PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerDernières imagesConnexion
 

 Victor HUGO (1802-1885) O rus ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Victor HUGO (1802-1885) O rus ? Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) O rus ?   Victor HUGO (1802-1885) O rus ? Icon_minitimeDim 30 Oct - 22:39

O RUS?
Laissons.les hommes noirs bâcler dans leur étable.
Des lois qui vont nous faire un bien épouvantable;
Allons-nous-en aux bois;
Allons-nous-en chez Dieu, dans les prés où l'on aime,
Près des lacs où l'on rêve, et ne sachons pas même
Si des gens. font des lois!

Oh! quand on.peut s'enfuir aux champs, dans le grand songe,
' Dans les fleurs, sous les cieux, les hommes de mensonge,
Prêtres, despotes, rois,
Comme c'est peu de chose, et comme ces: maroufles
Sont des fantômes vite effacés dans les souffles,
Les rayons et les voix!

Laissons-les s'acharner à leur folle aventure.
Enfants, allons-nous-en là-haut, dans la nature.
Mai dore le ravin,
Tout rit, les papillons et leur douce poursuite
Passent, l'arbre est en fleur, venez, prenons la fuite
Dans cet oubli divin.
L'évanouissement des soucis de la terre
Est là; les champs. sont purs; là souriait Voltaire,
Là songeait Diderot;
On se sent rassuré par les parfums;.les roses
Nous consolent, étant ignorantes des choses
Que l'homme connaît trop.

Là, rien ne s'interrompt, rien ne finit'd'éclore;
Le rosier respiré par Eve embaume encore
Nos deuils et nos amours; -
Et la pervenche est plus éternelle que Rome;
Car ce qui dure peu, monts-et forêts, c'est l'homme;
Les fleurs durent toujours.
La Pyramide après trois mille ans est ,ridée,
Le lys n'a pas un pli. -Ni la fleur, ni l'idée,
Ni le vrai, ni le beau,
N'expirent; Dieu refait sans cesse leur jeunesse;
La mort c'est l'aube, et c'est afin que tout renaisse
Que Dieu fit le tombeau.

Ô splendeur! ô douceur! l'étendue infinie
Est un balancement d'amour et d'harmonie;

Contemplons à genoux;
Une voix sort du ciel et dans nos fibres passe;
De là nos chants profonds; le rythme est dans l'espace
Et la lyre est en nous.
Venez, tous mes enfants, tous mes amis! les plaines,
Les lacs, les bois n'ont point de perfides haleines
Et de haineux reflux;
Venez; soyons un groupe errant dans la prairie,
Qui va dans l'ombre avec des mots de rêverie
Et ne sait même plus,

Tant il sent vivre en lui la nature immortelle,
Si la Chambre a quitté Pantin pour Bagatelle,
Versailles pour Saint-Cloud,
Et si le pape enfin daigne rougir la jupe
Du prêtre dont le nom commence comme dupe
Et finit comme loup.

27 mai 1875.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) O rus ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victor HUGO (1802-1885) Victor, sed victus
» Victor HUGO (1802-1885) Hugo Dundas
» Victor HUGO (1802-1885) A.L
» Victor HUGO (1802-1885) Ora, Ama
» Victor HUGO (1802-1885) L'âme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: