PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Jules Verne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 127587
Age : 53
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Jules Verne   Sam 27 Fév - 19:31

Jules Verne, né le 8 février 1828 à Nantes et mort le 24 mars 1905 à Amiens, est un écrivain français, dont une grande partie de l'œuvre est consacrée à des romans d'aventures et de science-fiction (ou d'anticipation).
En 1863 paraît chez l'éditeur Pierre-Jules Hetzel (1814-1886) son premier roman Cinq semaines en ballon qui connaît un immense succès, au-delà des frontières françaises. Lié à l'éditeur par un contrat de 20 ans, Jules Verne travaillera en fait pendant quarante ans à ses Voyages extraordinaires qui compteront 64 volumes et qui paraîtront pour une part d'abord dans le Magasin d'éducation et de récréation destiné à la jeunesse. Richement documentés, les romans de Jules Verne se situent aussi bien dans le présent technologique de la deuxième moitié du XIXe siècle (Les Enfants du capitaine Grant (1868), Le Tour du monde en quatre-vingts jours (1873), Michel Strogoff (1876), L'Étoile du sud (1884) ...) que dans un monde imaginaire (De la Terre à la Lune (1865), Vingt mille lieues sous les mers (1870), Robur le conquérant (1886)...)
L’œuvre de Jules Verne est populaire dans le monde entier et, selon l’Index Translationum, avec un total de 4162 traductions, il vient au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie1. L'année 2005 a été déclarée « année Jules Verne », à l'occasion du centenaire de la mort de l'auteur.

Les jeunes années

Statue de Jules Verne enfant à Nantes
Jules Verne est né à Nantes, dans le quartier de l'île Feydeau, le 8 février 1828. Il est le fils de Pierre Verne (originaire de Provins), exerçant la profession d'avoué, et de Sophie Allote de la Fuÿe, issue d'une famille bourgeoise nantaise de navigateurs et d'armateurs, mais de descendance écossaise2. Jules Verne est l'aîné d'une famille de cinq enfants, comprenant son frère Paul (1829-1897) et ses trois sœurs : Anna, née en 1836, Mathilde, née en 1839, et Marie, née en 1842. Il fait des séjours à Brains.
La légende affirme qu'en 1839, à l'âge de 11 ans, le petit Jules se serait embarqué sur un long courrier à destination des Indes, en qualité de mousse. Son père l'aurait alors récupéré in extremis à Paimbœuf. Jules Verne aurait avoué qu'il était parti pour rapporter un collier de corail à sa cousine, Caroline Tronson, dont il était amoureux. Rudement tancé par son père, il aurait promis de ne plus voyager qu'en rêve. Cependant, c'est probablement une légende enjolivée par l'imagination familiale car, dans ses Souvenirs d'enfance et de jeunesse, il affirme qu'il ne s'est qu'échappé, est monté à bord d'un voilier, qu'il a exploré, tourné le gouvernail, etc., ce en l'absence d'un gardien. Ce qui lui vaudra la réprobation du capitaine.
Les débuts artistiques


Musée Jules Verne à Nantes
Son père veut faire de lui un avocat. Il fait ses études de rhétorique et de philosophie au lycée de Nantes, (actuel lycée Clemenceau) puis des études de droit après le baccalauréat. Il commence à écrire, des poèmes, une tragédie en vers. Il va terminer son droit à Paris en novembre 1848, bien plus intéressé par le théâtre. Il y fait la connaissance d'Alexandre Dumas, qui accepte de monter sa pièce Les Pailles rompues, en 1850, dans son Théâtre-Historique, où elle y est jouée douze fois. Malgré le succès tout relatif de l'œuvre, Jules Verne, qui vient de terminer son droit, refuse de succéder à son père à sa charge d'avoué. Il fréquente la Bibliothèque nationale, se passionnant pour la science et ses découvertes les plus récentes, et se lie avec un ancien explorateur, Jacques Arago, devenu aveugle.
Il publie ses premières nouvelles dans la revue Musée des familles : Les Premiers navires de la marine mexicaine et Un Drame dans les airs en 1851. En 1852, Jules Verne est engagé comme secrétaire au Théâtre-lyrique. Il publie Martin Paz, Maître Zacharius, Un Hivernage dans les glaces, ainsi que la pièce Les Châteaux en Californie et continue son œuvre théâtrale, avec, notamment, Colin-Maillard, une opérette écrite avec son ami Michel Carré sur une musique d'Aristide Hignard. Représentée en 1853, l'œuvre a un succès relatif (quarante représentations).
En 1856, il fait la connaissance de sa future épouse, Honorine Morel, une Amiénoise de vingt-six ans, veuve du Fraysne de Viane, et déjà mère de deux enfants. L'unique enfant de Jules Verne, Michel, naît le 3 août 1861.
Les voyages extraordinaires


Couverture des éditions Hetzel : Les Aventures du Capitaine Hatteras au Pôle Nord
En 1862, Jules Verne soumet à l'éditeur Pierre-Jules Hetzel (1814-1886) son roman Cinq semaines en ballon, qui paraît en 1863 et connaît un immense succès, au-delà des frontières françaises. Il signe alors avec Pierre-Jules Hetzel un contrat qui le lie pour 20 ans avec l'éditeur, dans lequel il s'engage à fournir des romans notamment pour la revue le Magasin d'éducation et de récréation destinée à la jeunesse. C'est dans ce journal que paraîtront les Aventures du capitaine Hatteras avant d'être publiées en roman. En fait, Jules Verne travaille pendant quarante ans à ses Voyages extraordinaires qui compteront soixante-quatre volumes. En 1863, toujours, Jules Verne écrit Paris au XXe siècle, qui ne paraîtra qu'en 1994.
En 1864, Jules Verne consacre un ouvrage à Edgar Poe (Edgar Poe et ses œuvres), il publie les romans Les Aventures du capitaine Hatteras et Voyage au centre de la Terre, quitte son emploi d'agent de change, et déménage à Auteuil. Le 16 mars 1867, en compagnie de son frère Paul, il embarque sur le Great Eastern à Liverpool pour les États-Unis, il tirera de sa traversée le roman Une ville flottante (1870). Jules Verne achète son bateau le Saint-Michel en 1868, chaloupe de pêche aménagée pour la plaisance, il en fera son cabinet de travail.
Mobilisé comme garde-côte au Crotoy pendant la guerre de 1870, Jules Verne continue toutefois d'écrire. Il s'installe à Amiens, ville natale de son épouse, en 1872 :
« Sur le désir de ma femme je me fixe à Amiens, ville sage, policée, d’humeur égale, la société y est cordiale et lettrée. On est près de Paris, assez pour en avoir le reflet, sans le bruit insupportable et l’agitation stérile. Et pour tout dire, mon Saint-Michel reste amarré au Crotoy. »
— Lettre de Jules Verne à son ami Charles Wallut

Il publie Le Tour du monde en quatre-vingts jours, fait l'acquisition du Saint-Michel II (basé au port du Crotoy, Somme), en 1874. Il donne un fastueux bal costumé à Amiens en 1877, avec la participation de son ami Nadar, qui servit de modèle au Michel Ardan, héros de ses romans De la Terre à la Lune et Autour de la Lune. De juin à août 1878, Jules Verne navigue de Lisbonne à Alger sur le Saint-Michel III, puis en Écosse, Norvège et Irlande en 1880. Il fait un grand tour de la Méditerranée en compagnie de son épouse en 1884. Son bateau le Saint Michel III avait son port d'attache au Tréport, Seine Inférieure. Jules Verne donnait de grandes fêtes au casino du Tréport, il a été photographié sur la plage de Mers-les-Bains dans la Somme.
Les dernières années


Jules Verne en 1892
En 1886, le neveu de Jules Verne, Gaston, venu semble-t-il lui demander de l'argent, tire deux balles de revolver sur l'écrivain, qui le blessent aux jambes et lui causeront une claudication définitive. En 1888, Jules Verne est élu au conseil municipal d'Amiens sur une liste républicaine (gauche modérée), il y siègera quinze ans. Notons au passage que Jules Verne n'était en aucun cas un républicain dans sa profonde conviction, il restera toute sa vie un profond monarchiste (tendance orléaniste). Il est atteint d'une cataracte en 1900.


Tombe de Jules Verne au cimetière de la Madeleine à Amiens
Au début de 1903, Jules Verne présida le groupe espérantiste d'Amiens. Ardent défenseur de cette toute jeune langue internationale, il promet à ses amis d'écrire un roman où il décrirait les mérites de l'espéranto. Mort prématurément, son livre ne sera pas achevé. Le brouillon sera repris par son fils Michel, mais l'œuvre finale (L'Étonnante Aventure de la mission Barsac) ne fera pas allusion à l'espéranto.
Malade de diabète, Jules Verne s'éteint le 24 mars 1905 à Amiens dans sa maison du 44, boulevard Longueville (aujourd'hui boulevard Jules-Verne). Il est inhumé au Cimetière de La Madeleine à Amiens. Plusieurs livres de Jules Verne paraîtront après sa mort, publiés par son fils Michel Verne, qui prendra la responsabilité de remanier certains manuscrits.
Œuvres

Si l'on regarde de près la manière dont sont constitués les principaux romans de Jules Verne, on remarque qu'ils sont en fait constitués de trois parties intimement liées, ce qui fait leur richesse :
un voyage géographique
un voyage moral
un voyage scientifique[réf. nécessaire]
Les dates mentionnées sont celles de la première publication en volume, à moins d’indication contraire.


Caricature de Jules Verne « allant recueillir aux bonnes sources des renseignements authentiques sur le monde sous-marin ».


Monument Jules Verne à Redondela


Tournage du Tour du monde en 80 jours à Berlin en 2003


Signature
Romans publiés du vivant de l'auteur
Ces romans constituent le cœur des Voyages extraordinaires qui ont fait la renommée de l'auteur
Cinq semaines en ballon (1863)
Voyage au centre de la Terre (1864)
Le Comte de Chanteleine (1864), publié en revue seulement; première publication en volume en 1971
De la Terre à la Lune (1865)
Les Aventures du capitaine Hatteras (1867), publié en deux parties : Les Anglais au Pôle Nord (1866) et Le désert de glace (1866)
Les Enfants du capitaine Grant (1868), publié en trois parties : L’Amérique du Sud (1866); L’Australie (1866) et L’Océan Pacifique (1867)
Vingt mille lieues sous les mers (1870), publié en deux parties (1869 et 1870)
Autour de la Lune (1870)
Une ville flottante (1871)
Les Forceurs de blocus (1871), publié à la suite d’Une ville flottante
Une fantaisie du docteur Ox (1872), repris dans Le Docteur Ox en 1874
Aventures de trois Russes et de trois Anglais dans l'Afrique australe (1872)
Le Tour du monde en quatre-vingts jours (1873)
Le Pays des fourrures (1873)
L'Île mystérieuse (1874-1875), publié en trois parties: Les naufragés de l’air (1874), L’Abandonné (1875) et Le secret de l’île (1875)
Le Chancellor (1875)
Michel Strogoff (1876)
Hector Servadac (1877)
Les Indes noires (1877)
Un capitaine de quinze ans (1878)
Les Cinq Cents Millions de la Bégum (1879)
Les Tribulations d'un Chinois en Chine (1879)
La Maison à vapeur (1880)
Dix heures en chasse (1881), publié à la suite du Rayon vert
La Jangada (1881)
L'École des Robinsons (1882)
Le Rayon vert (1882)
Kéraban-le-Têtu (1883)
L'Étoile du sud (1884)
Archipel en feu (1884)
Frritt-Flacc (1884), publié à la suite d’Un billet de lotterie
Mathias Sandorf (1885)
Robur le conquérant (1886)
Un billet de loterie (1886)
Nord contre Sud (1887)
Le Chemin de France (1887)
Gil Braltar (1887), publié à la suite de Chemin de France
Deux ans de vacances (1888)
Famille-sans-nom (1889)
Sans dessus dessous (1889)
César Cascabel (1890)
Mistress Branican (1891)
Le Château des Carpathes (1892)
Claudius Bombarnac (1892)
P'tit-Bonhomme (1893), a aussi été republié sous le titre Fils d’Irlande
Mirifiques Aventures de maître Antifer (1894)
L'Île à hélice (1895)
Face au drapeau (1896)
Clovis Dardentor (1896)
Le Sphinx des glaces (1897)
Le Superbe Orénoque (1898)
Le Testament d'un excentrique (1899)
Seconde patrie (1900)
Le Village aérien (1901), d’abord publié sous le titre La Grande Forêt
Les Histoires de Jean-Marie Cabidoulin (1901), a aussi été republié sous le titre Le serpent de mer
Les Frères Kip (1902)
Bourses de voyage (1903)
Un drame en Livonie (1904)
Maître du Monde (1904)
L'Invasion de la mer (1905)
Héritage
Jules Verne laisse derrière lui une œuvre riche d'une extraordinaire créativité. C'est l'un des premiers auteurs à mêler avec autant de succès science-fiction, aventure et fantastique. Son intérêt pour la science et le fait qu'il aborde dans ses romans des thèmes qui se concrétiseront dans le courant du xxe siècle (voyage sur la lune, sous-marin, etc.) lui confèrent le statut de visionnaire. Ses romans seront fréquemment adaptés au cinéma, leur récit à grand spectacle se prêtant parfaitement aux productions hollywoodiennes. Ses personnages sont des icônes de l'imaginaire populaire (tels Phileas Fogg, le capitaine Nemo ou Michel Strogoff).
Reproches adressés à l'œuvre de Jules Verne
Si Jules Verne a influencé des générations de lecteurs et d'écrivains de science-fiction, tout ce qu'il écrivit ne fait pas l'unanimité. On peut voir sous sa plume des textes de ce genre :
« Quelques minutes après, le Victoria s’élevait dans l’air et se dirigeait vers l’est sous l’impulsion d’un vent modéré.
– En voilà un assaut ! dit Joe. – Nous t’avions cru assiégé par des indigènes. – Ce n’étaient que des singes, heureusement ! répondit le docteur. – De loin, la différence n’est pas grande, mon cher Samuel.
– Ni même de près, répliqua Joe. »
— Cinq semaines en ballon, chapitre XIV

Cependant, ce genre de remarque reste occasionnel et l'œuvre de Jules Verne contient beaucoup de personnages de couleur présentés sous un angle positif, à l'instar de Tom, Austin, Bat, Actéon et Hercule dans Un capitaine de quinze ans ("...on pouvait aisément reconnaître en eux de magnifiques échantillons de cette forte race..."). Dans ce roman, Jules Verne prend nettement position contre l'esclavage, position qu'il réaffirme à plusieurs reprises, notamment à propos de la guerre de Sécession.
On trouve aussi des stéréotypes antisémites dans l'œuvre de Verne. « Certes, il y a du déchet dans son œuvre immense et on ne peut que déplorer son nationalisme et son mépris des juifs » écrivait l'historien Jacques Sadoul3 :
« Petit, malingre, les yeux vifs mais faux, le nez busqué, la barbiche jaunâtre, la chevelure inculte, les pieds grands, les mains longues et crochues, il offrait ce type si connu du juif allemand, reconnaissable entre tous. C’était l’usurier souple d’échine, plat de cœur, rogneur d’écus et tondeur d’œuf. L’argent devait attirer un pareil être comme l’aimant attire le fer, et, si ce Shylock fut parvenu à se faire payer de son débiteur il en eût certainement revendu la chair au détail. D’ailleurs, quoiqu’il fût juif d’origine, il se faisait mahométan dans les provinces mahométanes, lorsque son profit l’exigeait, chrétien au besoin en face d’un catholique, et il se fût fait païen pour gagner davantage. Ce juif se nommait Isac Hakhabut. »
— Hector Servadac, Chapitre XVIII

« Beaucoup de Juifs, qui ferment leurs habits de droite à gauche, comme ils écrivent, – le contraire des races aryennes. »
— Claudius Bombarnac, I

Verne fut également antidreyfusard.4 Mais il approuve, malgré tout, la révision du procès:
« Je connais les résultats de la séance d'hier à la Chambre. Moi, qui suis anti-dreyfusard dans l'âme, j'approuve, c'est ce qu'il y avait de mieux à faire sur la question de révision. Mais je comprends de moins en moins l'attitude de notre Poincaré! »5
Cette accusation sera reprise par Le Nouvel Observateur du 31 mars 20056.
Romans posthumes
À la mort de Jules Verne en 1905, plusieurs de ses manuscrits n’ont pas encore été publiés, afin de respecter le rythme de publication d’un ou deux volumes par an préféré par son éditeur. Ces romans et nouvelles ont pour la plupart été remaniés par Michel Verne, fils de l'auteur, avant leur publication. Les versions originales n'ont été publiées que plusieurs décennies plus tard. La date indiquée entre parenthèses est celle de la rédaction.
La Journée d'un journaliste américain en 2889 (1891), publiée en 1910 dans Hier et demain
Aventures de la famille Raton (1891), publiée en 1910 dans Hier et demain
Monsieur Ré-Dièze et Mademoiselle Mi-Bémol (1893), publiée en 1910 dans Hier et demain
Le Beau Danube jaune (1896), publié en 1908 sous le titre Le pilote du Danube et en 1988 dans sa version d’origine
En Magellanie (1897), publié en 1909 sous le titre Les Naufragés du « Jonathan » et en 1987 dans sa version d’origine
Le Volcan d'or (1900), publié en 1906 en version remaniée et en 1989 dans sa version originale
Le Secret de Wilhelm Storitz (1901), publié en 1910 en version remaniée et en 1985 dans sa version d’origine
La Chasse au météore (1901), publié en 1908 en version remaniée et en 1986 dans sa version originale
Le Phare du bout du monde (1903), publié en 1905 en version remaniée et en 1999 dans sa version originale
Voyage d'étude (1904), inachevé, utilisé par Michel Verne comme inspiration pour L’étonnante aventure de la mission Barsac, publié pour la première fois en 1993 dans San Carlos et autres récits
Edom (1905), remaniée pour devenir L’éternel Adam, publiée en 1910 dans Hier et demain, et publiée dans sa version originale en 1986 à la suite de La Chasse au météore
Une ville saharienne (1905), esquisse de roman utilisé par Michel Verne comme inspiration pour L’étonnante aventure de la mission Barsac
Recueils de nouvelles
Le Docteur Ox (1874), regroupe: Une fantaisie du Docteur Ox; Maître Zacharius; Un drame dans les airs; Un hivernage dans les glaces; et Quarantième ascension française au mont Blanc (ce dernier texte, de Paul Verne, est retiré des éditions suivantes)
Hier et demain (1910), regroupe: Aventures de la famille Raton, Monsieur Ré-Dièze et Mademoiselle Mi-Bémol, La destinée de Jean Morénas, Le Humbug, Au XXXIX e siècle: La journée d’un journaliste américain en 2889, et L’Éternel Adam
Manuscrits nantais, Volume 3, (1991) ouvrage à tirage limité regroupant des nouvelles inédites: Un prêtre en 1835; Jédédias Jamet; Le siège de Rome; Le mariage de M. Anselme des Tilleuls; San Carlos; Pierre-Jean; et L’Oncle Robinson
San Carlos et autres récits (1993), comprend: Pierre-Jean; Le mariage de M. Anselme des Tilleuls; Le siège de Rome; San Carlos; Jédédias Jamet et Voyage d’études
Œuvres de jeunesse
Les romans et nouvelles qui anticipent les Voyages extraordinaires
Un prêtre en 1839 (1846), publié pour la première fois en 1991 dans les Manuscrits nantais
Jédédias Jamet ou l’histoire d’une succession (1847), publié pour la première fois en 1991 dans les Manuscrits nantais
Pierre-Jean, nouvelle non datée remaniée par Michel Verne dans La destinée de Jean Morénas publiée en 1910 dans Hier et demain, et publiée dans sa version originale en 1991 dans les Manuscrits nantais
Un drame au Mexique (1851), publié en 1876 à la suite de Michel Strogoff, aussi appelé Les premiers navires de la marine mexicaine
Un drame dans les airs (1851), publié en 1874 dans Le Docteur Ox, re-publié dans La Science illustrée en 1888 7
Martin Paz (1852), publié en 1875 à la suite du Chancellor
Maître Zacharius ou l'horloger qui avait perdu son âme (1854), publié en 1874 dans Le Docteur Ox
Un hivernage dans les glaces (1855), publié en 1874 dans Le Docteur Ox
Voyage en Angleterre et en Écosse (1859), publié pour la première fois en 1989 sous le titre Voyage à reculons en Angleterre et en Écosse
Joyeuses misères de trois voyageurs en Scandinavie (1861), inachevé, le seul bref fragment restant a été publié pour la première fois en revue en 2003
L'Oncle Robinson (1861), inachevé, publié pour la première fois en 1991 dans les Manuscrits nantais
Paris au XXe siècle (1861), publié pour la première fois en 1994
Le Humbug (vers 1863) fragment de nouvelle remanié par Michel Verne et publié en 1910 dans Hier et demain
Œuvres théâtrales
Article détaillé : Théâtre de Jules Verne.
Jules Verne est d'abord attiré par le théâtre, mais n'y connaîtra qu’un succès médiocre jusqu'à ce que certains des Voyages extraordinaires soient portés à la scène. Plusieurs de ses pièces ont été écrites en collaboration. La date est celle de la première production, à moins d’indication contraire
Les Pailles rompues (1850)
Les Châteaux en Californie ou Pierre qui roule n’amasse pas mousse (1852)
Monna Lisa (1852), en collaboration avec Michel Carré, publiée pour la première fois en 1974
Le Colin-maillard (1853), en collaboration avec Michel Carré
Les Compagnons de la Marjolaine (1855), en collaboration avec Michel Carré
Monsieur de Chimpanzé (1858)
L'Auberge des Ardennes (1860), en collaboration avec Michel Carré
Onze jours de siège (1861)
Un neveu d’Amérique ou les deux Frontignac (1873), en collaboration avec Charles Wallut, remanié par Édouard Cadol
Le tour du monde en quatre-vingts jours (1874), en collaboration avec Edouard Cadol et Adolphe d'Ennery
Les enfants du Capitaine Grant (1878), en collaboration avec Adolphe d’Ennery
Michel Strogoff (1880), en collaboration avec Adolphe d’Ennery
Les Voyages au théâtre (1881), anthologie regroupant les trois pièces précédentes
Voyage à travers l’impossible (1882), en collaboration avec Adolphe d’Ennery
Kéraban-le-Têtu (1883)
Manuscrits nantais, Volume 1, (1991) ouvrage à tirage limité regroupant des pièces de théâtre inédites et non jouées: Don Galaor (esquisse, 1849); Le Coq de bruyère (1849); On a souvent besoin d'un plus petit que soi (esquisse, 1849); Abd'Allah (1849); Le Pôle Nord (1872, en collaboration avec Édouard Cadol); Une promenade en mer (1851); Le Quart d'heure de Rabelais (1847); La Mille et deuxième nuit (1850); La Guimard (1853); La Tour de Montlhéry (1856, inachevé)8; Les Sabines (1867, inachevé, en collaboration avec Charles Wallut); et un fragment sans titre de 1874
Manuscrits nantais, Volume 2, (1991) ouvrage à tirage limité regroupant des pièces de théâtre inédites et non jouées: Alexandre VI (1847); La Conspiration des poudres (1848); Un drame sous Louis XV (1849); Quiridine et Quidinerit (1850); De Charybde en Scylla (1851); Les heureux du jour (1856); Guerre aux tyrans (1854); et Au bord de l'Adour (1855)9.
Un Fils adoptif (1853), en collaboration avec Charles Wallut
Essais et ouvrages historiques
Salon de 1857 (1857)
Edgar Poe et ses œuvres (1864)
Géographie illustrée de la France et de ses colonies (1866), en collaboration avec Théophile-Sébastien Lavallée
Découverte de la terre : Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs, publié en quatre volumes, les trois derniers en collaboration avec Gabriel Marcel : volume 1 en 1870; volume 2 en 1878; volume 3 Les grands navigateurs du XVIII e siècle en 1879 et volume 4 Les voyageurs du XIX e siècle en 1880
La conquête économique et scientifique du globe (1888), en collaboration avec Gabriel Marcel, inachevé et toujours inédit
Souvenirs d’enfance et de jeunesse (1890)
Poèmes et Chansons
184 poésies et chansons de Jules Verne ont été répertoriées jusqu'à présent. La plupart des chansons sont parues dans deux recueils de musique d'Aristide Hignard: Rimes et Mélodies. Un grand nombre de poésies proviennent de deux cahiers de poésies manuscrites. Ces cahiers ont été édités.10
Les dates entre parenthèses sont simplement supposées.
(1842) A ma chère mère.
(1847) Hésitation. A une jeune personne à la noble tournure, aux yeux grands et noirs.
(1847) Paraphrase du Psaume 129.
(1847) Damoiselle et damoiseau. Ballade.
(1847) Acrostiche.
(1847) J'ai donc mal entendu....
(1847) Le cancan. Sonnet.
(1847) L'attente du simoun. Ballade.
(1847) Jupiter et Léda.
(1847) La vapeur. Sonnet.
(1847) L'Oméopathie [sic]. Sonnet.
(1847) La fille de l'air. A Herminie.
(1847) L'attente. Villanelle. Reprise avec variantes sous le titre La douce attente. Villanelle, puis dans Monna Lisa.
(1847) Ma douce amante, pourquoi... A une demoiselle que j'aime, et qui fait tout ce qu'elle peut pour ne pas le savoir!.
(1847) Le silence dans une église. Sonnet.
(1847) La sixième ville de France. Sonnet.
(1847) Plutus Premier,roi de France. Sonnet.
(1847) Ton esprit qui désarme....
(1847) Rondeau redoublé.
1847 Naissance de la corruption,daté.
1847 Le cabinet du 29 octobre. Chanson, daté.
(1847) Tu dis que mon amour..., A Herminie, à mettre dans un billet doux.
(1847) Je te vois tout en larmes...
1847 Quel aveugle!, daté.
1847 A la potence! Rondeau, daté.
1847 Affaire Praslin. Sonnet, daté.
1847 Un vieil habit! Chanson, daté.
(1847) Lay.
(1847) Le monde n'est qu'un grand billard.
(1847) Chanson de gabiers. Parue sous le titre Les gabiers. Chanson maritime. Musique d'Aristide Hignard.
(1847) Le pouvoir maintenant regrette....
(1847) L'orpheline au couvent.
(1847) Le chien fidèle aboie....
(1847) La Mort. Sonnet.
(1847) Le Koran.
(1847) On voit dans le Koran... Sonnet.
(1847) Chatterton. Elégie.
(1847) L'hôpital. Sonnet.
(1847) La lune. Sonnet.
(1847) L'adieu à une dame. Sonnet.
(1847) Herminie!... Sonnet.
(1847) Le Jeudi saint à Ténèbres.
(1847) Madame C...!.
(1847) Monsieur a beaucoup d'enfants....
(1847) La nuit.
(1847) A l'hôpital. Rondeau.
(1847) O toi que mon amour....
(1847) Tempête et calme.
(1847) Le génie. Sonnet.
(1847) Parodie.
(1847) Chanson d'argot.
(1847) Quel cerveau.... Dernier texte du premier cahier de poésies.
(1848) Douleur.
(1848) L'amour et l'amitié....
(1848) Pour une mère....
(1848) Le superbe cortège....
1848 Chant des barricades, daté.
1848 Lorsque la douce nuit..., daté.
(1848) La nuit à cet instant....
(1848) Mon Dieu, puisque la nuit....
(1848) Conseils à un ami. Sonnet.
(1848) La cloche du soir, d'après un tableau allemand. Sonnet.
(1848) Existe-t-il sur terre....
(1848) Sonnet d'après Kerner.
(1848) Connaissez-vous mon andalouse....
(1848) En l'âme, il est souvent....
1848 O toi, dont les regards..., in lettre à sa mère du 30 juillet 1848.
(1848) J'aime ces doux oiseaux....
(1848) Lorsque l'hiver arrive....
(1848) Voyageur fatigué....
1848 Compliments, daté.
(1849) Avec ce punch... Chanson.
(1849) A ma soeur, le jour de sa première communion.
(1849) Au Général Cambronne.
(1849) La jeune fille. Sonnet.
(1849) Bonheur domestique. Sonnet.
(1849) Quand par le dur hiver... Sonnet.
(1849) La vie est une fleur... Sonnet.
(1849) Vous êtes jeune et belle... Sonnet.
(1849) Catinetta mia, je vous dis... Sonnet.
(1849) Comme la jeune vigne....
(1849) La vie. Dernier poème de jeunesse.
1850. Deux dédicaces en vers, adressées à Alexandre Dumas fils et Charles Maisonneuve, pour les représentations des Pailles rompues.
1853. Dix-huit quatrains pour une fête de famille. *Marie Tronson. *Prudent Allotte. *Mme Allotte de la Fuÿe. *Francis Tronson. *Mme Lise Tronson. *Hilaire Tronson. *Pierre Verne. *Sophie Verne. *Jules Verne. *Paul Verne. *Anna Verne. *Mathilde Verne. *Marie Verne. *Mme Nanine de la Championnière. *Pierre de la Championnière. *Elodie Bourgoin. *Pauline Bourgoin. *Gabrielle de la Peyrière.
(1853) La douleur de Genevois. 7ème Orientale de M. Victor Hugo, revue, corrigée et augmentée.
1854 A ma chère et petite soeur, le jour de sa première communion.
(1855) Parmi les astres purs..., sonnet écrit pour Marie Verne.
1855 Lettre en vers à son père de mars 1855.
(1855) En avant les zouaves!!! Chanson guerrière. Musique d'Alfred Dufresne.
(1856) Daphné. Mélodie. Musique d'Aristide Hignard.
(1856) Tout simplement. Rondeau. Musique d'Aristide Hignard. Repris en partie et avec variantes dans Hector Servadac.
(1856) Les bras d'une mère. Berceuse. Musique d'Aristide Hignard.
(1856) Les deux troupeaux. Eglogue. Musique d'Aristide Hignard.
(1856) Notre étoile. Musique d'Aristide Hignard.
(1856) Chanson scandinave. Musique d'Aristide Hignard. Reprise et augmentée dans Le pays des fourrures.
(1856) Chanson turque. Musique d'Aristide Hignard.
1860 Mathilde, écoute-moi..., poésie composée pour le mariage de Mathilde Verne.
(1860) Souvenirs d'Ecosse. Musique d'Aristide Hignard. Reprise avec variantes dans Les Indes noires.
(1860) Au printemps. Romance. Musique d'Aristide Hignard.
1861 Mesdames et Messieurs..., poésie composée pour le mariage de Marie Verne.
(1862) La Tankadère. Chanson chinoise. Musique d'Aristide Hignard. Reprise avec variantes dans Les tribulations d'un Chinois en Chine.
1868 Un nid au soleil levant..., insérée dans une lettre à Hetzel du 11 février 1868.
(1870) Les clairons de l'armée. Choeur. Musique d'Aristide Hignard.
(1875) Le corail luit..., chanson tsigane du manuscrit de Michel Strogoff.
(1884) Lorsque vibre la chanson..., in Mathias Sandorf.
(1884) Au marquis Gravina. Rome.
En 1886, alité, suite à l'attentat perpétré contre lui par son neveu Gaston, Jules Verne recommence à versifier, en écrivant des triolets sur les personnes en vue d'Amiens. Une première série comprend dix-neuf triolets:
Dutilloy. *Frédéric Petit. *Beguory. *Edouard Gand. *Au docteur Lenoël. *Au docteur Peulevé. *Au docteur Froment. *Au docteur Boussavit. *Gédéon. *Laurent. *Roger. *Julien. *Mme Devailly. *de Jancigny. *Juge de paix Decaïeu. *A Alexandre Dumas fils. *Michel Viver. *Président Dauphin. *Au président Obry.
1886 A la morphine. Sonnet.
(1886) John Playne. Repris avec variantes dans P'tit Bonhomme.
(1886) Le coq.
(1886) Nox, en partie inachevée.
(1888) Feu Follet. Reprise avec variantes dans Famille sans nom.
(1888) Pour modifier notre patraque, in Sans dessus-dessous.
Puis, trente-trois autres triolets de 1890 à 1895:
Mère Obry.
Caron.
Président Daussy.
Directeur Hequet.
Conseiller Feutry.
Sibut.
Labbé.
Procureur Melcot.
Colonna.
Denis Galet.
Eugène Gallet.
Auguste Devailly.
Decaix.
Feragu le conservateur.
Bijou.
Cozette Honoré-Florimond.
Catelain.
Pouche.
Ricquier.
Préfet Allain-Targé.
Pourcelle.
Sous-préfet Morin.
Adéodat.
Maître Dubois.
Boudon.
Président Hatté.
Puisard.
Abbé Froideval.
Président Levasseur.
Quille et Machu.
Sous-préfet Morin (2).
Juge d'instruction Thorel.
Fiquet.
(1854?) Lamentations d'un poil de cul de femme, attribué à Jules Verne dans Le Nouveau Parnasse satirique du XIXème siècle. Bruxelles.
Autres
Une ville idéale (1875), publié pour la première fois en 1973 en tirage limité
Les Révoltés de la Bounty (1879), texte de Gabriel Marcel révisé par Jules Verne et publié à la suite des Cinq Cents Millions de la Bégum
L'Épave du Cynthia (1886), écrit par André Laurie avec une collaboration de Jules Verne
L'Agence Thompson and Co. (1907), écrit par Michel Verne mais publié sous le nom de Jules Verne
L'Étonnante Aventure de la mission Barsac (1919), écrit par Michel Verne à partir de Voyage d’études et d’Une ville saharienne et publié sous le nom de Jules Verne
Œuvres de Jules Verne en ligne

Livres : ABU | La Bibliothèque électronique du Québec | Gallica | Livropolis |Projet Gutenberg | Expression Libre | Ebooks | INLIBROVERITAS | Livres pour tous | Livres et Ebooks
Audio [mp3] :Le Tour du monde en 80 jours | Le Voyage au centre de la terre | Vingt mille lieues sous les mers
Correspondance

Correspondance de Jules Verne avec sa famille. Olivier Dumas. "La Manufacture". 1988.
Correspondance de Jules Verne et de Pierre-Jules Hetzel. Tome I. (1863-1874). Editions Slatkine. 1999.
Correspondance de Jules Verne et de Pierre-Jules Hetzel. Tome II. (1875-1878). Editions Slatkine. 2001.
Correspondance de Jules Verne et de Pierre-Jules Hetzel. Tome III. (1879-1886). Editions Slatkine. 2002.
Correspondance de Jules et Michel Verne et de Louis-Jules Hetzel. (1886-1896). Editions Slatkine. 2004.
Correspondance de Jules et Michel Verne et de Louis-Jules Hetzel. (1897-1914). Editions Slatkine. 2006.
Hommages

Article détaillé : Jules Verne (homonymie).
Le premier exemplaire de l'ATV, un vaisseau inhabité développé par l'Europe pour ravitailler la Station spatiale internationale, a été baptisé Jules Verne11.
M.Vladimir Poutine affirme qu'"il est rare de trouver aujourd'hui en Russie quelqu'un qui, enfant ne se soit pas passionné pour Jules Verne ou Dumas."12
Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :
Jules Verne sur Wikimedia Commons (ressources multimédia)
Jules Verne sur Wikisource (bibliothèque universelle)
Jules Verne sur Wikiquote (recueil de citations)
François Angelier, Dictionnaire Jules Verne : mémoire, personnages, lieux, œuvres, éditions Pygmalion, 2006, 1196 p., 16x6x25 (ISBN ISBN 2-85704-870-X)
Olivier Bleys, Jules Verne, Nouveau monde éditions, coll. « Les petits illustrés », Paris, 2005 (ISBN 2847360948)
Lucien Boia, Jules Verne, les paradoxes d'un mythe, Les Belles Lettres, Paris, 2005, 302 p.
Christian Chelebourg, Jules Verne, la science et l'espace. Travail de la rêverie, Minard Lettres Modernes, coll. « Archives des Lettres Modernes », 2005.
Christian Chelebourg, Jules Verne, l'œil et le ventre. Une poétique du sujet, Minard Lettres Modernes, coll. « Bibliothèque des Lettres Modernes », 1999.
Jean Chesneaux, Jules Verne, un regard sur le monde, Bayard, 2001
Philippe de la Cotardière (dir.), Jules Verne : de la science à l'imaginaire, Larousse, Paris, 2004 (ISBN 2-03-505435-4)
Jean-Paul Dekiss, Jules Verne : un humain planétaire , Textuel, coll. « Passion », Paris, 2005 Lauréat du Prix Roberval, 2005. (ISBN 2-84597-131-1)
Jean-Paul Dekiss, Jules Verne l'enchanteur, Éditions du Félin, Paris, 1999 (ISBN 2-86645-311-5)
Lionel Dupuy. Jules Verne espérantiste ! Une langue universelle pour une oeuvre atemporelle, SAT Amikaro, 2009, 98 pages.
Lionel Dupuy. Drôle de Jules Verne ! Humour, ironie et dérision dans l'œuvre de Jules Verne, La Clef d'Argent, 2008, 50 pages.
Lionel Dupuy. Jules Verne, l'homme et la terre. La mystérieuse géographie des Voyages extraordinaires, La Clef d'Argent, 2006, 176 pages.
Lionel Dupuy. En relisant Jules Verne. Un autre regard sur les Voyages extraordinaires, La Clef d'Argent, 2005, 176 pages.
Claude Faber, Jules Verne : le roman de la Terre, Éditions Milan, coll. « Les essentiels Milan » n° 255, 2005, 63 p. (ISBN ISBN 2-7459-1835-4)
Jules Verne, l'Odyssée de la Terre», Magazine Géo, Hors-série n°11, mars 2004.
Marc Jakubowski, Jules Verne, l'œuvre d'une vie, guide du collectionneur vernien, Le Sphinx des glaces, Lexy, 2004. Ouvrage sur les cartonnages Hetzel.
Roger Maudhuy, Jules Verne, La face cachée, France-Empire, Paris, 2004.
Nadia Minerva, Jules Verne aux confins de l'utopie, L'Harmattan, 2001, 240 p.
Marcel More, Le très curieux Jules Verne. Le problème du père dans les Voyages extraordinaires, avec une note de Jean Paulhan et de Patrick Mauriès, Le Promeneur, Patris, 2005, 273 p.
Olivier et Patrick Poivre d'Arvor, Le monde selon Jules Verne, France Loisirs, 2004.
Gilles de Robien, Jules Verne, le rêveur incompris, Michel Lafon, 2005, 303 p. (ISBN 2-7499-0246-0)
Michel Serres, Jouvences sur Jules Verne, Les Editions de Minuit, 1974. 291 p.
Michel Serres, Jean-Paul Dekiss, Jules Verne, la science et l'homme contemporain, Éditions le Pommier, Paris, 2003 (ISBN 2-7465-0153-8)
Olivier Dumas, Jules Verne, avec la correspondance inédite de Jules Verne avec sa famille (Pages 242-492), La Manufacture, 1988, 520 p.
Simone Vierne, Jules Verne et le roman initiatique, Les Editions du Sirac, 1973, 780 p.
Simone Vierne, Jules Verne, mythe et modernité, Presses Universitaires de France, 1989, 173 p.

( Source Wikipédia )

_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
Taj
Plume de Rubis
Plume de Rubis
avatar

Masculin
Chèvre
Nombre de messages : 680
Age : 61
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: Jules Verne   Lun 7 Juin - 3:56


Un grand esprit...
Génie!

Les mots ne suffisent pas pour parler de Jules Verne!

Revenir en haut Aller en bas
xxxmj
Plume d'Eau


Féminin
Dragon
Nombre de messages : 39217
Age : 65
Localisation : Ocean et ses abysses
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: Jules Verne   Lun 14 Juin - 18:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Jules Verne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Catégorie] A la manière de Jules Verne
» Festival Jules Verne Aventure (Paris 2009)
» Jules VERNE - Les Indes noires
» Jules VERNE - Voyage au centre de la terre
» Voyages extraordinaires (Jules Verne) dans Le Livre de Poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈTES FRANCAIS-
Sauter vers: