PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Louis Fréchette (1839-1908) À ma petite Louise

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Louis Fréchette (1839-1908) À ma petite Louise Empty
MessageSujet: Louis Fréchette (1839-1908) À ma petite Louise   Louis Fréchette (1839-1908) À ma petite Louise Icon_minitimeVen 19 Avr - 19:17

À ma petite Louise
Le jour de sa première communion.

Il est déjà lointain - car le temps est agile -
Ma Louise, le jour cher et béni pour nous,
Où Dieu te déposa, bébé rose et frais,
Doux chérubin captif en sa prison d'argile,
Sur mes genoux.

Tu parus à mes yeux comme on voit la fleur naître;
Ton petit poing frappait à mon coeur mal fermé;
Et - ce souvenir-là trouble encor tout mon être -
J'ouvris mon coeur, ainsi qu'on ouvre sa fenêtre
Aux jours de mai.

Notre bonheur pourtant ne fut pas sans mélange;
Car, comme un pauvre oiseau tombé dans un filet,
Tu nous apparaissais prisonnière en ton lange:
Et, tout pensifs, ta mère et moi, songions à l'ange
Qui s'exilait.

Nous croyions voir encor frémir ta petite aile;
Ta voix semblait l'écho des célestes chansons;
Et nous disions: - Hélas! chère âme, saura-t-elle
Passer sans effeuiller sa couronne immortelle
À nos buissons?

Nos orages, plus tard, à sa fleur d'innocence
N'enlèveront-ils pas l'éclat et le parfum?
Et les anges, qui voient notre reconnaissance,
Ne pleureront-ils pas, après les jours d'absence,
L'ange défunt?

Craintes vaines! jamais, ma douce colombelle,
Devant ton pur regard le ciel ne se voila;
Jamais aux voix d'en haut ton coeur ne fut rebelle;
Et ton âme est encore aussi blanche, aussi belle
Que ce jour-là.

Ta lèvre n'a jamais du mal goûté l'absinthe;
Ton rêve est étranger aux remords flétrissants;
Et, quand ton pas ému franchit l'auguste enceinte,
Ta prière d'enfant monte à Dieu, vierge et sainte,
Comme l'encens.

Aussi, dans ta candeur, tu ne saurais comprendre
Le bonheur, qu'aujourd'hui je ressens encor plus,
De pouvoir dire à Dieu: - Seigneur, venez la prendre;
L'ange que vous m'aviez prêté, je puis le rendre
Tel que je l'eus.

Oui, je te rends, ma fille, à Dieu, l'Être suprême
Qui t'ouvre en ce grand jour ses trésors infinis:
Je te rends le front ceint des lys de ton baptême;
Et, parce que tu fus toujours bonne, et qu'il t'aime,
Je le bénis!

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Fréchette (1839-1908) À ma petite Louise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: