PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Arthur de Bussières

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Arthur de Bussières  Empty
MessageSujet: Arthur de Bussières    Arthur de Bussières  Icon_minitimeDim 22 Avr - 16:54

Arthur de Bussières (20 janvier 1877 - 7 mai 1913) était un poète québécois.
Né à Montréal, il étudie à l'école Saint-Jean-Baptiste auprès des clercs de Saint-Viateur. D'abord peintre-décorateur, ses premiers poèmes sont publiés dans Le Monde Illustré.
Membre de l'École littéraire de Montréal, il est l'ami des poètes Émile Nelligan et Charles Gill. Il quitte cette école en 1900 mais revient en 1910.
Collaborateur aux soirées du Château de Ramezay, sa période littéraire est brève. Certains de ses poèmes ont été édités par Louis Dantin.
Bussières est lu dans plusieurs revues québécoises de son époque (le Passe-Temps, la Revue populaire, les Débats, l'Avenir, etc).
Bussières excellait dans le sonnet, mais avait plus de difficulté avec la prose, selon le journaliste Olivar Asselin. Poète infortuné, ayant connu sa bohème, il lisait Baudelaire, Hérédia, Leconte de Lisle et Maurice Rollinat.
Décédé en 1913, il reçoit une place dans l'Anthologie des poètes canadiens de Jules Fournier en 1920. Ses poèmes n'ont pas paru en volume de son vivant. Casimir Hébert a dû les réunir en 1931.
Il est passé dans l'oubli pour un temps, mais il a été redécouvert grâce aux nombreuses études sur Nelligan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Arthur de Bussières  Empty
MessageSujet: Re: Arthur de Bussières    Arthur de Bussières  Icon_minitimeDim 22 Avr - 17:50


L'oeuvre poétique d'Arthur de Bussières n'a pas paru en volume du
vivant de l'auteur. Il a fallu attendre 1931, pour que, grâce aux soins de
Casimir Hébert, soient réunis ses poèmes, en un recueil intitulé Les
Bengalis. Depuis, on a retrouvé quinze autres poèmes d'Arthur de
Bussières. Le texte des poèmes est reproduit ici à partir de l'ouvrage de
Wilfrid Paquin, Arthur de Bussières, poète et l'École littéraire de
Montréal, publié aux éditions Fidès, en 1986.
3
« Arthur de Bussières - ou, comme il signait pour imiter Balzac : de
Bussières - naquit le 21 janvier 1877, à Montréal. Il ne fréquenta jamais
d'autre école que l'école élémentaire. Peintre en bâtiments de son métier,
il se lia de bonne heure avec Nelligan, Charles Gill et autres membres de
la première École littéraire, dont il fit partie aux environs de 1898. Il
figure parmi les collaborateurs des Soirées du Château de Ramezay,
publiées en 1900. Son apparition dans les lettres fut brève, cependant; à
partir de 1900 il fut presque oublié. Il avait lu Leconte de Lisle, Hérédia,
Rollinat, Baudelaire, mais à cette époque il n'y avait pas de
bibliothèques publiques à Montréal, et quant à s'acheter des livres, il
n'en eut jamais les moyens. On affirme que ce marteleur de sonnets
métalliques était incapable d'écrire trois lignes en prose. M. Olivar
Asselin raconte à ce sujet qu'étant directeur du reportage au Journal, en
19005 il fit rechercher, pour lui offrir un emploi, Bussières dont il avait
remarqué le nom dans les Soirées du Château de Ramezay. Après
plusieurs jours de recherches on finit par trouver le poète : il avait repris
le métier de peintre en bâtiments et vivait en bohème, dans une pauvreté
voisine de la misère. Mais le séjour de Bussières au Journal fut
éphémère : malgré son vif désir d'encourager le talent, Asselin ne put
garder un collaborateur qui ne savait pas faire accorder l'adjectif avec le
nom ni le verbe avec le sujet, et qui, chose plus grave, avait en outre la
faiblesse de vouloir imiter Rollinat et Baudelaire... par leurs côtés
faibles.
Bussières avait collaboré au Passe-Temps, à la Revue populaire, aux
Débats, à l'Avenir, dans la note parnassienne et généralement exotique.
Sa mort, survenue en mai 1913, à Montréal, passa inaperçue. Par les
soins de l'intelligent bibliophile Casimir Hébert, sa mémoire,
heureusement, revivra. »
Note dans Anthologie des poètes canadiens,
composée par Jules Fournier, Montréal, 1920.
Revenir en haut Aller en bas
 
Arthur de Bussières
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈTES FRANCAIS-
Sauter vers: