PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Honoré Harmand (1883-1952) La vague

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Honoré Harmand (1883-1952) La vague   Jeu 4 Avr - 9:44

La vague
A mon ami Justin RENARD
(Souvenir de Dieppe)
Version 18 septembre 1905

Ce soir, j'ai causé avec une vague,
Et j'ai dit : « pourquoi ta caresse vague
Heurte-t-elle au port
Pour se retirer bien loin de la rive,
Comme un pâle enfant à l'âme chétive
Quand il voit la mort ? »

La vague m'a dit : « je suis une amante
Qui touche en passant de sa lèvre errante
Un front inconnu
Quand tout endormi dans un grand mystère
Semble agonisant et que sur la terre
Le soir est venu »

J'ai dit à la vague : « pourquoi son Destin
Au pauvre pêcheur riant le matin
Lui fait espérer
Un soleil joyeux, un ciel sans nuages
Et, quand vient le soir, dans de gros orages
Le fais-tu pleurer ? »

La vague m'a dit : « je suis comme toi ;
Quand tu es heureux, ton coeur en émoi
S'attache à la vie,
Puis, dans tes yeux bleus, une image obscure
Te fait regretter dans un grand murmure
L'extase ravie »

J'ai dit à la vague : « pourquoi dans ton sein
Caches-tu le crime et dans ton dessein
Aux pensées profondes
Cherches-tu l'amant, le père ou l'enfant,
Pourquoi les fais-tu au baiser charmant
Préférer tes ondes ? »

La vague m'a dit : « quand l'heure a sonné
Et que par la mort tu es condamné
Que fais-tu mortel ?
Dans les grands silences égarant tes pas
Tu dis à la vie, pourquoi le trépas
Est-il si cruel ? »

J'ai dit à la vague : « dans l'affreuse nuit
Pourquoi de ta voix au sinistre bruit
Glacer l'existence ?
Ne pourrais-tu pas au pauvre pêcheur
D'une voix craintive pleine de douceur
Parler d'espérance ? »

La vague m'a dit : « Ô ! Désabusé,
Quand la vie rappelle à ton coeur usé
Bien des souvenirs,
De ta voix méchante insultant le sort
Tu ris de la vie et frôles la mort
De tes longs soupirs.

Honoré HARMAND

Revenir en haut Aller en bas
 
Honoré Harmand (1883-1952) La vague
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Honoré Harmand
» Honoré Harmand (1883-1952) La folie du poète Visions
» Honoré Harmand (1883-1952) L'Automne
» Honoré Harmand (1883-1952) Acrostiche d'amour
» Honoré Harmand (1883-1952) Le temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: