PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) EN PLEIN DIX-NEUVIÈME SIÈCLE - II

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) EN PLEIN DIX-NEUVIÈME SIÈCLE - II Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) EN PLEIN DIX-NEUVIÈME SIÈCLE - II   Victor HUGO (1802-1885) EN PLEIN DIX-NEUVIÈME SIÈCLE - II Icon_minitimeJeu 22 Déc - 20:17

De montrer à propos quelque férocité?
On est un personnage important et compté
Et que le journal' cite en lettre majuscule,
Quand on a fait lier quelqu'un à la bascule:
Chez le préfet le soir vous prenez votre thé;
Par les' meilleurs salons vous êtes accepté
Voilà ce substitut terriblè qu'on renomme!
Et l'évêque 'vous dit: -C'est bien. Tonnez, jeune homme!
Ah! l'herbe de Clamart "9 donne dé beaux .profits!
'On est celui que montre. une' mère à son fils; ' ,
On fascine, étant presque un acteur sur l'affiche,
Une Agnès de seize ans, fraîche,' ingénue; et riche,
Qui danse avec vous, rit, parle de vos succès,
Et de la femme à' qui vous fîtes son procès,
Pendant qu'en son tombeau cette morte farouche
Sent fourmiller les vers de terre dans sa bouche.

Tel est le rêve fait par 'tous les débutants.'
Ainsi songeait le frais Delangle à son printemps;
Ainsi songeait Troplong alors qu'il était rose;
Ainsi tout substitut songe en peignant sa prose,
Laubardemont en herbe et Laffemas en fleur;
Ayant derrière lui la mort; sombre soufiieur,.
Bellart 50 jeune se dit: Soyons Jeffrye en France!
Et c'est. le front chargé de ce tas d'espérance
Qu'en son riant matin, vers le but qui lui plaît,
Chemine Grandperrette avec .son pot au lait.
Tous veulent une affaire horrible en cour d'assises.
Comme on haranguerait les faces indécises .
Des jurés, par la phrase aux meurtres entraînés!
Car la justice est bête, et par le bout du nez
On conduit où l'on veut Thémis, la vieille aveugle.
On a reçu du ciel l'éloquence qui beugle;
Si la chancellerie un jour vous remarquait,
Tout serait dit; d'emblée on arrive au parquet
De. Paris, et l'on est bourreau sous l'oeil du prince.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) EN PLEIN DIX-NEUVIÈME SIÈCLE - II
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: