PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Henri Barbusse. (1873-1935) XV L'OEuf.*

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Henri Barbusse. (1873-1935) XV L'OEuf.* Empty
MessageSujet: Henri Barbusse. (1873-1935) XV L'OEuf.*   Henri Barbusse. (1873-1935) XV L'OEuf.* Icon_minitimeVen 13 Jan - 20:51

XV L'OEuf.*

On était désemparés. On avait faim, on avait soif et dans ce malheureux
cantonnement, rien!

Le ravitaillement, d’ordinaire régulier, avait fait défaut, alors, la privation
arrivait à l’état aigu.

Un groupe hâve grinçait des dents, et la maigre place faisait cercle tout
autour, avec ses poternes décharnées, avec ses ossements de maisons, et ses
poteaux télégraphiques chauves. Le groupe constatait l’absence de tout:

-L’caoutchouc a fait l’mur, nib de bidoche, et on s’met la ceinture
d’électrique.

-Quant au fromgi macache, et pas pu d’confiture que d’beurre en broche.

-On n’a rien, sans fifrer, on n’a rien, et toute la rouscaillure n’y f’ra pas
rien.

-Aussi, tu parles d’un cantonnement à la manque! trois canfouines avec rien
d’dans, que des courants d’air et d’la flotte!

-Ça n’sert à rien d’être aux as, ta blanche, c’est comme si t’avais peau d’balle
dans ton morlingue, pisqu’y a pas d’marchands.

-Tu s’rais Rotschild ou bien un tailleur militaire, ta fortune servirait à quoi?

-Hier, y avait un p’tit macaou qui ronronnait du côté de la 7e. J’suis sûr
qu’ils ont croûté c’macaou.

-Oui, j’sais, et encore, on lui voyait les côtes comme au bord de la mer.

-Y a pas à s’démieller, c’est comme ça.

-Y en a, dit Blaire, qui ont fait vite en arrivant, et i’s s’sont vus trouver à
acheter qué’qu’ bidons d’pinard chez l’quénaupier qu’est au coinsteau d’la rue.

-Ah! les vaches! I’s sont vernis, ceux-là d’pouvoir s’glisser ça le long du cou!

-Faut dire que c’était d’la saloperie: du vin à culotter les quarts comme des
pipes.

-Y en a même, qu’on dit, qui ont voracé un piquenterre!

-Hildepute! dit Fouillade.

-Moi, j’m’ai presque pas cogné la tête: i’ m’restait une sardine, et, dans
l’fond d’un sachet, du thé qu’j’ai mâché avec du sucre.

-L’fait est qu’pour prendre une muflée, c’est pas vrai.

-C’est pas assez, tout ça, même si tu mange pas beaucoup, et qu’t’as l’boyau
plat.

-D’puis deux jours, une soupe: un trucmuche jaune, brillant comme de l’or. Pas
du bouillon, d’la friture! Tout est resté.

-On l’a coulé en chandelles, faut croire.

-L’pus pire, c’est qu’on n’peut pas allumer sa pipe.

-C’est vrai, c’est la misère! J’ai pus d’mèche! J’en avais quéqu’bouts, mais,
allez, partez! J’ai beau fouiller toutes les poches de mon étui à puces, rien.
Et pour en acheter, comme tu dis, c’est midi.

-Moi, j’ai un tout p’tit bout d’mèche que j’garde.

Ça, c’est dur, en effet, et il est pitoyable de voir les poilus qui ne peuvent
pas allumer leur pipe ou leur cigarette, et qui, résignés, les mettent dans la
poche et se promènent. Par bonheur, Tirloir a son briquet à essence avec encore
un peu d’essence dedans. Ceux qui le savent s’accumulent autour de lui, porteurs
de leur pipe bourrée et froide. Et même pas de papier qu’on allumerait à la
flamme du briquet: il faut se servir de la flamme même de la mèche et user le
liquide qui reste dans son maigre ventre d’insecte.

. . . Moi, j’ai eu de la chance. . . Je vois Paradis qui erre, sa bonne face au
vent, en ronchonnant et en mâchant un bout de bois.

-Tiens, lui dis-je, prends ça!

-Une boîte d’allumettes! s’exclame-t-il, émerveillé, en regardant l’objet comme
on regarde un bijou. Ah, zut! c’est chic, ça! Des allumettes!

Un instant après, on le voit qui allume sa pipe, sa figure en cocarde
magnifiquement empourprée par le reflet de la flamme, et tout le monde se récrie
et dit:

-Paradis qu’a des allumettes!

Vers le soir, je rencontre Paradis près des restes triangulaires d’une façade, à
l’angle des deux rues de ce village misérable entre les villages. Il me fait
signe:

-Psst!. . .

Il a un drôle d’air, un peu gêné.

-Dis donc, tout à l’heure, me dit-il d’une voix attendrie, en regardant ses
pieds, tu m’as balancé une boite de flambantes. Eh ben, tu s’ras récompensé
d’ça. Tiens!

Et il me met quelque chose dans la main.

-Attention! me souffle-t-il. C’est fragile!

Ébloui de la splendeur et de la blancheur de son présent, osant à peine le
croire, je reconnais. . . un oeuf!


Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Barbusse. (1873-1935) XV L'OEuf.*
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le feu • Henri Barbusse
» Thiriet Henri [illustrateur] 1873 1946
» l'oeuf chat
» [Troyat, Henri] Les Semailles et les moissons - Série
» un autre denier tournois d'Henri III sans atelier visible.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: