PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Honoré Harmand (1883-1952) Les souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Honoré Harmand (1883-1952) Les souvenirs   Dim 3 Mar - 14:41

C'était un vendredi. . .
C'était un vendredi de certaine semaine
Où, voulant imiter le grand Maître BOILEAU
J'ai composé ces vers, pour endormir ma peine
Et, en songeant à vous, dans le square « THUILLEAU ».






Les souvenirs
A mes chers amis
6 juillet 1937
Loin « des Dames ».

Pourrions-nous oublier cette belle journée
Pour de rares amis unique dans l'année ?
Je vous répondrai : « NON », vous qui m'avez chargé
De vous décrire en vers ce que l'on a mangé.

Parfois, avec effort, il faut que j'imagine ;
Mais, s'il connaît les prix, le profane devine
Que ce n'est pas en vain qu'on délaisse un foyer :
LE SAGE ne saurait jamais se dévoyer.

J'abandonne, et pour cause un simple casse-croûte,
Car il ne fut jamais de plaisir qu'il en coûte.
J'aborde, avec courage, un menu bien servi,
Comme un peu de douceur à l'esclave asservi
Lui permet, prisonnier, un instant, de sourire.
EPICURE, bien mieux, aurait su vous le dire
Tout ce qu'un estomac, le plus rébarbatif,
Peut engorger alors qu'après l'apéritif,
Qu'en un décor charmant, embrassé par les roses
L'HOMME sait oublier le poids des jours moroses.

Il y avait de tout, des hors-d'oeuvre de choix
Un peu de chaque chose et de tout à la fois.
Notre fol appétit en eut bien vite cure.
LA FONTAINE eut parlé « de cette autre mesure ».
Mais notre ami MASSON, qui fut toujours si franc
Nous a fait souvenir de la valeur du franc.

Aussi nous réservant pour la sole normande
Dans une crème épaisse en folle sarabande
Ses filets chevauchaient, et nous dûmes pêcher
Crevette, moule blonde et aussi reprocher
Au servant « petit frère », à l'heure du prologue,
En guise de filets de nous servir la rogue.

Mais vous le connaissez, il ne se fâche pas
Et nous pûmes, ainsi, faire honneur au repas.

Un vrai pâté « MAISON », en tous points, délectable
Au titre « Supplément » nous fut servi sur table.
Ensuite, les poulets, car le frère et la soeur
Se partageaient du plat l'alléchante saveur.

Puis, enfin, le dessert : fromage de cinq sortes
A courir trop pressé, au point que vers la porte
Les multiples servants s'étaient tous empressés :
Les vers dans le fromage ont des airs insensés.

Comme dans la chanson nous mangeâmes des fraises
Fraîches et ressemblant aux lèvres Polonaises
Qui riaient d'un « CHAPEAU » comme dans son pays
On n'en fabrique pas, car ils sont « tout pitits »
Je ne puis oublier, non plus, la Yougoslave
Fille déracinée, au sourire si brave.

Et que dirai-je encor du vieil ami VOIEMENT
Qui semblait tout heureux mais dont le sentiment
Se laisse deviner, sans qu'il faille traduire
Tout ce qu'il éprouvait : bien manger, laisser dire.

Mais nous avions aussi l'élégant COPURCHIC
Qui se sentait à l'aise en son « Transatlantic »
Vous l'avez deviné mes chers amis sans peine
Car il n'eut pas donné sa bouchée à la reine.

Permettez que j'abrège un si long discours
Mais il est inédit. Ce n'est pas tous les jours
Qu'un souvenir heureux gravé sur une page
A la franche gaieté rend un si juste hommage
Ces vers sont nés d'une heure en un vieux clos normand
Mon coeur les a signés pour vous d'un nom : HARMAND.

Honoré HARMAND

Revenir en haut Aller en bas
 
Honoré Harmand (1883-1952) Les souvenirs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Honoré Harmand
» Honoré Harmand (1883-1952) La folie du poète Visions
» Honoré Harmand (1883-1952) L'Automne
» Honoré Harmand (1883-1952) Acrostiche d'amour
» Honoré Harmand (1883-1952) Le temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: