PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Nérée Beauchemin (1850-1931) A Crémazie

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Nérée Beauchemin (1850-1931) A Crémazie Empty
MessageSujet: Nérée Beauchemin (1850-1931) A Crémazie   Nérée Beauchemin (1850-1931) A Crémazie Icon_minitimeVen 13 Jan - 22:55


A Crémazie


Dans le plein jour du ciel natal qu'elle reflète,
Et que l'ombre d'exil ne vient plus assombrir,
Nos yeux ont reconnu l'image du poète,
Telle que la douleur et le rêve l'ont faite;
Et nos mains vont se tendre, et nos bras vont s'ouvrir.

Nous t'embrasserons tous, ô notre doux aède!
Ô notre illustre barde, enfin, grâce au sculpteur,
Grâce au maître inspiré que l'idéal obsède,
Enfin tu nous reviens, enfin l'on te possède,
Et tu nous apparais comme un triomphateur.

Un frisson de lumière a passé sur ta tempe,
Tu revis; et, vibrant à l'appel de tes yeux,
Le vieux soldat mourant se redresse et se campe,
Et le drapeau déroule, au sommet de la hampe,
La gloire des lys d'or, dans la gloire des cieux.

Suprême illusion de l'oeuvre de l'artiste!
Prolongeant jusqu'à nous l'écho répercuté
Des rythmes dont le charme attendrissant persiste,
Au souffle harmonieux de la Saint-Jean-Baptiste,
Les cordes d'une lyre invisible ont chanté.

Ô poète, c'est toi! Nous t'écoutons encore,
Sous le rayonnement de nos clochers vainqueurs;
C'est ta race, aujourd'hui, qui t'exalte et t'honore,
Et, comme à Carillon, la trompette sonore,
Dans un groupe infrangible, a réuni les coeurs.

Dans cette île de gloire où la ville évolue,
Tout un peuple t'acclame, au pied du Mont-Royal;
Maisonneuve te nomme et Chénier te salue;
Jeanne Mance s'incline, et Bourget, l'ombre élue,
Te bénit, te console, ô chantre de Laval!

Ta place parmi nous, nous l'avons élargie,
Le temple de mémoire ouvre sa porte en deuil:
Barde, que ta tristesse enfin s'y réfugie;
Que le mal de ta peine et de ta nostalgie
S'apaise au gracieux sourire de l'accueil.

Les villages pieux et les villes fidèles,
De roses ont fleuri les chemins du retour,
Et les brises du fleuve apportent sur leurs ailes,
Avec tous les parfums des floraisons nouvelles,
Des messages de paix, de bonheur et d'amour.

De tous ses ornements, le sol te fait l'offrande:
L'érable a déployé l'emblème qui te plaît:
L'été, sur la montagne, a tressé sa guirlande;
Et c'est en ton honneur que la chanson normande,
Ce matin, des coteaux en fête, s'envolait.

À toi, tous ces refrains de musique lointaine,
Que les jolis rosiers blancs et les pommiers doux
Effeuillent sur les eaux de la Claire Fontaine!
À toi, tous les respects d'une race hautaine!
A toi, tous les bonjours du pays de chez nous!

À toi, les dons sacrés, ô divin Crémazie,
L'encens du souvenir et de la piété,
Les fleurs de l'éloquence et de la poésie!
À toi, la palme! À toi, la coupe d'ambroisie.
A toi, le vêtement de l'immortalité!

Revenir en haut Aller en bas
 
Nérée Beauchemin (1850-1931) A Crémazie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cadillac V16 1931 nouveau
» La fabrication des rasoirs chez Lanne à Paris dans les années 1850
» Amoria hunteri - (Iredale, 1931)
» ETC 2012 et Elda.
» Ruditapes philippinarum - (Adams & Reeve, 1850)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: