PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 François Andrieux

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:43

François Guillaume Jean Stanislas Andrieux, né à Strasbourg le 6 mai 1759 et mort à Paris le 10 mai 1833, est un avocat, poète et auteur dramatique français.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: Re: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:43

Un auteur de l’Ancien Régime finissant

Andrieux est né en mai 1759 à Strasbourg, aîné d’une famille bourgeoise qui le destinait au barreau. Il étudie au collège du Cardinal-Lemoine de l’ancienne université de Paris. Il y fait preuve de dons éclatants au point que plusieurs de ses biographes rappellent ses succès qui lui valent d’être régulièrement porté en triomphe par ses camarades lors des distributions des prix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: Re: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:43

Placé chez un procureur du Châtelet, il y exerce comme clerc tout en commençant à s’intéresser aux monde du théâtre comme beaucoup de ses collègues de la basoche. Reçu avocat en 1781, il plaide peu en dépit de ses dons d’éloquence et une solide connaissance du droit qui lui permettent de beaux succès de prétoire. Il réussit ainsi à gagner un procès contre un avocat réputé dont le fils devient un de ses plus proches amis, Louis-Benoît Picard. Sa passion du théâtre, qu’il partage avec d’autres proches comme Collin d’Harleville ou Jean-François Ducis, lui vaut un premier succès en 1782. Une pièce en un acte, que certains critiques qualifient déjà de « bluette », Anaximandre, le lance dans le milieu parisien.
La mort de son père, en 1785, le met dans l’obligation de subvenir à sa famille laissée sans ressources et donc de reprendre des activités plus lucratives. Introduit par Malesherbes, il devient alors secrétaire du duc d'Uzès, ce qui lui permet de vivre honorablement. En 1787, il présente au public son plus grand succès, sans doute son œuvre la plus durable aux yeux de la postérité, les Étourdis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: Re: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:43

Un acteur de la période révolutionnaire

Abandonnant sa charge de secrétaire en 1789, il s’inscrit au tableau des avocats mais les événements révolutionnaires, au même instant, lui laissent peu de temps de s’y consacrer. Si les temps nouveaux sont bien accueillis par ses collègues, leur profession, inséparable de l’ancienne organisation judiciaire de l’Ancien Régime, disparaît en 1790 avec la Constituante
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: Re: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:44

Embrassant les idées nouvelles avec enthousiasme, membre du club des Jacobins, Andrieux, politiquement modéré comme le montreront ses engagements ultérieurs, est proche des girondins. Dès le début de la Révolution, ses capacités juridiques lui permettent d’entrer au service de la liquidation générale2 comme chef de bureau puis chef de division où sa probité, alliée à une bonne maîtrise des dossiers financiers, le font rapidement connaître.
En juin 1793, la chute des girondins et la période de répression qui s’ensuit lui valent d’être mis en danger. Fuyant Paris à pied, il trouve refuge dans la propriété de son ami Collin à Mevoisins, près de Chartres, où il se cache plus d’un an. Cette période d’inquiétude et de repli se révèle paradoxalement une phase d’étude intense durant laquelle Andrieux accumule de multiples matériaux pour ses œuvres futures.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: Re: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:44

Après le 9 thermidor et la fin de la Terreur, il revient dans la capitale où il renoue avec ses anciennes activités financières et budgétaires avant d’être élu en 1796, juge au tribunal de Cassation. Deux ans plus tard, en avril 1798, il est envoyé par les électeurs parisiens, pour le département de la Seine, au Conseil des Cinq-Cents.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: Re: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:44

Un opposant modéré à l’Empire

Un an après le 18 brumaire, en 1800, il fait partie du tout nouveau Tribunat (4 nivôse an VIII) où il assure rapidement la charge de secrétaire puis de président. S’il est favorable à Bonaparte lors de sa prise de pouvoir, la dérive autoritaire du régime lui déplait. Il représente dès lors une opposition visible au Premier Consul lequel, n’appréciant pas l’esprit de contradiction, le fait rapidement éliminer en 1802 avec Benjamin Constant, Pierre Daunou et Pierre-Louis Ginguené. C’est peu avant, à l’occasion d’une rencontre avec le futur empereur qu’Andrieux prononce la phrase qui le rend célèbre : « citoyen consul, vous êtes à l’Institut de la section de mécanique, vous savez qu’on ne s’appuie que sur ce qui résiste. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: Re: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:44

Fouché lui offre alors une place de censeur dans son ministère, proposition qu’Andrieux décline avec esprit : « mon rôle est d’être pendu et non d’être bourreau ». Sans ressources alors qu’il est chargé de famille, le salut lui vient de Joseph Bonaparte avec lequel il s’était noué des liens d’amitié au Conseil des Cinq-Cents et qui lui propose de devenir, contre une pension très confortable, son bibliothécaire, proposition généreuse qu’il n’oubliera jamais3 .
En 1804, la réorganisation de l’École polytechnique et l’introduction d’un nouveau cours de « grammaire et de belles-lettres » donne une nouvelle orientation à sa carrière. Il y est nommé professeur et y fait preuve, à 45 ans, alors qu’il n’a aucune expérience de cette fonction, de réelles qualités pédagogiques. Il suscite en effet chez ses élèves un fort engouement au point parfois d’inquiéter la direction de l’École. Ce succès auprès de ses auditoires4 ne se dément pas, y compris lors de ses nombreuses leçons de littérature au Collège de France où il enseigne à partir de 1814.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: Re: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:44

Un défenseur discret du goût classique

Hors ses activités d’enseignant et de littérateur, Andrieux, à la fin du Consulat et au début de l’Empire, participe aux réunions philosophiques de la deuxième génération de la « société d’Auteuil » que réunit chez elle Anne-Catherine Helvétius. Ces « idéologues » ou « sensualistes » parmi lesquels se retrouvent en premier lieu Maine de Biran et Cabanis puis de Destutt de Tracy, de Gérando, explorent, non sans polémiques, les rapports du physique et du moral, posant ainsi les premiers éléments de la psychologie humaine.
S’il est peu apprécié du pouvoir bonapartiste, le retour des Bourbons ne lui sera pas non plus particulièrement favorable car ses prises de position, notamment religieuses, lui valent de tous bords de nombreux ennemis. Le licenciement de l’École polytechnique en 1816 permet au nouveau pouvoir de l’écarter de sa chaire mais il conserve cependant ses fonctions au Collège de France ainsi qu’à l’Institut. Très soutenu par son ami de Collin d’Harleville, fondateur auquel il appartenait de coopter les autres membres, Andrieux était entré dans la section de grammaire en 1795. Il en sera, successivement, secrétaire puis président.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




François Andrieux Empty
MessageSujet: Re: François Andrieux   François Andrieux Icon_minitimeLun 15 Aoû - 22:44

Membre de l’Académie française lors de la réorganisation de 1803, il y occupe le fauteuil de Malesherbes5. Maintenu après 1816, membre de la Commission du Dictionnaire à la mort de Morellet, il est nommé secrétaire perpétuel en janvier 1829, en remplacement d’Auger. C’est après une ultime leçon au Collège de France, sans doute frappé par le choléra qui se propage alors dans la capitale, qu’il meurt brutalement le 11 mai 1833
Revenir en haut Aller en bas
 
François Andrieux
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈTES FRANCAIS-
Sauter vers: