PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerDernières imagesConnexion
 

 Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James


Masculin
Dragon
Nombre de messages : 141786
Age : 58
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE Empty
MessageSujet: Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE   Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE Icon_minitimeMar 18 Sep - 11:46

A LYDIE

TRADUIT D'HORACE (ODE IX, LIVRE III)

HORACE

Lorsque je t'avais pour amie,
Quand nul jeune garçon, plui robuste que moi,
N'entourait de ses bras ton épaule arrondie,
Auprès de toi, blanche Lydie,
J'ai vécu plus joyeux et plus heureux qu'un roi.

LYDIE

Quand pour toi j'étais la plus chère
Quand Chloé pâlissait auprès de Lydia,
Lydia, qu'on vantait dans l'Italie entière,
Vécut plus heureuse et plus fière
Que dans les bras d'un dieu la Romaine Ilia.

HORACE

Chloé me gouverne à présent,
Chloé, savante au luth, habile en l'art du chant;
Le doux son de sa voix de volupté m'enivre.
Je suis prêt à cesser de vivre
Si, pour la préserver, les dieux voulaient mon sang.

LYDIE

Je me consume maintenant
D'une amoureuse ardeur que rien ne peut éteindre,
Pour le fils d'Ornithus, ce bel adolescent.
Je mourrais deux fois sans me plaindre
Si, pour le préserver, les dieux voulaient mon sang.

HORACE

Eh quoi! si dans notre pensée
L'ancien amour se rallumait?
Si la blonde Chloé de ma maison chassée,
Ma porte se rouvrait? si Vénus offensée
Au joug d'airain nous ramenait?

LYDIE

Calaïs, ma richesse unique,
Est plus beau qu'un soleil levant,
Et toi plus léger que le vent,
Plus prompt à t'irriter que l'âpre Adriatique;
Cependant près de toi, si c'était ton plaisir,
Volontiers j'irais vivre, et volontiers mourir.

1837.

_________________
J'adore les longs silences, je m'entends rêver...  
James

Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE Une_pa12Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE Plumes19Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE James_12Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE Confes12


Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alfred De Musset (1810-1857) A LYDIE IMITATION
»  Alfred De Musset (1810-1857) Alfred De Musset (1810-1857) Scène VII.
»  Alfred De Musset (1810-1857)AUX CRITIQUES DU ~CHATTERTON~ D’ALFRED DE VIGNY I
»  Alfred De Musset (1810-1857)AUX CRITIQUES DU ~CHATTERTON~ D’ALFRED DE VIGNY I I
» Alfred De Musset (1810-1857) A ALFRED TATTET

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: