
L'adieu long des reflets à la fuite de l'eau. . .


À moi la plaine nue où mon orgueil se dresse,
Le ciel gris, l'azur mort sans chanson et sans vol.
D'un horizon à l'autre, en effleurant le sol,
Les ailes du grand vent passent avec tristesse.

Que vous importe, à vous! vous avez vos sous-bois,
Les lis que vous cueillez avec vos mains de vierges,
L'eau qui court au milieu du demi-jour des berges
Et qu'on fait murmurer en y trempant les doigts. . .
Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Barbusse. (1873-1935) Adieu. Vous consolez presque les heures. . .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout sur Slayers Hentaï (ou presque)
» Que pensez vous du quickshade ?
» INFO] Affichage des rendez-vous
» [Heliot, Johan] La lune vous salue bien
» VOUS AVEZ MOINS DE 18 ANS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: