PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Honoré Harmand (1883-1952) Fragments

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Honoré Harmand (1883-1952) Fragments Empty
MessageSujet: Honoré Harmand (1883-1952) Fragments   Honoré Harmand (1883-1952) Fragments Icon_minitimeJeu 4 Avr - 9:48

Fragments
12 mars 1906
Mes chagrins

Qui se sont assemblés pour me faire un manteau
Comme en portent les morts couchés dans leurs tombeaux




Ecrire ses douleurs peut parfois consoler
Mais n'est-il pas plus beau de les voir s'envoler
Sur l'aile de l'oubli au baiser de chimère
Il console de tout et maître sur la terre
Il commande à nos coeurs et préside aux destins
Qui font de la gaieté la source des chagrins
Bien douce est sa caresse et souvent près de lui
Je suis venu le soir effacer mon ennui




Pendant que la foule s'amuse
Au sein de la gaieté marchande de plaisir
Tristement j'implore ma muse
De chanter du passé les tendres souvenirs



Sensible à ma prière à mes grandes douleurs
D'une voix qui dit bien mes ivresses passées
Elle chante et mes yeux d'où s'écoulent des pleurs
Du regard amitieux des âmes consolées
Lui témoignent la joie autant que la douceur
Que ses chants ont semé dans l'ombre de mon coeur


Vole vers d'autres cieux consoler d'autres coeurs
Je ne te chasse pas tu sauras bien comprendre
Qu'il est tant de mortels que frappent les douleurs
Ils pourraient quelquefois m'accuser de tout prendre
En toi et ton baiser tes douces espérances
Va muse où dans la nuit t'appellent des souffrances

Va d'autres ont besoin de connaître l'oubli
Et sans toi ils ont peur de causer avec lui




Dès lors que je riais n'étais-je pas guéri




J'ai vu Berthe au bras de l'autre

Près de moi tous deux ont passé
Bizarres dans leur contenance
Lui sérieux combien troublé
Elle, riant de souvenance

J'ai crû à son rire forcé
Qu'elle avait retenu des larmes
Sans doute après fatales armes
Les pleurs abondants ont coulé

Je les ai suivis et mes yeux
Ont pleuré l'amante infidèle
Je lui dois tant de jours heureux
Que ma douleur est moins cruelle

Quand j'écoute le souvenir
Me parler de l'heure charnelle
Je pense vraiment que pour elle
Il était bien doux de souffrir




Eh, qu'est-ce que l'argent auprès de mes douleurs
Une femme très laide auprès de belles fleurs




Quand meurt le souvenir que faut-il espérer
Rien que de la douleur, des larmes pour pleurer




Faisant de nos deux maux une même douleur
Je lui ai dit « causons », peut-être l'un pour l'autre
Saurons-nous rétablir le calme en notre coeur
Car si je fus blessé ma blessure est la vôtre

A vingt ans comme moi elle a connu l'amour
Elle a crû aux serments à la folle espérance
Qui sous une caresse a caché la souffrance
La joie et le regret sont nés le même jour

Aujourd'hui philosophe Elle oublie et pardonne
A ceux qui ont brisé son fragile avenir
Elle aime chaque jour que le Destin lui donne
Son coeur comme le mien ne saurait plus souffrir

Elle a pleuré jadis les funestes alarmes
Les instants de gaieté trop vite disparus
Ses chagrins ont passé comme des inconnus
Ses yeux comme les miens ne versent plus de larmes

Honoré HARMAND
Revenir en haut Aller en bas
 
Honoré Harmand (1883-1952) Fragments
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: