PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 François-Xavier Garneau (1809-1866) L'étranger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 127630
Age : 53
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: François-Xavier Garneau (1809-1866) L'étranger   Sam 15 Juin - 22:16

F. X. GARNEAU À LONDRES.

L'étranger


Depuis l'aurore, assis sur le rivage,
En vain j'attends, l'esquif ne revient pas:
Courez, vents frais, volez sur son passage,
De ma patrie il laisse les climats.
Mais déjà de la nuit le voile sombre
Cache à mes yeux les rives et les flots.
Pauvre étranger, attendre encor dans l'ombre:
A vos ennuis apportez du repos.
La nuit se passe et bien des jours encore;
Le nautonnier n'écoute plus sa voix.
Dans ma patrie aurait-il vu l'aurore
Dorer les monts, les fleuves et les bois?
Le toit champêtre où résonnaient ma lyre
De mes chansons nourrit-il les échos?
Pauvre étranger, bien loin est le navire:
A vos ennuis apportez du repos.
Il ne vient point des bords qui m'ont vu naître,
Où si souvent je chantais nos exploits;
Il n'a point vu Carouge où pour un maître
Tombaient nos fils, que trahissaient des rois.
D'un joug à l'autre, hélas! on les transporte;
Prenez ces fers, dit-on à des héros!
Pauvre étranger, leur bras vainqueur les porte:
A vos ennuis apportez du repos.

Déjà les champs où reposent nos pères,
À d'autres mains ont cédé leurs moissons;
Et sous nos toits des langues étrangères
Chassent l'écho de nos douces chansons.
Un orphelin quête un pain d'indigence
Au seuil sacré... trahi par ses sanglots!
Pauvre étranger, j'y fêtai sa naissance:
A vos ennuis apportez du repos.

Des inconnus saisissent sa balance,
Et de Thémis ils usurpent les droits.
Au temple saint j'ai vu briller la lance
Qui chasse au loin tous les arts dans les bois.
Peut-être, un jour la liberté propice
Viendra finir et vos pleurs et vos maux.
Pauvre étranger, règnera la justice:
À vos ennuis apportez du repos.

Vient-on encor jeter sur la chaumière,
Un oeil hautain où brille le mépris?
Toujours mon front brava leur troupe altière;
Mais je pensais à des frères proscrits:
Leurs toits brûlants éclairaient la colline,
Où nos pasteurs conduisaient leurs troupeaux.
Pauvre étranger, pourquoi ton front s'incline?
A vos ennuis apportez du repos.

Plein de douleur je quittai ma patrie;
Enfin le ciel y brille plus serein.
Retourne-t'en, mon âme un jour me crie:

De bords chéris je reprends le chemin.
Mais de mes ans j'ai senti la faiblesse;
Déjà la mort a pénétré mes os!
Pauvre étranger, Dieu chérit la vieillesse:
A vos ennuis apportez du repos.

Ô Canada! le ciel enfin m'appelle,
As-tu tari la coupe des douleurs?
Mais des destins l'urne se renouvelle;
Un sort plus doux dissipe tes malheurs.
Adieu, je meurs,... je sens glacer mes veines...
Mais quels longs bruits ont frappé les échos :
Ô ma patrie, on a brisé tes chaînes!
Fuyez, ennuis, je meurs dans le repos.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
François-Xavier Garneau (1809-1866) L'étranger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» François-Xavier Garneau (1809-1866) Pourquoi désespérer?
» François-Xavier Garneau (1809-1866) Au Canada IV
» François-Xavier Garneau (1809-1866) Les exilés I
» Médaille jésuite - St-Ignace-de-Loyola/St-François-Xavier (2)
» UN VRAI JEU D'ENFANT de François Xavier Dillard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: