PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 François-René De Chateaubriand

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



François-René De Chateaubriand - Page 3 Empty
MessageSujet: François-René De Chateaubriand   François-René De Chateaubriand - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Mai - 10:48

Rappel du premier message :

Accés aux poémes de François-René De Chateaubriand


François-René, vicomte de ChateaubriandN 1, né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, est un écrivain romantique et homme politique français. Il est considéré comme l'une des figures centrales du romantisme français et de la littérature française en général.

François-René De Chateaubriand - Page 3 A10


Dernière édition par Andy le Jeu 24 Mai - 11:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



François-René De Chateaubriand - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: François-René De Chateaubriand   François-René De Chateaubriand - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Mai - 10:54

Il en sera finalement autrement puisque, pressé par des problèmes financiers, Chateaubriand cède les droits d'exploitation de l'ouvrage à une « Société propriétaire des Mémoires d'Outre-Tombe », constituée le 21 août 1836, qui exigera que l'œuvre soit publiée dès le décès de son auteur, et y pratiquera des coupes franches, afin de ne pas heurter le public10, ce qui inspirera d'amers commentaires à Chateaubriand :

« La triste nécessité qui m'a toujours tenu le pied sur la gorge, m'a forcé de vendre mes Mémoires. Personne ne peut savoir ce que j'ai souffert d'avoir été obligé d'hypothéquer ma tombe [...] mon dessein était de les laisser à madame de Chateaubriand : elle les eût fait connaître à sa volonté, ou les aurait supprimés, ce que je désirerais plus que jamais aujourd'hui.
Ah ! si, avant de quitter la terre, j'avais pu trouver quelqu'un d'assez riche, d'assez confiant pour racheter les actions de la Société, et n'étant pas, comme cette Société, dans la nécessité de mettre l'ouvrage sous presse sitôt que tintera mon glas ! »

— Chateaubriand, Avant-Propos aux Mémoires d'outre-tombe, 1846
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



François-René De Chateaubriand - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: François-René De Chateaubriand   François-René De Chateaubriand - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Mai - 10:55

Son dernier ouvrage qui était une "commande" de son confesseur est Vie de Rancé. Publiée en 1844, c'est la biographie de Dominique-Armand-Jean Le Boutillier de Rancé (1626-1700), abbé mondain propriétaire du château de Véretz, en Touraine, et réformateur rigoureux de la Trappe. Dans cette biographie, Chateaubriand égratigne une autre célébrité de Véretz, son contemporain Paul-Louis Courier, le redoutable pamphlétaire qui décocha des flèches mortelles contre le régime de la Restauration soutenu par le vicomte et brocarda celui-ci dans plusieurs de ses écrits.

En 1847, Céleste meurt : "Je dois une tendre et éternelle reconnaissance à ma femme dont l'attachement a été aussi touchant que profond et sincère. Elle a rendu ma vie plus grave, plus noble, plus honorable, en m'inspirant toujours le respect, sinon toujours la force des devoirs."

Chateaubriand meurt à Paris le 4 juillet 1848.

Ses restes sont transportés à Saint-Malo et déposés face à la mer, selon son vœu, sur le rocher du Grand Bé, îlot situé dans la rade de sa ville natale, auquel on accède à pied depuis Saint-Malo lorsque la mer s'est retirée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



François-René De Chateaubriand - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: François-René De Chateaubriand   François-René De Chateaubriand - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Mai - 10:55

Analyse de l’œuvre

« Chateaubriand portait jusqu'à la cime la gloire émouvante de nos lettres ». Charles de Gaulle, discours du 2 février 1969 à Quimper (Discours et Messages, tome V, Plon, p. 376).

Par son talent comme par ses excès, Chateaubriand peut être considéré comme le père du romantisme en France. Ses descriptions de la nature et son analyse des sentiments du moi en ont ainsi fait un modèle pour la génération des écrivains romantiques. Il a, le premier, formulé le « vague des passions » qui deviendra un lieu commun du romantisme :

« Il reste à parler d'un état de l'âme, qui, ce nous semble, n'a pas encore été bien observé ; c'est celui qui précède le développement des grandes passions [...]. Plus les peuples avancent en civilisation, plus cet état du vague des passions augmente [...] »

— Chateaubriand, Génie du Christianisme, vol. 3, 1802, partie II
Sa pensée et ses actions politiques semblent offrir de nombreuses contradictions ; il se voulait à la fois l'ami de la royauté légitime et de la liberté, défendant alternativement celle des deux qui lui semblait être en péril :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



François-René De Chateaubriand - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: François-René De Chateaubriand   François-René De Chateaubriand - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Mai - 10:55

« Quant à moi, qui suis républicain par nature, monarchiste par raison, et bourbonniste par honneur, je me serais beaucoup mieux arrangé d'une démocratie, si je n'avais pu conserver la monarchie légitime, que de la monarchie bâtarde octroyée de je ne sais quiN 2. »

— Chateaubriand, De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, 1831
Ses détracteurs lui ont reproché un style ampoulé et une vanité excessive qui éclateraient dans ses Mémoires d'outre-tombe. Mais c'est d'abord un polémiste de génie.

On observe dans ses Mémoires d'outre-tombe une dualité entre le Chateaubriand personnel qui exalte ses sentiments avec un lyrisme romantique et le Chateaubriand public, le mémorialiste qui fait la chronique de son époque, qui a vu l'avènement de la démocratie à laquelle il s'opposait, estimant que la France n'était pas encore mûre (Mémoires d'outre-tombe, 6 juin 1833). Tout au long de son œuvre les deux personnages se regroupent en un seul, ils s'associent ; ainsi toute la vie politique de Chateaubriand fut influencée par ses sentiments personnels et sa solitude ; celle-ci s'est transformée en une peur à l'idée d'un éventuel complot qu'il croyait fomenté contre lui depuis qu'il avait été éloigné à plusieurs reprises du pouvoir monarchique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



François-René De Chateaubriand - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: François-René De Chateaubriand   François-René De Chateaubriand - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Mai - 10:56

Jugements sur Chateaubriand

Victor Hugo se serait exclamé, étant enfant : « Je veux être Chateaubriand ou rien ! »N 3.
Talleyrand a dit de Chateaubriand : « Monsieur de Chateaubriand croit qu'il devient sourd car il n'entend plus parler de lui ». Et Chateaubriand a dit de Talleyrand : « Ses yeux étaient ternes, de sorte qu’on avait peine à y lire, ce qui le servait bien ; comme il avait reçu beaucoup de mépris, il s’en était imprégné, et il l’avait placé dans les deux coins pendants de sa bouche. »
Arthur Mugnier
« Oh ! Être dans un vieux château assis près d'un bon feu avec des fenêtres donnant sur de grands et vieux arbres moussus et lire seul, tranquillement toute une correspondance intime et inédite de Chateaubriand ! Ce serait une volupté suprême ».
Abbé Arthur Mugnier, Journal, 14 février 1930 (Mercure de France, 1985, p. 514).

Charles de Gaulle
« À Colombey, le 24 octobre 1947, à l'heure du thé, le Général parle de Chateaubriand : « L'an dernier, j'ai relu lentement les Mémoires d'outre-tombe […] C'est une œuvre prodigieuse… Il pose sur l'avenir un regard profond… En fait, il avait presque tout vu… y compris les bolcheviks… et puis, je sens comme lui : essentiellement, voyez-vous, Chateaubriand est un désespéré… mais jusque dans son désespoir il fait face, il se redresse de toute sa taille » ».
Ch. de Gaulle cité par Ph. de Saint Robert dans De Gaulle et ses témoins - Rencontres historiques et littéraires, Bartillat, 1999, p. 28

« C'était un désespéré. On le comprend, il avait prévu l'avenir ».
Charles de Gaulle à Léon Noël, le 26 mai 1948 (cité par Philippe de Saint Robert, op.cit. p. 25).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



François-René De Chateaubriand - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: François-René De Chateaubriand   François-René De Chateaubriand - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Mai - 10:56

Liste des œuvres

Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes, considérées dans leurs rapports avec la Révolution française, J. Deboffe (Londres), 1797, essai
Publié à Hambourg chez J. F. Fauche et à Paris chez Le Mière
Atala, ou les Amours de deux sauvages dans le désert, Migneret, 1801, essai apologétique
René, ou les Effets des passions, Migneret, 1802, roman
Le Génie du Christianisme, 1802
Les Martyrs, ou le Triomphe de la foi chrétienne, Le Normant (Paris), 1809, œuvre apologétique
Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, en allant par la Grèce et revenant par l’Égypte, la Barbarie et l'Espagne, Le Normant, 1811, récit de voyage
De Buonaparte, des Bourbons, et de la nécessité de se rallier à nos princes légitimes pour le bonheur de la France et celui de l'Europe, Mame frères (Paris), 1814, libelle
Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes considérées dans leurs rapports avec la Révolution Française..., H. Colburn (Londres), 1814, essai
Réflexions politiques sur quelques écrits du jour et sur les intérêts de tous les Français, Le Normant, 1814, essai politique
De la Monarchie selon la charte, Impr. des amis du roi (Paris), 1816
Mémoires, lettres et pièces authentiques touchant la vie et la mort de S. A. R. monseigneur Charles-Ferdinand d'Artois duc de Berry, Le Normant, 1820
Aventures du dernier Abencerage, Treuttel et Würtz (Londres), 1826, nouvelle
L'édition originale de ce texte fut publiée la même année dans le tome XVI des Œuvres complètes chez Ladvocat (Paris)
Les Natchez, A. Weissenbruch (Bruxelles), 1827
Œuvre de jeunesse, publiée pour la première fois dans les tome XIX et XX des Œuvres complètes chez Ladvocat
Voyages en Amérique et en Italie, Ladvocat, 1827, récit de voyage
Essai sur la littérature anglaise et considérations sur le génie des hommes, des temps et des révolutions, C. Gosselin et Furne (Paris), 1836, essai
Études ou discours historiques sur la chute de l'Empire romain, la naissance et les progrès du christianisme et l'invasion des barbares, Lefèvre (Paris), 1831, essai
Congrès de Vérone, Delloye (Paris) et Brockhaus et Avenarius (Leipzig), 1838
Vie de Rancé, H.-L. Delloye (Paris), 1844
Posthumes
Mémoires d'outre-tombe, E. et V. Penaud frères (Paris), 1848, autobiographie
Publiés d'abord dans le feuilleton de la Presse, ont été édités en 12 vol. in-8 de 1849 à 1850.
Publications anciennes
Outre de nombreuses éditions de chacun des ouvrages séparés de Chateaubriand, il a été fait plusieurs éditions de ses Œuvres complètes, dont celle de Pierre-François Ladvocat, en 31 volumes in-8, Paris, 1826-1831, revue par l'auteur même, qui y a joint des éclaircissements et des notes critiques, et l'a enrichie de quelques œuvres inédites (les Abencérages, les Natchez, Moïse, tragédie, des poésies diverses, des discours politiques) ; et celle de Charles Gosselin, 25 volumes in-8, 1836-1838, contenant également le Congrès de Vérone, un Essai sur la littérature anglaise, une traduction du Paradis perdu de John Milton.
Édition en 36 volumes aux Éditions Pourrat Frères en 1837, comprenant tome 32 une table détaillée des matières avec une table analytique. Les volumes contiennent les différentes préfaces de l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
 
François-René De Chateaubriand
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈTES FRANCAIS-
Sauter vers: