PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Nérée Beauchemin (1850-1931) Le yacht

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Nérée Beauchemin (1850-1931) Le yacht Empty
MessageSujet: Nérée Beauchemin (1850-1931) Le yacht   Nérée Beauchemin (1850-1931) Le yacht Icon_minitimeLun 30 Jan - 23:09

Le yacht

Le lac Saint-Pierre, calme et libre,
Étale au soleil son flot vert:
Le yacht, dont le clair sifflet vibre,
S'élance de son nid d'hiver.

Au gré de sa rapide hélice,
Sur la cristalline fraîcheur
Des eaux, il court, il vole, il glisse,
Preste comme un martin-pêcheur.

De loin, l'oiseau, dans l'air sonore,
Redit son bonjour matinal
Au petit steam multicolore
Qui passe au vol en plein chenal.

Tout l'été, qu'il vente, qu'il pleuve,
Par le nordet, par le suroît,
L'alerte marcheur court le fleuve
Et file ferme et vite et droit.

Vienne une belle matinée,
Le lac miroite, irradiant
Comme une méditerranée
Où brasille un ciel d'Orient.


C'est alors qu'il fait bon sur l'onde.
Le yacht part. Vous embarquez-vous?
Le temps est clair. En haut le monde!
Allons humer l'air frais et doux.

Le capitaine est un vrai type
De bohème et de bon garçon;
Sur son bord, en fumant la pipe,
On rit, on cause sans façon.

Un fusil, une carabine,
Des cannes à pêche, un carnier,
Ornent l'élégante cabine
Du chasseur et du marinier.

On chante: la brise et la laine
Mêlent leur roulis régulier
Aux berceuses chansons de rame
Que scande le gai batelier.

On vire de bord à six lieues
Du village. Toujours nouveaux,
Les rivages verts, les eaux bleues
Déroulent leurs calmes tableaux.

Ici, c'est un vapeur à roue,
Au long balancier lourd et lent,
Qui traîne un voilier dont la proue
Creuse un large sillage blanc;


Là, c'est un dragueur qui halète,
De houille et de vase tout noir;
Plus loin, vole une goélette.
Blanche, svelte, charmante à voir.

Dans un souffle de brise, au large,
Tout un vol de bateaux descend:
Un brick, des chalands, une barge:
Le yacht les salue en passant.

Un nuage, noir comme l'encre,
Monte en plein azur, c'est un grain!
Le yacht ne jettera point l'ancre,
Et son commodre est serein.

Déjà le vent souffle en tempête.
N'ayez pas frayeur, j'en réponds.
Au vent, aux flots, le yacht tient tête,
Solide et sûr comme un trois-ponts.

Eho ! la vague et la bourrasque
Redoublent de rage. En avant!
Le petit coq, crâne et fantasque,
Coupe la vague et fend le vent.

La houle tombe, l'air s'irise,
Le ciel brille, c'est le beau temps.
La nef reprend son vol et frise
L'écume des flots clapotants.


Du nord clair au sud bleu de perle,
Blanc de moutons éparpillés,
Le lac d'émeraude déferle
Et brise en jets ensoleillés.

« Stoppe! » C'est la dernière escale.
La brise fraîchit. Au lointain,
Tinte la note musicale
D'une cloche au timbre argentin.

C'est l'heure où le soleil se couche
Dans son large lit d'or vermeil:
Ce soir, l'alerte bateau-mouche
Se couche à l'heure du soleil.

Lente et belle, la lune émerge,
Brodant de lis d'argent et d'or
Les noirs méandres de la berge:
Le yacht au mouillage s'endort.
Revenir en haut Aller en bas
 
Nérée Beauchemin (1850-1931) Le yacht
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» IWC: Portugaise Yacht Club
» cadillac V16 1931 nouveau
» La fabrication des rasoirs chez Lanne à Paris dans les années 1850
» Micheline 10 septembre 1931 à l'occasion du 1er essai.
» Militaires.......???????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: