PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 134473
Age : 56
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente Empty
MessageSujet: Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente   Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente Icon_minitimeVen 1 Mar - 18:13

Chair ardente
15 octobre 1906
Aux poètes grivois André GOHE et E. SOUCHON

Il est minuit, tout dort, dans la Nature entière
Et le vent souffle à peine agitant la bruyère
Mêlée au gazon du jardin
Nelly de son peignoir échancrant l'ouverture
Veut que la brise chaude, au baiser de luxure
Effleure sa peau de catin.

Elle a besoin d'amour, elle a soif de caresses
Elle voudrait ce soir épuiser les ivresses
Qu'à peine à retenir son coeur.
Ses seins voudraient sentir une main paresseuse
Les toucher, les presser ; qu'une lèvre fiévreuse
D'un suçon marque leur blancheur.
Elle est seule et son corps, d'extases frémissantes
Voudrait en se pâmant, sentir des chairs brûlantes
Se mêler à ses propres chairs
Elle respire à peine, elle attend, elle écoute !
Un silence de mort enveloppe la route
Elle s'étend sur les arbres verts

Mais la fièvre grandit dans son âme en délire
L'Amour parle à son corps, les accents de sa lyre
L'excitent dans ses voluptés
Ses doigts ont dégrafé sa robe en mousseline
La brise maintenant de sa lèvre câline
Frôle ses membres excités.

Sur l'herbe du jardin mollement étendue
Nelly s'offre à la Nuit sans voile, toute nue
Elle dit à la Nuit de l'aimer
Comme un fauve rampant au sortir de son antre
Elle effleure la mousse et l'herbe, sous son ventre
S'échauffe et semble frissonner.

Elle enfonce son doigt entre les lèvres roses
De son vagin humide, et variant les poses
Elle s'efforce de jouir
C'est en vain qu'elle touche à ses lèvres sensibles
Dont s'élargit l'entrée, et de gestes terribles
Elle se plaît à se meurtrir.

Mais soudain son esprit d'un doux rayon s'éclaire
L'Amour sur ses désirs a fixé la lumière
Ses yeux ont de tendres reflets
Et vers un coin obscur propre à sa jouissance
En connaissant tous les secrets

Un faune en marbre blanc par ses des lèvres pâmées
D'un feu qu'il ne sent pas voit ses lèvres frôlées
Nelly l'aime comme un amant
Sur son sein maintenant avide elle s'efforce
De marquer un suçon puis après sur le torse
Elle grave un baiser brûlant

Puis se serrant plus fort dans une étreinte folle
Elle enlace le faune et troublante se colle
Sur l'ornement du piédestal
Les deux corps un instant ont semblé se confondre
Mais son amant de marbre aurait-il pu répondre
Aux fougues de son rut brutal ?

Les voiles de la nuit peu à peu s'éclaircissent
Et dans le ciel pâli les ombres s'élargissent
Mais Nelly toute à ses amours
Ne sent pas la toucher le baiser de l'Aurore
Elle a joui pourtant et veut jouir encore
Elle voudrait jouir toujours.

Honoré HARMAND

_________________
Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente Une_pa12Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente Plumes19Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente Miniat14Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente James_12


Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Honoré Harmand (1883-1952) Chair ardente
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: