PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexion
 

 Pierre-Jean De Béranger (1780-1857) LA VIVANDIERE

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Pierre-Jean De Béranger (1780-1857) LA VIVANDIERE Empty
MessageSujet: Pierre-Jean De Béranger (1780-1857) LA VIVANDIERE   Pierre-Jean De Béranger (1780-1857) LA VIVANDIERE Icon_minitimeVen 24 Fév - 13:11

LA VIVANDIERE

Vivandière du régiment,
C'est Catin qu'on me nomme.
Je vends, je donne et bois gaîment
Mon vin et mon rogomme.
J'ai le pied leste et l'oeil mutin,
Tintin, tintin, tintin, r'lin tintin,
J'ai le pied leste et l'oeil mutin:
Soldats, voilà Catin!
Je fus chère à tous nos héros;
Hélas! Combien j'en pleure!
Aussi soldats et généraux
Me comblaient, à toute heure,
D'amour, de gloire, et de butin,
Tintin, tintin, tintin, r'lin tintin,
D'amour, de gloire, et de butin:

J'ai pris part à tous vos exploitsen vous versant à boire.
Songez combien j'ai fait de fois
Rafraîchir la victoire.
Ça grossissait son bulletin,
Tintin, tintin, tintin, r'lin tintin,
Ça grossissait son bulletin:
Soldats, voilà Catin!
Depuis les Alpes je vous sers;
Je me mis jeune en route.
À quatorze ans, dans les déserts,
Je vous portais la goutte.
Puis j'entrai dans Vienne un matin,
Tintin, tintin, tintin, r'lin tintin,
Puis j'entrai dans Vienne un matin:
Soldats, voilà Catin!
De mon commerce et des amours
C'était le temps prospère.
À Rome je passai huit jours,
Et de notre saint père
Je débauchai le sacristain,
Tintin, tintin, tintin, r'lin tintin,

Je débauchai le sacristain:
Soldats, voilà Catin!
J'ai fait plus que maint duc et pair
Pour mon pays que j'aime.
À Madrid, si j'ai vendu cher,
Et cher à Moscou même,
J'ai donné gratis à Pantin,
Tintin, tintin, tintin, r'lin tintin,
J'ai donné gratis à Pantin:
Soldats, voilà Catin!
Quand au nombre il fallut céder
La victoire infidèle,
Que n'avais-je pour vous guider
Ce qu'avait la pucelle!
L'anglais aurait fui sans butin,
Tintin, tintin, tintin, r'lin tintin,
L'anglais aurait fui sans butin:
Soldats, voilà Catin!
Si je vois de nos vieux guerriers
Pâlis par la souffrance,

Qui n'ont plus, malgré leurs lauriers,
De quoi boire à la France,
Je refleuris encor leur teint,
Tintin, tintin, tintin, r'lin tintin,
Je refleuris encor leur teint:
Soldats, voilà Catin!
Mais nos ennemis, gorgés d'or,
Paîront encore à boire.
Oui, pour vous doit briller encor
Le jour de la victoire.
J'en serai le réveil-matin,
Tintin, tintin, tintin, r'lin tintin,
J'en serai le réveil-matin:
Soldats, voilà Catin!



Revenir en haut Aller en bas
 
Pierre-Jean De Béranger (1780-1857) LA VIVANDIERE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pierre-Jean De Béranger (1780-1857).PREFACE
» Pierre-Jean De Béranger (1780-1857). LA MUSIQUE
» Pierre-Jean De Béranger (1780-1857). TRINQUONS
» Pierre-Jean De Béranger (1780-1857) A MON AMI DESAUGIERS
» Pierre-Jean De Béranger (1780-1857) LE VIN ET LA COQUETTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: