PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier (1811-1872) Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier (1811-1872) Paris   Lun 29 Juil - 15:24

Paris

Das drängt und stösst, das ruscht und klappert
Das zischt und quirlt, das zieht und plappert!
Das leuchtet, sprüht und stinkt und brennt!
GOETHE, Faust.

Dans la simplicité de mon coeur enfantin,
L’oeil fixé sur les cieux, j’enviais le destin
De l’oiseau voyageur, du nuage qui passe
Et fait tant de chemin, et dans ce large espace
Voit les mondes sous lui glisser rapidement,
Ainsi qu’un météore aux champs du firmament.
EUGÈNE DE ***.

Hé, Dieu! que de maisons! que de beaux bâtiments!
ESTIENNE DE KNOBELSDORFF.
Salle de réception du diable.
Don Juan, ch. x, st. 81.


Quand il voit le soleil, déchirant le nuage,
De splendides rayons illuminer sa cage,
Et, comme un lion d’or, secouer, dans le bleu
Qui se fait à l’entour, sa crinière de feu,
L’aigle prisonnier bat avec son aile forte
Les lourds barreaux de fer tant qu’il se tue ou sorte.
- Mon âme est faite ainsi: dans mon corps en prison,
Elle cherche à son vol un plus large horizon;
Quand sur elle d’en haut la sainte Poésie
Abaisse son regard, de grands désirs saisie,
Elle voudrait surgir jusqu’au clair firmament
Afin d’y respirer largement, librement,
Entre la terre et Dieu, bien par delà les nues
Et les plaines d’azur, régions inconnues,
L’air limpide, l’air vierge, où jamais souffle humain
Ne passe, où l’ange seul retrouve son chemin;
Car elle manque d’air, mon âme, dans ce monde
Où la presse en tous sens de son étreinte immonde
Une société qui retombe en chaos,
Du rouge sur la joue et la gangrène aux os!
Il lui faudrait des monts aux cheveux blancs de neige,
De grands rochers à pic, trônes géants où siège,
Ayant pour marchepied le vertige et l’effroi,
La majesté muette et sombre du grand Roi.
Il lui faudrait la voix du tonnerre qui roule
Ses mugissements sourds comme des bruits de foule;
Le torrent qui bondit entre les rocs qu’il fond,
Se tord comme un damné dans l’abîme sans fond,
Jette ses forts abois qu’on entend d’une lieue,
Et, tout échevelé, semble la pâle queue
Du cheval de la mort au livre de saint Jean.
Il lui faudrait au soir la lune voyageant,
Non sur l’angle des toits, mais sur les cimes grêles
Des sapins déployant leurs bras comme des ailes,
Les arêtes des pics, et les tours du manoir
De leurs fronts ardoisés découpant le ciel noir.
- Elle n’a pas cela, mon âme, non pas même
L’humble petit coteau, la campagne qu’elle aime,
Le vallon frais et creux, les sveltes peupliers
Dont la bise de nuit berce les fronts pliés,
La chaumière des bois, poussant en bleus nuages
Son filet de fumée à travers les feuillages,
El dont le toit moussu porte sur son velours
Des fleurs tous les printemps, des pigeons tous les jours;
Le jardin et son puits que festonne une vigne,
Où, des choux à propos interrompant la ligne,
Se pavane un rosier que votre main sema;
Asile calme et vert comme en peint Hobbéma.
Où les chuchotements dont est fait le silence
Troublent seuls du rêveur la douce somnolence!
Non pas même cela: mais la ville aux cent bruits
Où, de brouillards noyés, les jours semblent des nuits,
Où parmi les toits bleus s’enchevêtre et se cogne
Un soleil terne et mort comme l’oeil d’un ivrogne,
Des tuyaux hérissant le faîte des maisons
Que bat la pluie à flots dans toutes les saisons,
Une fumée ardente et de couleur de rouille
Traînant ses longs anneaux sur le ciel qu’elle souille,
Les murs repeints à neuf, ou noircis par le temps,
Jaunes, rouges et verts, semblables aux tartans
Des montagnards d’Ecosse, et les vieilles églises
Au sein de la vapeur dressant leurs flèches grises,
Et leurs longs arcs-boutants inclinés de façon
Qu’on croirait, à les voir, des côtes de poisson;
Puis le peuple grouillant, qui se heurte et se rue,
Fashionables musqués, gueux à mine incongrue,
Grisettes au pied leste, au sourire agaçant,
Beaux tilburys dorés comme l’éclair passant,
Charrettes, tombereaux, ouvrant avec leurs roues,
Comme des nefs dans l’onde, un sillon dans les boues;
- De l’or et de la fange. - Incroyable chaos,
Babel des nations, mer qui bout sans repos,
Chaudière de damnés, cuve immense où fermente,
Vendange de la mort, une foule écumante,
Haillons troués à jour comme un crible, où le vent
Glisse, apportant la fièvre et le trépas souvent,
Brocards d’or et d’argent raides de pierreries,
Des yeux cernés et bleus, des figures flétries,
Du pain dur que l’on mange à la sueur du front,
Oisifs de leurs deux mains frappant leur ventre rond;
Perpétuel contraste, éternelle antithèse,
Paris, la bonne ville, ou plutôt la mauvaise,
Longs grincements de dents et beaux concerts. Voilà!
- Cependant moi, poète et peintre, je vis là.


Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier (1811-1872) Paris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: